Cinéma documentaire: examen

Dans le cadre du Cinéma documentaire (CIN-2104) de l’Université de Montréal, la dernière séance du semestre a été consacrée au traditionnel examen de fin de session. Il vient compléter les travaux que les étudiants ont eu à mener tout au long du cours. Il me semble intéressant de partager le sujet de celui-ci avec les lecteurs de ce carnet de recherche.

Cet examen a porté sur le court métrage documentaire Baghdad Twist de Joe Balass (2008). Celui-ci a été visionné au début de l’examen via la plateforme de l’ONF.  Des questions de cours ont permis de faire le lien avec les notions de point de vue, de dispositif filmique, d’usage créatif des archives, ainsi que de film de témoignage. La question longue était la suivante:

Le contenu visuel du film est composé d’images d’archives issues de différents types de sources (films de famille, bandes d’actualité, photographies, etc.). C’est donc tout à la fois un film de témoignage et un film d’archives. Sa principale originalité formelle réside dans le fait que quelques plans tournés en Irak en 1965 lors du mariage de la mère du réalisateur reviennent à plusieurs reprises. Après avoir proposé une synthèse portant sur le contenu verbal et sur la forme prise par le film, vous proposerez un point de vue critique portant sur le rôle de cette séquence dans le film. Vous analyserez notamment le rapport de cette séquence avec le témoignage, avec la musique, avec les autres images et la manière dont cette séquence est intégrée dans le film (travail sur la matérialité de l’image).

Les étudiant-es pouvaient consulter leurs notes de cours, ainsi que leur ordinateurs portables pour répondre à celle-ci. Il pouvait également s’appuyer sur les éléments suivants:

Synopsis du film sur le site de l’ONF :

Ce documentaire porte à l’écran une série inédite d’images d’archives, de films et de photographies de famille provenant d’Irak et lève le voile sur la communauté juive, autrefois florissante, de ce pays. Dans un film traduisant le mal du pays et la nostalgie d’un Irak à jamais disparu, le cinéaste originaire de Bagdad, Joe Balass, entraîne le spectateur dans un voyage poétique par des fragments de souvenirs de l’exil arabe. En anglais avec sous-titres français.

Synopsis sur le site de la maison de production :

Cela pourrait se passer n’importe où. Une réception de mariage filmée en Super-8 au milieu des années 1960 : cravates étroites, coiffures bouffantes, images scintillantes d’un couple réjoui et d’invités souriants. Un groupe de musiciens joue et on se rassemble sur la piste pour exécuter la dernière danse à la mode : le twist.

Critique du film (extrait) :

Joe Balass creates a collage of history in Baghdad Twist (2008). At thirty-three-minutes, this documentary short parses together photographs, home movies, and archival footage to render a glimpse at a collective Jewish memory of Baghdad before persecution. (…) Though clearly an observational documentary, making the viewer a participant in the events, the voice-over interview of Balass’ mother provides the guidance and information one would expect from cinéma vérité.

Kamran Ahmed, « Toronto Jewish Film Festival: Baghdad Twist Review », Next Projection, 13 mai 2014.

Critique du film (extrait) :

Joe Balass hopes his new documentary Baghdad Twist will give audiences a sharply different view of the Iraqi capital than the one offered in TV newscasts. « I’m hoping that instead of just thinking of Iraq as a disaster zone, people will think of it as a place that was seen as a kind of Garden of Eden at one point, » the Montreal filmmaker says at the Toronto International Film Festival where the half-hour movie is being screened.

Mike Fuhrmann, « Doc shows Baghdad as ‘Garden of Eden,’ says director », The Star, 11 septembre 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.