Filmer le cabaret du camp de Westerbork – une bande sonore à recomposer

Le 21 octobre 2016, dans le cadre de la journée Mémoire musicale et résistance dans les camps (Marie – Hélène Benoit-Otis et Philippe Despoix, dir.) qui s’inscrit dans le colloque international Musique – disque – radio, j’ai le plaisir de présenter une communication sur le sujet suivant  Filmer le cabaret du camp de Westerbork – une bande sonore à recomposer?  Vous trouverez, ci-dessous, la présentation en question et un résumé du propos. Il a été question du cabaret (1943-44), des plans tournés par Rudolf Breslauer (1944),  du film d’Harun Farocki (2007), mais aussi du réalisateur Volker Kühn, d’une séquence montée à la télévision hollandaise, d’Études photographiques, de Cinémas et d’Intermédialités.

Dans le camp de transit de Westerbork, un projet de film de propagande a été confié par le commandant du camp au photographe, interné juif, Rudolf Breslauer. Ainsi, début 1944, ce dernier a tourné un ensemble de séquences muettes, représentant l’arrivée et le départ de déportés, la vie des Juifs du travail au sein du camp, ainsi qu’une représentation d’un cabaret. Pour les chercheurs en sciences humaines, cette dernière série de plans est une source singulière car elle donne à voir un ensemble d’extraits de performances au ton plutôt léger. Le titre du programme créé par Max Ehrlich, Bunter Abend 2, littéralement une « soirée colorée », renforce cette impression d’une forme de dissonance vis-à-vis du contexte. Comme l’a écrit le réalisateur et artiste contemporain Harun Farocki, dans le film qu’il a consacré à cette archive, En Sursis (2008), « On s’attend à voir d’autres images dans un camp de l’Allemagne nazie » (tc. 10 : 58). Ce sentiment d’étrangeté est redoublé par l’absence de bande sonore qui donne aux images un caractère quasi-spectral. En effet, on pourrait aussi s’attendre de cette source qu’elle vaille avant tout par le fait qu’elle donne accès aux voix des acteurs et chanteurs évoluant sur scène, au son du violon de Jetty Cantor ou aux notes des pianos de Willy Rosen et Erich Ziegler. À cette absence de son s’ajoute la non-représentation de deux des artistes les plus connus du cabaret, Johnny et Jones qui ont composé une Sérénade de Westerbork qu’ils jouaient alors. Comme George Didi-Huberman l’écrit dans Images malgré tout, les images « ne disent pas toute la vérité », elles sont plutôt de « minuscules prélèvements (…) inadéquate[s], mais nécessaire[s] » (2003, p. 56). Nécessaires ici, car elles ouvrent à un questionnement sur ce qu’elles dessinent en creux : la présence d’une absence, celle de la musique. Dans le cadre de cette communication, ce sont des sources scripturaires, sonores et visuelles contemporaines aux événements et des performances musicales postérieures réalisées à partir du programme de 1944, qui permettront d’appréhender ce sujet. Entre nécessité de créer un imaginaire et volonté d’historiciser les sources existantes : comment peut-on écouter les images muettes tournées à Westerbork ? Comment articuler images et sons sans faire croire à une quelconque synchronie (celle-ci étant impossible) ? Quels enjeux éthiques une telle remédiation soulève-t-elle ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.