Cinéma et sciences humaines

Cet automne j’ai la chance de donner le cours Cinéma et sciences humaines (CIN2116-A) de l’Université de Montréal. Vous trouverez ci-dessous la note d’intention qui ouvre le plan de cours distribué aux étudiants, ainsi qu’une succincte  présentation des séances.

Cinéma et sciences humaines

Le titre de ce cours est souvent compris comme correspondant au sujet suivant : apprendre à interpréter des films du point de vue des sciences humaines. Dans cette perspective, on peut se demander : comment la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, les sciences politiques, etc. nous permettent-elles de mieux saisir l’intrigue, les relations interpersonnelles, les modes vestimentaires, les décors représentés dans tel ou tel film ? Formulée ainsi, la chose semble assez simple : il y a d’un côté un sujet, le cinéma – compris ici comme la somme des films produits depuis la fin du XIXe siècle – et de l’autre un ensemble de méthodologies, celles des sciences humaines. Il est alors possible d’adopter une approche historiographique, soit de voir comment ces méthodologies ont évolué dans le temps ou encore une approche thématique, soit de voir comment chacune de ces disciplines apporte quelque chose de différent à l’analyse. En résumé, le cours sert à acquérir des outils d’interprétation permettant d’analyser un corpus de films en fonction d’une ou de plusieurs approches relevant du domaine des sciences humaines et sociales.

Si cette manière de faire a une valeur méthodologique indéniable, elle a le désavantage de ne pas prendre en compte le fait que dans le titre de ce cours, entre les mots Cinéma et sciences humaines, une conjonction de coordination s’est glissée. Il y a, en effet, un « et » qui est là pour signifier qu’il ne faut pas seulement s’interroger sur ce que les sciences humaines apportent à la compréhension des films, mais aussi sur le contraire, et surtout sur ce qui se joue à l’articulation entre ces deux domaines en perpétuelle reconfiguration. Ainsi, il n’y a plus un sujet (le cinéma) et des méthodologies (les sciences humaines), mais deux domaines dont il s’agit de saisir des relations forcément mouvantes. Pour répondre à ce défi, ce cours n’est pas organisé autour d’un axe historiographique et/ou thématique, mais autour d’un ensemble d’articulations entre le cinéma et les sciences humaines. Dès lors les questions se multiplient : comment les sciences humaines influencent-elles les réalisateurs ? Dans quels buts des chercheurs réalisent-ils des films sociologiques ou anthropologiques ? Comment les chercheurs en sciences humaines se servent-ils du cinéma pour intervenir dans la société ? Comment le numérique change-t-il ces usages ? Comment le milieu du cinéma constitue-t-il une partie de ce qui est analysé par les sciences humaines ? Dans quelle mesure faire un film est-il, en soi, un acte social analysable en tant quel tel ? Et enfin, comment en retour des réalisateurs s’approprient-ils la manière de filmer des chercheurs ?

Présentation des séances du cours

Après une séance introductive consacrée à la présentation des enjeux du cours, ainsi qu’à ce que ce cours ne sera pas (une série d’analyses de films depuis le point de vue des sciences humaines), nous étudierons un cas pendant deux séances : les travaux sur l’art et sur les médias du sociologue Pierre Bourdieu. Il ne s’agira pas de les considérer pour eux-mêmes (comme dans un cours d’introduction aux sciences humaines), mais de voir quelles formes cinématographiques ils peuvent prendre. La première relation sera du domaine de l’influence (séance 2). Pour le dire autrement : comment la pensée d’un sociologue (Bourdieu) influence-t-elle la réalisation d’un film de fiction à succès (Le Goût des autres) ? La seconde relation sera de l’ordre de l’agentivité (séance 3) : comment la prise de parole d’un sociologue (toujours Bourdieu) dans un film documentaire militant (La Sociologie est un sport de combat) peut-elle transformer l’espace social ? À chaque fois, les limites des approches choisies seront mises en valeur. On voit dès lors que si la sociologie peut transformer la manière de faire du cinéma (y compris de fiction), le cinéma change aussi quelque chose au mode d’intervention du sociologue dans la société. Il n’est ainsi plus question d’interpréter des films, mais de comprendre qu’aussi bien les films que les sciences humaines sont le résultat d’un ensemble d’actes qui peuvent être analysés.

Une fois ces deux cas abordés, un point méthodologique sera effectué (séance 4). Il conduira à remettre en question les équivalences reconnues comme évidentes lors des deux premières séances, soit que sciences humaines et sociologie, ainsi que films et cinéma, sont des synonymes. La place de l’anthropologie et de l’histoire culturelle, à côté de la sociologie, sera ainsi notamment rappelée. Cela conduira à présenter le cinéma comme une institution « avec ses règles, ses contraintes, ses exclusions et ses procédures » (Gaudreault). Enfin, l’arrivée du numérique sera expliquée comme étant quelque chose non seulement de technologique, mais aussi de social et de culturel, qui conduit à changer la définition du cinéma (Casetti). Les deux domaines qui sont placés au centre du cours seront donc bien compris comme étant en perpétuelle transformation.

Les séances suivantes s’appuieront sur les acquis méthodologiques de ce troisième cours pour présenter des cas et approfondir certaines relations. Lors des séances 5 et 6, il s’agira ainsi de voir comment des chercheurs en sciences humaines se sont approprié la caméra pour aller filmer la société. Le chercheur n’est alors plus un critique qui analyse des films, mais un producteur d’images. Le cinéma sera considéré tout à la fois comme un outil de captation et comme un mode de médiation pour ceux qui pratiquent les sciences humaines. Les cas étudiés seront d’abord des films (Chronique d’un été et Cannibal Tours), puis un ensemble de productions web dont le cours en ligne Anthropologie et cinéma et le webdocumentaire A Short History of Highrise. Ces développements relevant de l’histoire et de l’anthropologie visuelle conduiront à un exercice en classe à partir d’un corpus de films amateurs réalisés en Allemagne que les étudiant-e-s s’approprieront afin de proposer une note d’intention pour une production cinématographique imaginaire (séance 7, devoir de mi-session, 50 % de la note). Le corpus de films en question sera présenté par Laurence McFall (Université de Montréal) qui travaille à leur conservation et à leur valorisation en ligne (projet Open Box Memory).

Riches de ces acquis sur la façon dont les chercheurs en sciences humaines utilisent la caméra et le web, nous reviendrons ensuite vers l’étude de films de fiction. La relation étudiée sera de l’ordre de l’incorporation. Il s’agira ainsi de se demander comment une fiction peut intégrer des dispositifs qui renvoient au cinéma sociologique et anthropologique. Cette réflexion sera menée à partir des films d’Abdelatif Kéchiche, dont la Palme d’or 2013, La Vie d’Adèle (séance 8). Après avoir vu ce que la façon de filmer d’un réalisateur de fiction peut emprunter aux sciences humaines, nous verrons comment faire un film est, en soi, quelque chose qui relève du social. Un corpus de films militants sera alors étudié (séance 9). L’accent sera cependant moins mis sur le message politique des films ou sur leur forme, que sur la façon dont leur mode de production collaboratif change quelque chose au milieu du cinéma. La séance suivante abordera la même question, mais du point de vue de la production et de la réception des films à l’ère du numérique (séance 10). En somme, comment cette technologie conduit-elle à transformer la définition du cinéma en impliquant les usagers dans la conception des films ? La question ne sera alors pas celle de l’adaptation de la forme des films au web (comme dans le webdoc, cours 5), mais celle de la fonction des usagers de formes collaboratives.

C’est seulement au terme de ce parcours que nous reviendrons à la question initiale soit de saisir ce que les sciences humaines peuvent apporter à la compréhension du cinéma. Ce sujet sera d’abord abordé par une étude de cas relevant de l’histoire de la culture visuelle (En Sursis, séance 11), puis d’une synthèse générale organisée autour de l’expression de culture visuelle (séance 13), qui a pour avantage de décrire à la fois un objet (comme dans la phrase : ce film est une partie de la culture visuelle) et une méthodologie (comme dans la phrase : on adopte une approche relevant de la culture visuelle pour aborder ce film). Ainsi, au lieu de simplifier les questions soulevées pendant l’ensemble du cours, nous tenterons au contraire d’insister sur la nécessité de penser ensemble toutes les articulations possibles entre cinéma et sciences humaines.

Il est à noter que si ce cours tend à rapprocher les sciences humaines des sciences sociales, une séance exceptionnelle avec pour invitée Claudia Polledri (Université de Montréal) sera l’occasion de faire le lien entre sciences humaines et philosophie politique à travers l’étude d’un corpus de films libanais postérieurs au conflit civil (séance 12).

La séance consacrée à la synthèse du cours sera aussi le moment propice aux questions relatives à l’examen (séance 13) qui se déroulera la semaine suivante (séance 14). L’évaluation de fin de session portera à la fois sur les connaissances acquises et sur la capacité à mobiliser la méthodologie transmise durant les séances (50 % de la note).


3 réflexions sur « Cinéma et sciences humaines »

  1. Bonjour !
    Cours très intéressant car actuellement je fais des recherches sur les avantages du cinéma dans la culture visuelle.
    Les séances 11,12 et 13 m’auraient bien intéressées.

    Bonne continuation.

    1. Bonjour Lyonel,
      Merci de ton retour. Ce serait avec plaisir j’ai toujours apprécié nos échanges, si tu le souhaites je peux te faire parvenir le plan de cours dans son ensemble (via FB?).
      A bientôt, Rémy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.