Préservation audiovisuelle et histoire culturelle du cinéma : quels dialogues sont possibles ?

Dans le cadre du 8e symposium du Groupe interdisciplinaire de recherche en archivistique (GIRA), dont le sujet est État, conditions et diffusion de la recherche en archivistique, je vais intervenir à propos de la Préservation audiovisuelle et histoire culturelle du cinéma : quels dialogues sont possibles ? Ce sera pour moi l’occasion de compléter et de critiquer l’étude historiographique que je mène depuis maintenant plusieurs années sur les rapports entre Histoire et cinéma. L’idée principale est qu’à l’hypothèse d’une convergence entre génétique cinématographique et étude de la circulation des films dans l’espace public, succède un possible rapprochement entre histoire culturelle et archivistique. Vous trouverez ci-dessous le résumé de la communication en question, sachant que j’ai révisé certains points entre le moment où ce texte a été soumis et maintenant. Pour avoir la bonne version, il faudra être présent à l’Université de Montréal le 30 novembre 2018 (ou attendre la publication):

Cette communication porte sur deux types distincts de rapport que les historiens qui travaillent sur le cinéma entretiennent avec les archives. Le premier type de rapport, qui est certainement le plus visible, conduit, bien souvent, à des malentendus et à l’impression d’une incompréhension disciplinaire. Cette approche historienne des images animées repose sur le présupposé qu’une séquence issue d’un film de fiction, d’un documentaire ou d’une actualité devient une image d’archives, quand elle est remobilisée dans une autre production audiovisuelle. Le second type de rapport vise à comprendre le cinéma en étudiant le rôle de l’équipe du film, des appareillages techniques et du contexte de production de manière générale. Il s’agit moins de s’intéresser aux images diffusées dans l’espace public qu’à leur fabrique. Cette attention à la conception de l’image conduit à prendre en compte la mise en archives et la préservation des fonds audiovisuels. L’étude de ces deux tendances conduit à envisager des points de jonction et de disjonction entre l’histoire culturelle du cinéma et les études sur la préservation des documents audiovisuels. Ainsi, c’est à une critique interne de l’état de la recherche en histoire culturelle du cinéma que cette communication se livre en s’appuyant sur des exemples concrets.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.