Pour un cinéma léger et synchrone !

Il y a quelques jours, je présentais le compte rendu de l’ouvrage de Séverine Graff sur le cinéma-vérité. Ce livre repose sur une analyse des discours. Cette approche est à articuler avec celle de Vincent Bouchard dans son ouvrage sur les réalisateurs de l’ONF, Pour un cinéma léger et synchrone ! Dans celui-ci, il opte pour une perspective centrée sur la technique. Vous trouverez ci-dessous les premières lignes du compte rendu que j’ai publié sur cet ouvrage. La pleine compréhension de ces essais documentaires du tournant des années 1960 se trouvent très certainement à l’articulation entre ces deux perspectives : histoire culturelle des techniques et histoire des discours sur les techniques. Je tiens ici à vivement remercier Études Photographiques qui a accepté la publication de ces deux compte rendus dans un même numéro (33, automne 2015).

Entre 1956 et 1964, quelques jeunes cinéastes francophones récemment engagés à l’Office national du film (ONF) canadien ont participé à l’avènement d’une nouvelle manière de filmer l’espace social. Résolument contestataires dans le choix de leurs thèmes, qui vont de la prise en compte de la geste des oubliés à la transmission des traditions des Canadiens francophones (dans le contexte de la Révolution tranquille), c’est avant tout l’adéquation entre ces sujets et une manière de filmer bien particulière qui a fait la spécificité de ce mouvement cinématographique. Sortant des studios pensés pour la fiction ou pour la télévision, Pierre Perrault, Michel Brault, Gilles Groulx et Claude Jutra, pour ne citer que les plus connus, ont mis en place des dispositifs visant à se rapprocher de la réalité des groupes et des communautés qu’ils souhaitaient filmer. Caméra légère et silencieuse portée à l’épaule et son enregistré en parallèle des images, l’objectif du cinéma direct était tout à la fois de capter la parole et de rendre visible les corps des individus dans leurs activités les plus habituelles1. Refusant les équipes trop nombreuses, l’éclairage artificiel, le commentaire omniscient, le scénario préétabli, le cadre fixe, en somme, « l’esthétique figée des beaux documentaires » (p. 79.), ils ont progressivement choisi d’assumer une certaine forme de subjectivité, afin de filmer sur le vif une histoire du quotidien (lire la suite).

Référence du compte rendu: Rémy Besson, « Vincent Bouchard, Michel Marie (préface), Pour un cinéma léger et synchrone ! Invention d’un dispositif à l’Office national du film à Montréal », Études photographiques, Octobre 2015, [En ligne]. URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3571


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.