Réinterpréter l’esthétique de l’archive d’Harun Farocki

Le 1er juin 2016, dans le cadre du colloque annuelle de l’Assocation canadienne d’études cinématographiques, j’ai présenté un état de la recherche que je mène actuellement sur le film d’Harun Farocki, En Sursis (cf. pour mémoire la bibliographie partagée sur ce carnet il y a quelques semaines). Intitulée Réinterpréter l’esthétique de l’archive d’Harun Farocki à  l’aune de sa pratique du montage pour  En Sursis (2007), celle-ci a pris place dans le cadre d’un panel sur L’Évolution des pratiques en fonction du support audiovisuel (programme complet). Vous trouverez ci-dessous un résumé de la présentation et le diaporama diffusé (sachant que celui-ci contenait aussi des séquences filmées).

En Sursis (38 min., 2007) est un film essai en format vidéo muet du réalisateur et théoricien des médias Harun Farocki. Celui-ci est composé de plans, eux-mêmes sans bande sonore, tournés en 1944 par un interné au camp de transit policier de Westerbork d’où furent déportés la quasi-totalité des Juifs des Pays-Bas. Farocki n’est donc pas l’auteur de ces images. Il les a, par contre, « éditées » (on reprend ici son propre terme) et reliées entre elles par l’usage de cartons écrits en lettres blanches sur un fond noir. Ce dernier défend ainsi une véritable esthétique de l’archive. Il s’inscrit notamment en faux vis-à-vis des films de montage qui ne contextualisent pas suffisamment les plans qu’ils intègrent. Il compare ces « compilations » à un pillage, qui, in fine, trompent les spectateurs plus qu’elles ne les informent. Au contraire, il explique avoir voulu restaurer la valeur documentaire des plans tournés en 1944 en respectant l’intégrité des séquences et leur rythme. Il créé ainsi dans l’ouverture du film et par le discours d’accompagnement de celui-ci l’impression d’une monstration d’une archive quasi brute (dans la première partie du film tout du moins). La question au départ de cette communication pourrait être formulée ainsi : dans quelle mesure le réalisateur donne-t-il à voir une archive et/ou propose-t-il une forme cinématographique élaborée qui s’inscrit dans la continuité d’une démarche de création basée notamment sur une pratique singulière du montage ? Pour répondre à cette interrogation une comparaison systématique entre les plans tournés durant la Seconde guerre mondiale et ceux montés a été menée. Ce travail conduit à souligner le rapport que le réalisateur entretient à la technologie, ainsi qu’à mettre en valeur la manière dont la technologie change également la pratique de la recherche elle-même, ce travail systématique étant difficilement envisageable avant l’ère du numérique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.