Cinéma documentaire: conclusion

La dernière séance du cours Cinéma documentaire (Université de Montréal) a été l’occasion d’une présentation portant sur les webdocumentaires et d’une conclusion qui correspond à un retour sur les points discutés tout au long du semestre. L’idée était de faire ressortir des notions sans aborder d’études de cas, ainsi que d’axer la démonstration sur les compétences acquises par les étudiants. L’idée est aussi de montrer la progression entre les différentes séances. Enfin, c’est, de manière plus prosaïque, un petit exercice de réthorique qui vise à présenter une dernière fois la matière du cours avant l’examen. Cela explique la présentation en 13 points à retenir.

  1. Vous savez quels critères président à la définition d’une image comme étant authentique (perspective développée par André Bazin) et que les images documentaires peuvent servir de preuve lors d’un procès (cours 2). Vous savez aussi que la réalisation d’un film documentaire se distingue de l’enregistrement d’un document. C’est le résultat d’un processus long et d’une multiplicité de choix aussi bien techniques, qu’esthétiques et politiques (cours 3).
  2. Vous savez qu’une définition du documentaire repose sur la capacité du cinéma à enregistrer quelque chose du réel qui déroule devant la caméra. Vous savez aussi que tous les documentaires ne reposent pas sur cette définition (cinéma d’animation: cours 1) et que le réel en question est souvent mis en scène pour les besoins du film (cours 3). De plus, un documentaire peut “documenter” des faits ou des personnes imaginés. Un documentaire peut porter sur un imaginaire (cours 10).
  3. Vous savez que la notion de documentaire n’a pas seulement à voir avec l’histoire qui est racontée (intrigue), mais aussi avec l’expérience vécue par le spectateur lors du visionnement (cours 4).
  4. Vous savez aussi que la notion de documentaire peut être liée au travail que vous accomplissez en tant qu’étudiant, c’est-à-dire que la valeur documentaire d’une image est aussi liée à votre capacité à la mettre en contexte (cours 3). Il est de mise de dire qu’une image sans information contextuelle ne documente pas grand-chose (cela est aussi vrai pour l’usage juridique des images animées).
    1. Vous savez que la technique joue un rôle important dans le rapport de l’équipe du film avec les individus/ groupes qui sont représentés à l’écran (cours 5) et que cela est aussi valable pour ce qui concerne le montage (cours 8). L’accent a particulièrement été mis sur le rapport de l’image et du son. Vous savez aussi que le web change notre rapport au cinéma documentaire (cours 13).
    1. Vous êtes sensibilisés au fait que l’usage de la notion de documentaire est lié à un contexte culturel spécifique (fait de discours). Un film documentaire c’est aussi ce qu’une société donnée est prête à désigner ainsi. Nous avons vu cela à travers les débats autour des expressions « cinéma vérité » et « cinéma direct » (cours 6 et suivants). Vous savez qu’il n’y a rien d’évident dans le fait de poser ces questions du point de vue occidental (cours 11).
    2. Vous savez distinguer un usage des archives pour ce qu’elles donnent à voir (impression d’une transparence du média) et un usage réflexif des archives (cours 8). Vous êtes capables d’interpréter les conséquences de tels usages et d’exprimer un point de vue critique (cours 12). Nous avons vu que le cinéma documentaire entretient des liens avec le cinéma expérimental.
    3. Vous êtes capables d’identifier différents types d’entretiens filmés (cours 7). Vous êtes capables de distinguer des dispositifs proches de ceux de l’histoire orale(impression d’une transparence du média) de dispositifs filmiques plus élaborés qui se donnent à voir en tant que tels.
    4. Vous savez donc que les documentaires peuvent être réflexifs, c’est-à-dire qu’ils peuvent donner à voir la matérialité des images qui les composent et leur propre mode de fabrication. Le documentaire est alors un mode de médiation qui se donne à voir en tant que tel. Il ne s’agit pas de donner un accès le plus direct possible à ce qui s’est passé dans la société.
    5. Vous êtes capable d’identifier le point de vue exprimé dans un film documentaire (cours 9). Vous savez articuler cette notion de point de vue avec les études culturelles.
    6. Vous savez donc qu’un documentaire ne cherche pas forcément à représenter la société de manière objective, ni même de la manière la plus objective possible. Un documentaire peut avoir pour but de changer la société qu’il représente (dimension performative, cours 12) et de transformer les représentations qu’une société a d’un groupe social, culturel, religieux, etc. Nous avons que cela conduit parfois à faire passer la réflexion sur la forme au second plan (format proche du reportage télévisé).
    7. Vous savez que le documentaire d’auteur correspond au fait de trouver une forme audiovisuelle originale afin de partager ses idées. Il n’y a alors pas de distinction simple entre la notion de sujet et celle de forme cinématographique (cours 10 et suivants). Dans ce cas, le documentaire est aussi une manière de s’interroger sur la représentation d’une problématique ou d’un groupe donné.
    8. Vous savez donc distinguer si le point de vue adopté dans un documentaire porte principalement sur la société représentée ou s’il porte aussi sur les représentations (cours 9). Vous savez donc distinguer ce qui relève d’une représentation du politique de ce qui relève d’une politique de la représentation (cours 12).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.