Faire un film de manière politique

Dans le cadre du cours Cinéma politique (UdeM), après plusieurs séances consacrées à l’étude de la représentation du politique et des gestes politiques, nous avons commencé à interroger des enjeux liés à la politique de la représentation. Il s’agit alors de considérer les images elles-mêmes comme un objet politique. Cela passe notamment par l’étude du cinéma de seconde main. La Rabbia – partie 1 de Pasolini a été considéré, ainsi que deux films québécois plus récents réalisés par Simon Beaulieu. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.