Un film second comme argument pour changer les discours sur le montage : le cas de Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (C. Hébert, 2018)

Dans le cadre du colloque L’émergence du concept de montage: ses sources, son développement, ses migrations (sous la direction de Faye Corthesy, André Gaudreault, Santiago Hidalgo, Laurent Le Forestier et Andréane Morin-Simard) qui se tiendra à Lausanne (UNIL) les 11, 12 et 13 novembre, j’ai le plaisir de présenter une communication portant comme titre: Un film second comme argument pour changer les discours sur le montage : le cas de Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (C. Hébert, 2018).

Le résumé de la communication est le suivant:

Le montage du film Shoah (Claude Lanzmann, 1985) a durée plus de cinq années (automne 1979-85). Après les dispositifs filmiques mis en place lors des tournages (1975-76 et surtout 1978-79), il s’est agi d’une seconde mise en intrigue. Cette étape essentielle de la réalisation du film a cependant été ignorée dans le temps long des discours institutionnels (académiques, critiques, pédagogiques, muséaux, etc.). Cette communication porte sur la redécouverte, à partir de 2010, de l’importance de ce processus (travail s’appuyant sur les archives de Shoah restaurées par l’USHMM et des entretiens avec la monteuse, Ziva Postec). Ce sera surtout l’occasion d’un retour sur le documentaire de Catherine Hébert Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (2018) dont j’ai été le conseiller historique (2013-2018) et un protagoniste. L’étude de ce film second portera surtout sur son rôle performatif en tentant d’analyser comment il s’inscrit dans un état de l’historiographie et il conduit à un changement – ou non – des discours portant sur Shoah et son montage.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.