Shoah. Une double référence ? – compte rendu

C’est avec plaisir que je partage les premières lignes du compte rendu que Sébastien Ledoux a consacré à mon livre – Shoah. Une double référence ? – dans le dernier numéro de la Revue d’histoire moderne & contemporaine. Je remercie l’auteur d’avoir donné son accord à ce partage, sachant que vous pouvez consulter l’intégralité du texte – en libre accès – sur le site de la revue.

“Issu d’une thèse d’histoire, le livre de Rémy Besson consacré au film Shoah de Claude Lanzmann scrute au plus près la construction et la réception d’un objet devenu, dans la société française, une référence à la fois esthétique – il est considéré comme un chef-d’œuvre – et mémoriel – son nom est repris après sa diffusion pour désigner les faits historiques qu’il relate : l’extermination des juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. « Film presque sacré » (p. 29), il n’en est pas moins une production visuelle réalisée par un homme avec d’autres personnes dans un certain contexte historique. C’est ce pas de côté salutaire que R. Besson nous invite à faire par une approche génétique du film, observant au préalable qu’il n’existait jusque-là aucun modèle interprétatif pour expliquer ce « devenir référence » (p. 31) de Shoah.” (lire la suite).

Pour citer le compte rendu: Ledoux, Sébastien. « RÉMY BESSON, Shoah. Une double référence ? Des faits au film, du film aux faits, Paris, MkF Éditions, 2017, 207 p., ISBN 979-10-92305-36-4 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 65-4, no. 4, 2018, pp. 218-220.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.