La médiation des mémoires en ligne

C’est avec plaisir que je partage avec vous les premières lignes de l’introduction du numéro des Cahiers du numérique que j’ai codirigé avec Claire Scopsi (CNAM). Ce numéro porte sur “La médiation des mémoires en ligne”. Je tiens ici à remercier tous les auteurs pour leurs précieux travail: Jessica de Bideran, Patrick Fraysse, Christine Michel, Marie-Thérèse Têtu, Pierre-Antoine Champin, Laetitia Pot, Alain Lamboux-Durand, Maëlle Mériaux, Boris Urbas, Sophie Gebeil, Joëlle Le Marec, Nicolas Sauret. Les membres du comité scientifique qui ont patiemment et régulièrement suivi l’élaboration du numéro sont aussi à remercier: Michaël Bourgatte, Evelyne Broudoux, Florence Descamps, Michèle Gellereau, Véronique Ginouvès, Louise Merzeau, Viva Paci et Marcello Vitali-Rosati.

Introduction

En abordant les mémoires sous l’angle de leur médiation en ligne, notre intention est d’appréhender les relations entre mémoires et web en tant que phénomènes socio-culturels, techniques, économiques plutôt que comme une nouvelle forme, numérique, succédant à toutes celles – livre, enregistrements audiovisuels analogiques, spectacles, récits – sous lesquelles les mémoires ont circulé et circulent encore.

Ainsi, c’est la médiation, entendue comme une mise en relation via un support (et non le support lui-même), que nous considérons comme le véritable objet de notre investigation. Le numérique, en ligne ou intégré dans un parcours muséal, est donc à considérer non seulement comme technologie conduisant à la production d’artéfacts médiatiques (webdocs, expositions virtuelles, webtv, etc.), mais aussi comme environnement culturel, occasionnant des usages, rituels, pratiques ou normes. Que se passe-t-il lorsque des mémoires, comprises comme un type de rapport au passé entretenu par des individus et par des groupes sociaux en fonction d’enjeux qui leur sont présents, rencontrent la culture du web ? Que se passe-t-il également au cours du processus de documentarisation des supports médiatiques de ces mémoires dans un objectif de valorisation ? En quoi les choix opérés lors de l’éditorialisation (sélection, classification, description, notamment) sont-ils susceptibles de modifier le regard d’un groupe sur son passé ? Au final, aujourd’hui, la notion de mémoire elle-même peut-elle être pensée en dehors de la culture web, ou tout au moins sans prendre en compte cette culture ?

La suite de l’introduction et du numéro sont consultables sur CAIRN et sur le site de la revue. Si vous avez des problèmes d’accès, merci de me contacter.

Besson Rémy, Scopsi Claire, « La médiation des mémoires en ligne », Les Cahiers du numérique 3/2016 (Vol. 12) , p. 9-14


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.