Archéologie du film: La reine Margot de Patrice Chéreau

C’est avec plaisir que j’ai lu les travaux des étudiants du cours de bac (licence en Europe) Histoire et cinéma (Université de Montréal). Le travail consistait à mener une enquête documentaire pour une analyse de l’archéologie d’un film (approche génétique) et/ou une étude de la circulation du film. Certains devoirs ont été particulièrement convaincants. Je partage avec les lecteurs de Cinémadoc le texte d’Alexia Ribet qui a pour titre Archéologie du film: La reine Margot de Patrice Chéreau. J’insiste ici sur le fait que ce texte doit donc être lu comme un travail étudiant.

————————-

La Reine Marguerite de Valois, surnommée la reine Margot, reste une reine trop peu connue de l’histoire. Néanmoins, ce nom, parmi toutes les femmes oubliées de l’histoire de France, évoque quelque chose à la plupart de nos contemporains et je suppose que cela s’explique par le succès[i] du film « La Reine Margot », de Patrice Chevreau sorti en salles en 1994[ii]. Véritable monument du cinéma français, nous aurions pu nous en servir de base de réflexion en ce qui concerne le rapport entre cinéma et Histoire. Néanmoins, il s’agira plus pour moi de mener une enquête, une sorte de jeu de piste, à la recherche de l’archéologie cinématographique du film, c’est à dire tout ce qui pourrait concerner « les différentes étapes et aspects de la conception des images dites d’enregistrement »[iii] soit tout ce qui correspond à la création du film et à son montage avant sa diffusion. Cette recherche c’est d’abord révélée moins fructueuse que prévue. Mais un changement de perspective de recherche m’a permis d’étoffer mes résultats tout en présentant des limites.

La première difficulté à laquelle j’ai réfléchi est le fait, tout simple, mais pourtant essentiel dans ce genre de recherche[iv], de mon lieu de résidence, Montréal. En effet, ce film est une réalisation française[v] ce qui implique que les documents d’archives pourraient ne pas être à portée de mains. J’ai cependant, décidé, de tenter ma chance et de concentrer les premiers élans de ma recherche à des institutions montréalaises, où, sur un coup de chance j’auraient pu trouver des trésors que je serais allé consulter sur place. J’ai donc commencé ma recherche à la Cinémathèque Québécoise de Montréal, me rendant sur place. Comme je m’y attendais, je n’y ai trouvé aucun document pouvant m’aider dans mon travail. Dans ma lancée, je suis allée visiter la Bibliothèque et Archive National du Québec sans plus de succès[vi]. Après ces échecs, je me suis résolu à me concentrer sur les institutions françaises.

Certes je ne pouvais aller visiter directement les archives mais j’étais sûr de trouver un plus grand nombre de documents sur ce film, reconnu pour sa valeur patrimoniale[vii]. J’ai commencé mes recherches sur le site de la Bibliothèque national de France. Enfin des résultats concernant mon travail se sont matérialisés. Dans un premier temps j’ai trouvé un livre[viii], dont le titre reflète exactement la finalité de ma recherche. J’ai pu le consulter à la bibliothèque de Rosemont et en apprendre davantage sur l’envers du décor du film et sur le déroulement du tournage. J’ai réalisé que l’équipe d’un film ne se limite pas au scénariste et réalisateur mais qu’il y bien plus de corps de métier impliqués, aussi bien durant le tournage que lors du montage, et que chaque élément est important, de la photographie aux dessins préparatoires des scènes[ix]. Cette recherche sur le site de la BNF m’a aussi permis d’accéder à différents liens susceptibles de contenir des informations ou des archives sur l’archéologie du film tel que les Archives Françaises du Film et le site cineressource[x]. En ce qui concerne cineressource, j’ai enfin pu trouver des documents appropriés à ma recherche mais malheureusement la plupart ne sont consultables que sur place. Je me contenterai donc ici d’énumérer mes trouvailles pertinentes tout en essayant de les approfondir et de les détailler au maximum. J’ai pu ainsi découvrir le documentaire « Il était une fois… la Reine Margot » de Guillaume Moscovitz revenant sur le contexte, les conditions d’écriture et de tournage du film. Production absolument pertinente dans le cadre de ma recherche, ce documentaire mêle extraits du film, photographies, gravures, tableaux, interviews, analyses et souvenirs de Patrice Chéreau ainsi que ceux qui ont participé à la réalisation du film[xi]. J’ai trouvé la version complète[xii] sur le site de l’INA (Institut national de l’audiovisuel)[xiii]. Je suis ensuite tombée sur deux dossiers se trouvant à la cinémathèque française, l’un contenant des photographies de plateau, l’autre des photographies de tournage[xiv]. J’ai aussi trouvé d’autres articles concernant la photographie du film, notamment via l’Association Française des Directeur de la Photographie Cinématographie, notamment sur directeur de la photographie du film, Philippe Rousselot. Mais encore une fois ils étaient consultables uniquement sur place[xv]. Néanmoins, même si la plupart des documents que je trouve sur cinessource[xvi] ne peuvent être consultes en ligne, leur site est tellement riche en archives concernant la genèse du film que je continuais ma recherche avec espoir. En parlant de genèse, j’ai trouvé que le magazine genesis, dédié au cinéma, avait consacré au film tout un dossier de documents inédits touchant à tous les aspects de sa création[xvii].

Toujours grâce à cinessource[xviii], j’ai découvert un article consacré à l’exposition « Patrice Chéreau, un musée imaginaire », à la Collection Lambert à Avignon (15 juillet au 11 octobre 2015)[xix]. Or, celle-ci s’articule autour des archives personnelles et professionnelles de l’artiste, qui se trouve, comme le précise la notice à l’IMEC (Institut Mémoires de l’édition contemporaine) en Belgique. Je me suis donc précipitée sur le site de ladite institut. Ainsi, j’ai découvert que les fonds privés de Patrice Chéreau se composent de 317 boîtes d’archives et de 275 imprimés. Concernant les archives cinématographiques, l’IMEC précise que « l’on trouve de nombreuses versions de scénarios, des correspondances professionnelles et de félicitations, et éventuellement des documents concernant les tournages (comédiens, photos, plans et éléments techniques) »[xx]. La cerise sur le gâteau, si seulement j’avais pu les consulter, de ma recherche. Mais je ne m’arrêtais pas là, car j’apprends par la même occasion, que l’autre partie des archives cinématographiques de Patrice Chéreau est conservée à la Cinémathèque Française[xxi]. Le fond d’archives comporte 87 boîtes composées de diffèrent matériaux tels que des textes, des documents scénaristiques (découpage technique), des notes concernant la production, le tournage et le montage, des feuilles de service et des plans de travail relatifs au tournage et enfin le minutage du montage. Un dossier assez varié permet de comprendre et de connaitre l’envers du décor de la réalisation du film[xxii]. Un autre fond essentiel à consulter est le fond Suzanne Durrenberger, scripte du film[xxiii], où se retrouvent près de 2000 polaroïds en couleurs concernant du filmla plupart numérotés et annotés[xxiv]. On y retrouve aussi différents rapports établis par Durrengher tel que les rapports de production, d’image, des brouillons des rapports de montage, la bible du tournage, et des notes manuscrites pour le tournage. Ce qui est intéressant aussi, comme dans le fond de Patrice Chéreau d’ailleurs, c’est que l’on retrouve aussi beaucoup de documents et de sources historiques en rapport avec l’histoire de Marguerite de Valois et son époque, comme pour se donner des indices pour le film. Enfin d’autres fonds, moindres mais tous aussi intéressants à souligner sont le fond des collections du scenario conservés à l’IDHEC (Institut des Hautes Etudes Cinématographique) contenant principalement une liste des acteurs du film et des indices sur le découpage technique. Le fond Daniele Thompson[xxv] qui contient plusieurs versions du découpage du film et les collections de la fondation Jérôme Seydoux Pathé contenant des photos, des fiches techniques et artistiques et des fiches de renseignement sur les techniciens et acteurs[xxvi]. Enfin, je voulais quand même connaitre les motivations et l’intervention du réalisateur Patrice Chéreau concernant son film, autre que sur le papier. J’ai donc cherché s’il n’avait pas été interrogé à la télévision ou à la radio, et j’ai trouvé un postact pertinent sur la radio France culture[xxvii]. Le réalisateur raconte son parcours et explique ses partis pris. Une interview intéressante qui nous permet, à défaut de pouvoir consulter ces archives, d’avoir une idée, une vision globale, du travail de l’équipe et de leurs choix de réalisation, production et montage.

Ainsi, la plupart des documents nécessaires à l’étude de l’archéologie du film la Reine Margot se retrouve dans des fonds d’archives des grandes institutions de conservation française. On comprend donc l’importance, pour ce genre de travail, de focaliser la recherche sur le pays de production d’origine[xxviii]. Les documents relatifs à une étude archéologique se résument en général à des photographies, des fiches techniques, des notes personnelles sur divers aspects et même des documents historiques. Ce travail de recherche est donc un travail minutieux et long, ou chaque document à sa particularité et son importance pour comprend la genèse d’un film, et d’autant plus pour un film comme de Patrice Chéreau, projet titanesque aux multiples facettes.

[i] Ou au contraire les contestations que ça à soulever. J’ai réussi à trouver une vidéo sur l’INA montrant la réaction négative ou positive des spectateurs à la sortie d’une salle de cinéma à la suite de la projection du film. http://www.ina.fr/video/CAB94049707/la-reine-margot-a-paris-video.html

[ii] http://www.allocine.fr/film/fichefilm-10054/casting/

[iii] « Éléments pour une archéologie des images animées », rédigée par Rémy Besson pour le cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal. Actualisée pour un cours en cinéma de l’Université Paris 8,

[iv] Et surtout pour le laps de temps que nous avions pour le réalisé soit quelque semaines (alors que l’appondissent de ce genre de travaux demanderai des mois voire des années)

[v] C’est plus précisément une coproduction européenne entre la France, l’Italie et l’Allemagne et non pas franco-québécois comme un bon nombre de réalisations, dommage pour moi.

[vi] Je suis aussi allé sur le site officiel de l’organisation nationale du film du canada, ne pouvant pas m’y rendre directement et là encore une fois je n’ai rien trouvé. URL : https://www.onf.ca/

[vii] Marc Escola, « A. Kleinberger, J. Nacache, Analyse d’une œuvre : La Reine Margot (P. Chéreau, 1994)», Fabula, essais nouvelle parution [publiée le 19 janvier 2015], consulte le 07 novembre 2017. URL : https://www.fabula.org/actualites/alain-kleinberger-jacqueline-nacacheanalyse-d-une-oeuvre-la-reine-margot-p-chereau-1994_66644.php

[viii] Patrice Chéreau, « La reine Margot / un film de Patrice Chéreau ; d’après le roman d’Alexandre Dumas ; scénario et adaptation de Danièle Thompson et Patrice Chéreau, dialogues de Danièle Thompson ; photogr. de Luc Roux ; planches du story board de Maxime Rivière », Grasset, Paris, 1994

[ix] Il y a d’autres livres, concernant le film, la Reine Margot de Patrice Chéreau qui ont était publiés. Néanmoins, il y en a certains que je n’ai pu trouver dans aucunes bibliothèques ou d’autres, qui après les avoir consultés, se sont révélés trop éloignés de mon sujet de recherche et touchés plus la circulation du film.

[x] Site qui sera mon fil d’Ariane pour tout le reste ou du moins pour la quasi-totalité de ma recherche. URL: http://www.cineressources.net/recherche_t.php

[xi] Guillaume Moscovitz, « Il était une fois … la reine Margot », 52minutes, diffuseur : FR5, Copyright Folamour – Ina – 2013. Fiche technique du documentaire : http://www.folamour.fr/fr/film/il-etait-une-fois-la-reine-margot/

[xii] Sur la page web de cette vidéo se trouvait d’autre vidéo en rapport avec le film, tel que les des interviews des acteurs sur de grande chaine TV, des images du festival de canne lors de la présentation du film mais ceci s’intégrerais plus dans le sujet concernant la circulation du film.

[xiii] Lien vers la vidéo : http://www.ina.fr/video/CPD13001451

[xiv]http://www.cineressources.net/pochettes_photos/resultat_f/index.php?pk=52784&param=F&textfield=la+reine+margot+&rech_type=E&rech_mode=contient&pageF=1&pageP=1&type=FOR&pk_recherche=52784#

[xv] Site officiel de l’Association Française des Directeurs de la Photographie Cinématographie : http://www.afcinema.com/

[xvi]J’ai pu aussi trouver des articles du période cahier du cinéma que j’ai pu, cette fois aller consulter a la bibliothèque de l’université de Montréal. Malheureusement cela s’est révélé une fausse route puisque les articles concerner plus la circulation du film que l’archéologie de celui-ci. Lien des article sur le site cineressource : http://www.cineressources.net/articles_periodiques/resultat_f/index.php?pk=52784&param=F&textfield=la+reine+margot+&rech_type=E&rech_mode=contient&pageF=1&pageP=1&type=FOR&pk_recherche=52784

[xvii] Sophie Rabeau, « Genesis numéros 28, cinéma », Fabula : la recherche en littérature, publiée le 20 juillet 2007, consulté le 8 novembre 2017. URL :https://www.fabula.org/actualites/genesis-ndeg28-cinema_19596.php

[xviii]http://www.cineressources.net/ouvrages/resultat_f/index.php?pk=52784&param=F&textfield=la+reine+margot+&rech_type=E&rech_mode=contient&pageF=1&pageP=1&type=FOR&pk_recherche=52784#

[xix] Lien vers le site de l’exposition : https://www.actes-sud.fr/actualites/exposition-patrice-chereau-un-musee-imaginaire-du-11-juillet-au-11-octobre-avignon

[xx] Lien vers le fond d’archive de Patrice Chéreau de l’IMEC : http://www.imec-archives.com/fonds/chereau-patrice/

[xxi] Liens vers le fond Patrice Chéreau de cineressource : http://www.cineressources.net/repertoires/archives/fonds.php?id=CHEREAU

[xxii]Liens vers les multiples dossier d’archives de cineressource : http://www.cineressources.net/archives/resultat_f/index.php?pk=52784&param=F&textfield=la+reine+margot+&rech_type=E&rech_mode=contient&pageF=1&pageP=1&type=FOR&pk_recherche=52784

[xxiv]Lien vers le fond d’archive de Suzanne Durrenberger : http://www.cineressources.net/repertoires/archives/fonds.php?id=DURRENB

[xxv] Lien vers le fond d’archive de Daniele Thompson : http://www.cineressources.net/repertoires/archives/fonds.php?id=THOMPSON

[xxvi]Lien sur les archives concernant « la reine margot » de la fondation Jérôme Seydoux Pathé : http://cadic.fondation-jeromeseydoux-pathe.com/exl-php/cadcgp.php?CMD=CHERCHE&VUE=pathe_-_recherche_simple&MODELE=vues/pathe_-_recherche_simple/home.html&EQUATION=WHERE_FT_ANY_TEXT_COLUMN=la%20reine%20margot!-!WHERE_DOC_TYPE=

[xxvii] France culture, « Patrice Chéreau : faire du cinéma pour se rapprocher du visage des comédiens », mise en ligne le 16/11/2016 (mis à jour le 21/11/2016 à 15:54). Consulte le 7 novembre 2017. URL :

https://www.franceculture.fr/cinema/patrice-chereau-faire-du-cinema-pour-se-rapprocher-du-visage-des-comediens

[xxviii] Il existe néanmoins, je pense, toujours quelques exceptions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *