La Praça Onze, berceau du samba

Le mercredi 13 janvier 2010 de 17h. à 19h. dans le cadre de l’atelier nous aurons l’occasion de continuer notre questionnement sur Les enjeux de la narrativité avec une séance interdisciplinaire autour de la question de la “mise en récit”. Toujours dans une optique pragmatique et à partir d’une étude de cas cette séance s’articulera autour d’une présentation de Laura Jouve-Villard qui est doctorante en Musique à l’EHESS et qui travaille sur La Praça Onze de Junho à Rio de Janeiro. Dans l’optique de cette séance, elle nous invite à prendre connaissance d’un texte de Gérard Lenclud Quand voir c’est reconnaître qui nous permettra de mieux appréhender sa présentation.

La Praça Onze, berceau du samba : « mise en intrigue » de l’histoire, et mise en récit du regard anthropologique.

La Praça Onze de Junho, place publique aujourd’hui détruite qui se situait jusqu’en 1942 dans le centre de Rio de Janeiro, offre une illustration, si besoin était, de ce que la notion de « mise en intrigue » chère à Paul Ricœur ne saurait être précieuse qu’aux historiens : les anthropologues s’y retrouvent également.

Considérée comme le lieu de naissance de la Samba, la Praça Onze a servi tout au long du XXe siècle d’écran sur lequel ont été projetés différents récits des origines (origines du carnaval de Rio de Janeiro, origines de la Samba). Ces derniers ont contribué à la fabrication de l’histoire d’une partie de la ville comme à celle de l’histoire de la musique populaire brésilienne, mais ils ne se limitent pas à des vecteurs d’identification, de représentation, que l’on peut lire par exemple dans l’important répertoire musical faisant hommage ou référence à la Praça Onze. Le récit de la Praça Onze, en constante fabrication, se déchiffre aussi concrètement : d’une part dans la façon de « faire la musique » et de « pratiquer musicalement la ville » ; d’autre part dans la façon dont a été aménagé le quartier entourant l’ancienne place.

L’idée d’une « réalité », d’une « vérité vraie » de l’histoire de la Praça Onze, à l’opposé de l’idée de sa mise en récit, renvoie à une autre dichotomie épistémologique : celle du « factuel » et de « l’asserté » posée par l’idée d’une existence séparée des objets observés par l’anthropologue et de la connaissance qu’il en prend. Que ce soit à propos des récits de voyages composés dans le temps, ou à propos des faits observés ici et maintenant par l’anthropologue, témoin direct de son temps, la critique des sources s’impose à lui comme à l’historien. L’analyse de la « mise en intrigue » de la Praça Onze-berceau du samba au cours du XXe siècle, se termine ainsi là où commence le déchiffrage de la mise en récit du regard anthropologique d’une ethnomusicologue sur son terrain de recherche, en 2009 à Rio de Janeiro.

Les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire
Séance  du 13 janvier 2010 avec Laura Jouve-Villard (doctorat de Musique à l’EHESS), INHA bibliothèque du CEHTA, 17h.-19h.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.