Le groupe Medvedkine – une perspective intermédiale

Dans le cadre de la neuvième séance du cours Cinéma et sciences humaines (Université de Montréal), j’ai poursuivi la réflexion entamée à partir du cinéma de Kéchiche sur les dispositifs filmiques/environnements médiatiques comme lieu du politique. Il s’est cette fois agi non plus seulement de s’intéresser au temps du tournage, mais de considérer le rôle des spectateurs. Plus justement, il s’est agi de questionner la frontière parfois  acceptée par convention en études cinématographiques entre producteur/récepteur des images. Cela a été fait à travers le cas des ciné-tracts de 1968 et de 2016 (pratique proche du mashup), ainsi que de deux films du groupe Medvedkine interprétés dans une perspective proche de celle proposée par Marion Froger (directrice de la revue Intermédialités).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.