Archéologie des médias : un état des lieux

J’ai le plaisir de partager le compte rendu du livre de Jussi Parrika, Qu’est-ce que l’archéologie des médias? (UGA: Grenoble, 2018) que je viens de publier sur Nonfiction. Celui-ci a été rédigé dans la perspective d’une intervention que je vais effectuer dans le cadre du séminaire Médias et intermédialité (EDM-7818) donné par Mouloud Boukala à l’École des médias de l’UQàM. Cette conférence qui a lieu le 14 mai 2018 s’intitule: Intermédialité et archéologie des médias: quasi-synonymes ou concurrence notionnelle? Il s’agit ainsi de poursuivre le travail historiographique que j’ai engagé depuis quelques années sur la notion d’intermédialité (cf. l’article: Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité). L’hypothèse de travail consiste à voir dans l’archéologie des médias une reconfiguration des enjeux de l’intermédialité.

Archéologie des médias : un état des lieux

L’archéologie des médias est une expression à la mode dans l’espace francophone. Il était donc temps que l’ouvrage — Qu’est-ce que l’archéologie des média ? — de Jussi Parikka soit traduit. La version anglaise date, en effet, de 2012 (elle est ici à peine remaniée). Historien de formation, l’auteur, professeur de cultures technologiques et d’esthétique à l’université de Southampton, y relève le défi d’un état de la recherche en médiarchéologie. Il œuvre également à distinguer cet axe de pertinence de l’histoire des médias, des études culturelles et de l’histoire de l’art.

Cela est cependant fait sans chercher à définir une nouvelle discipline, l’archéologie des médias étant plutôt conçue comme étant une manière de décloisonner et de mettre en crise différentes perspectives disciplinaires préexistantes. L’usage de cette expression a donc une valeur stratégique dans le champ académique. Elle permet d’agréger, sous un même label, un ensemble de points de vue qui visent à renouveler l’étude des médias. Cet usage stratégique constitue également la principale faiblesse de l’optique défendue, car la cohérence théorique dudit mouvement est parfois douteuse. L’ouvrage rend en tout cas compte de la diversité des types des recherches qui sont désignés par ce syntagme (lire la suite).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *