Filmer la parole, les gestes et le corps des acteurs de l’histoire

Dans le cadre du cours Cinéma documentaire (Université de Montréal), nous avons abordé la question du témoignage filmé et des dispositifs filmiques. Le corpus de films mobilisé avait pour sujet les génocides et massacres du vingtième siècle. Le cas du film Shoah (Lanzmann, 1985) a été mis en regard du Chagrin et la pitié (Ophüls, 1969), d’Arusha à Arusha (Gargot, 2008) et de S21, la machine de mort khmère rouge (Panh, 2003). Cette séance s’articule avec celle de la semaine prochaine qui sera consacrée aux usages des archives.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.