Cinéma politique (Cours, Université de Montréal)

Cette année, j’ai le plaisir de donner le cours Cinéma politique (CIN-1106) à l’Université de Montréal. Celui-ci sera l’occasion de passer d’une réflexion sur la représentation de la politique à un questionnement sur la politique de la représentation en passant par la question du geste (des filmés, des filmeurs, etc.). Vous trouverez ci-dessous la note d’intention du cours (vous pouvez aussi consulter le programme séance par séance).

Proposer une introduction au Cinéma politique conduit à croiser deux approches, l’une visant à proposer un panorama du sujet abordé et l’autre à le problématiser. Les séances de ce cours sont ainsi organisées de manière à ce que nous abordions certains films clés de l’histoire du Cinéma politique. Ceux-ci ont notamment été réalisés par Wang Bing, Costa-Cavras, Sergueï Eisenstein, Amos Gitai, Jean-Luc Godard, Abbas Kiarostami, Abdellatif Kechiche, Claude Lanzmann, Spike Lee, Ken Loach, Chris Marker, Pier Paolo Pasolini, Carole Roussopoulos, Pierre Schœller, Steven Spielberg, Peter Watkins[1]. Un accent particulier sera également porté sur des réalisateurs et réalisatrices du Québec contemporain tels que Simon Beaulieu, Mathieu Denis, Catherine Hébert, François Girard, Simon Lavoie et Alanis Obomsawin. Ce parcours n’a, cependant, de sens que s’il est articulé avec un questionnement. Déterminer quel est l’enjeu du cours est, en soi, une partie du sujet de ce dernier.

Dans un premier temps (séances 1 à 4), on s’intéressera avant tout à la manière dont le cinéma représente des situations politiques (une réforme constitutionnelle, une crise après l’assassinat d’un opposant politique, un soulèvement populaire dans une situation coloniale, une guerre, etc.). Cela nous conduira à définir trois notions : la politique, le politique et la politisation.

Dans un deuxième temps, on s’éloignera de sujets portant sur la représentation (comment on montre quelque chose de politique dans un film), pour se demander si la politique au cinéma est aussi une affaire de gestes (séances 5 à 7). La politique n’est alors plus considérée comme quelque chose d’extérieur au film, mais comme quelque chose de cinématographique (un regard caméra, un mouvement de caméra, etc.). « Deux possibilités s’offri[ro]nt (sans s’exclure) : s’agit-il du geste filmé ou (et ?) du geste du filmeur ? »[2]. Trois autres notions seront appréhendées : le point de vue de l’opérateur, l’échelle et le geste.

Dans un troisième temps, nous discuterons de questions relatives à la politique de la représentation et à la culture visuelle. On se demandera dans quelle mesure il est possible de faire et de programmer des films de manière politique (séances 8 à 10 et 12-13). Trois dernières notions seront vues ensemble, celles de réappropriation culturelle, de performativité du film et de figuration.

Ainsi, au lieu d’être donné dès le départ, l’enjeu du cours se dévoilera progressivement tout au long du semestre. En partant d’une approche relativement classique portant sur la représentation de la politique – par exemple, comment Hollywood aborde une crise telle que celle des otages américains en Iran en 1979 (séance 2) ? – on en viendra à se poser des questions telles que : comment les gestes d’un acteur et ceux d’opérateurs peuvent-ils être qualifiés de politique ? Dans quelle mesure le mode d’organisation de l’équipe du film est politique ? Comment le remontage d’images d’archives ou la réalisation d’un film portant sur un autre film peuvent-ils être politique ?

Ces dernières interrogations peuvent sembler s’éloigner du cœur du sujet (le politique au cinéma) pour porter sur des questions d’ordre plus formel, mais il n’en est rien, car, comme le dit le philosophe Jacques Rancière dans un texte portant sur Le Cuirassé Potemkin d’Eisenstein que nous étudierons en conclusion, « l’artiste qui organise les images du soulèvement populaire [ou de tout autre événement politique] pour soulever les émotions du public sait bien que, sur les écrans des cinémas, il n’y a pas d’émotions. Il n’y a que des images. […] Les images mobiles n’existent jamais que pour un spectateur en face duquel, sur l’écran, elles se chassent l’une l’autre autant qu’elles s’enchaînent. Nul ingénieur ne sait au juste comment le spectateur en fait la synthèse et ce que celle-ci produit[3]. » Ainsi, les questions de politique de la représentation ont directement à voir avec la place du cinéma dans la société. Il est donc pertinent d’ajouter une question qui s’adresse directement à chacun d’entre nous (et qui constitue le véritable enjeu de ce cours) : Comment un film peut-il changer notre perception de la société, voire changer notre manière d’agir en société ? Tenter de répondre à ce problème a conduit à arrimer ce cours aux enjeux politiques les plus actuels[4] – montée de mouvements suprématistes blancs, difficultés rencontrées par les migrants[5], montée d’imaginaires colonialistes et militaristes, difficulté à faire entendre des voix alternatives, etc. Il s’agira de voir ensemble quelles réponses le Cinéma politique est en mesure de leur apporter. 

[1] La sous-représentation des femmes dans cette liste fera l’objet d’une discussion. On renvoie sur ce point à « Les Dames Doc en Chiffres », sur le site web Les Dames du doc, consulté en janvier 2019 [en ligne].

[2] Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet (dir.), Qu’est-ce qu’un geste politique au cinéma ?, Rennes : PUR, 2019, p. 8.

[3] Jacques Rancière, « Un Soulèvement peut en cacher un autre », dans Georges Didi-Huberman (dir.), Soulèvements, Paris : Gallimard, 2016, p. 70.

[4] C’est ce choix de l’actualité qui explique qu’une (plus) jeune génération de créateurs québécois a été préférée aux, désormais classiques, auteurs du cinéma direct et du mouvement indépendantiste. On verra cependant, à travers des films sur Godin et Miron, comment un jeune réalisateur se saisit de ces sujets au début du vingt-et-unième siècle.

[5] Ce sujet, qui est au cœur de nombreuses productions cinématographiques engagées actuelles, sera abordé lors d’une séance avec Claudia Polledri (cours 11).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.