Rendre visibles les témoignages des survivant-es de la Shoah : un essai de dispositif filmique

Dans le cadre de la table ronde Question de genre pendant et après la Shoah: récits de survie et d’immigration au Canada organisée le 5 novembre 2019 à l’Université de Montréal avec le soutien de la Fondation Azrieli, je vais présenter une communication intitulée “Rendre visibles les témoignages des survivant-es de la Shoah à Montréal : un essai de dispositif filmique”. Cette communication prendra la forme de capsules audiovisuelles qui ont été réalisées pour l’occasion.

Résumé :

Dans l’introduction d’un récent numéro de la revue Vingtième Siècle consacré à L’histoire de la Shoah face à ses sources (2018/3 n. 139), l’historienne Claire Zalc écrit « les récits ex post se construisent au cours d’interactions particulières et contextualisées, intégrant bien souvent la lumière de faits appris, lus ou redécouverts. Croiser les témoignages, sur un même fait, conduit à mettre en évidence leur plasticité » (p. 17). Il est possible d’ajouter que cette plasticité a, bien souvent, moins à voir avec le récit tenu par les acteurs de l’histoire qu’aux modes de médiation qu’ils choisissent ou qui leur sont proposés. Témoigner par écrit, dans le cadre d’une collecte de sources orales ou filmées, face à la caméra d’un-e journaliste ou d’un-e réalisateur conduisent, en effet, à inscrire leurs propos dans des régimes de visibilités bien différents. Cette communication repose sur le partage de capsules audiovisuelles issues d’entretiens filmés menés à l’automne en 2019 avec deux survivants de la Shoah d’origine hongroise vivant à Montréal, Judy Abrams et Leslie Vertes, qui ont déjà publié leurs mémoires et qui ont accepté d’être filmé à deux reprises, d’abord lors d’une captation proche de l’histoire orale, puis dans un dispositif filmique mettant en scène leur mémoire corporelle. En prenant notamment en compte leur genre, la communication revient sur ce que ces gestes créateurs différents (écriture, collecte, dispositif) changent à leur témoignage de sortie de guerre et d’immigration au Québec.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.