(Re)monter la parole des acteurs de l’histoire : le cas Quatre sœurs (Lanzmann, 2017).

Dans le cadre d’un panel du GRAFICS qui a pris place dans le cadre de l’École de printemps du FilmForum (Gorizia, Italie), j’ai eu l’occasion de présenter le travail que j’ai accompli à propos du dernier film de Claude Lanzmann, Quatre soeur (2017). Plus précisément cette communication a porté sur la partie consacrée au récit de vie de Ruth Elias.

(Re)monter la parole des acteurs de l’histoire : le cas Quatre sœurs (Lanzmann, 2017).

Quatre soeurs est le plus récent documentaire de Claude Lanzmann (2017). Il s’agit de quatre portraits de femmes juives qui proposent, face caméra, leur récit de vie pendant le génocide (1941-45). Ce film s’inscrit dans une série de productions, qui va d’Un vivant qui passe (1997) au Dernier des injustes (2013), réalisées à partir des quatre-vingt entretiens tournés pour Shoah (1973-85). L’hypothèse développée est que tout à la fois la pratique du montage et le discours du réalisateur se sont progressivement transformés afin de moins insister sur la notion de création documentaire et plus sur l’idée d’une transmission fidèle de la mémoire des acteurs de l’histoire. Ce propos s’appuie sur une mise en parallèle du contenu audio-visuel des films susmentionnés et des rushes de Shoah (accessibles au Musée de l’Holocauste à Washington), ainsi que sur une analyse des discours produits par Lanzmann sur ses propres films. Cette étude conduit à repenser la représentation cinématographique de l’histoire proposée dans ce corpus de films en remettant en cause un certain nombre des lieux communs des discours sur l’histoire orale, l’écriture de l’histoire de ce génocide et le rapport du cinéma aux archives


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *