Parler de Shoah/Shoah

Vous trouverez ci-dessous quelques lignes issus d’un article que je viens de publier dans la revue québécoise Seachange dont le dernier numéro porte sur la question de la nomination.  Ce texte me donne l’occasion de revenir sur les usages du mot Shoah en France en lien avec la diffusion du film éponyme. Le principe de cet article est d’adopter une méthodologie un peu originale (ce qui est encouragé par la revue) afin de renouveler un peu l’approche de cette question. Je reproduis ici l’annonce de l’approche et non pas les premières lignes de cet article accessible en ligne:

Afin d’interpréter ce moment d’émergence du terme [Shoah] dans la langue française, nous avons choisi d’adopter une approche au croisement d’une histoire contrefactuelle contrôlée[1] et de l’analyse des discours[2]. Sans développer une véritable uchronie (un récit fictif alternatif vis-à-vis de l’écriture de l’histoire académique), nous allons travailler à partir de plusieurs éléments inventés pour ce texte. Ceux-ci nous permettront de dénaturaliser l’usage du mot Shoah tout en comprenant mieux les liens entre celui-ci et le titre du film.

[1] Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, « Explorer le champ des possibles. Approches contrefactuelles et futurs non advenus en histoire » dans Revue d’histoire moderne et contemporaine 59-3 (2012) : 70-95.

[2] Cette analyse est centrée sur le texte susmentionné du réalisateur, des extraits de celui-ci étant cités à plusieurs reprises dans cet article. Pour une présentation méthodologique plus développée, on renvoie à la thèse de Séverine Graff, publiée sous le titre Le Cinéma-vérité (Rennes : PUR, 2014).

Référence complète: Rémy Besson, “Parler de Shoah/Shoah: histoire d’un usage culturel et politique (1985-2015)“, Seachange, n. 6: nommer, p. 95-110.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.