Présence cinématographique du passé dans le temps présent

Présence cinématographique du passé dans le temps présent. Le cas d’Hochelaga, terre des âmes de François Girard (2017) est un article que je viens de publier dans la revue en ligne en libre accès Captures. Figures, théories et pratiques de l’imaginaire qui est dirigée par Vincent Lavoie (UQàM). Cet article est la suite d’une réflexion sur l’écriture cinématographique de l’histoire engagée depuis quelques années. L’argument principal est, ici, l’identification d’une figure de l’histoire singulière. L’enjeu est aussi de proposer une argumentation en deux temps distincts. Celle-ci est d’abord centrée sur la mise en scène de l’enquête menée par le personnage principal de l’intrigue, puis sur la mise en scène d’un imaginaire de l’histoire. Enfin, cet article a été l’occasion de proposer une étude de cas portant sur un nouvel objet, pour moi, l’imaginaire du Québec. 

Je tiens à souligner que la forme de la revue – possibilité d’intégrer des captures d’écran, mais aussi des extraits audiovisuels – est particulièrement adaptée à une démonstration en images. C’est, me semble-t-il, un bel exemple d’application de l’usage équitable canadien

Vous pouvez consulter l’article en ligne: BESSON, Rémy. 2018. « Présence cinématographique du passé dans le temps présent. Le cas d’Hochelaga, terre des âmes de François Girard (2017) », Captures, vol. 3, no 2 (novembre), hors dossier. En ligne : revuecaptures.org/node/2977/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.