Sur la lune de nickel – Entre-temps

Pour souligner les derniers jours de l’année 2019, le comité de rédaction de la revue Entre-temps vous propose quelques lectures (roman, essai, bande dessinée) et films à découvrir. Dans ce cadre, j’ai eu le plaisir de rédiger un court texte sur le documentaire de François Jacob, Sur la lune de nickel (2018). Vous le trouverez ci-dessous. Pour consulter les autres textes, je vous invite à consulter le site de la revue Entre-temps.

Sur la lune de nickel  a été filmé à Norilsk (Russie), une cité de plus de 150 000 habitants qui se situe au nord du cercle polaire arctique. Tournée par une petite équipe – un réalisateur, un chef opérateur, une traductrice et une preneuse de son – en deux fois six semaines, le documentaire met en scène la vie dans le Nord (conditions extrêmes, difficultés à se déplacer, isolement). Il y est question des passe-temps d’un mineur, d’une jeune autrice rebelle, d’un chercheur en biologie, d’adolescents qui rêvent d’ailleurs, d’une metteuse en scène de théâtre.

Le documentaire rend aussi compte de l’inextricable lien qui unit l’agglomération – longtemps fermée aux non-Russes – à la mine Norilsk Nickel (NN). La municipalité n’aurait jamais vu le jour sans la mine et, encore aujourd’hui, si la ville continue d’exister après la chute du régime communiste, c’est que l’extraction de nickel et de palladium va bon train. Le contrôle de la mine sur la vie de la cité est d’ailleurs quasi-total, aussi bien en termes économiques, que culturels, sociaux et politiques. Loin d’être laudatif, le film porte un regard désenchanté sur cette situation.

François Jacob a aussi rencontré un militant qui s’intéresse à la fondation de la ville entre 1935 et 1957. Ce dernier, grattant sous le vernis d’une histoire officielle en plein déni, souligne le rôle des prisonniers du Goulag. Un ancien déporté – filmé à Moscou – revient d’ailleurs sur sa propre expérience. Du point de vue désenchanté sur le présent, on passe alors à un regard acerbe sur l’absence de représentation du passé et à une dénonciation du kitsch entretenu par NN.

Par petites touches, le film dresse ainsi un portrait sensible d’une cité qui concentre sur son territoire et dans son imaginaire plusieurs des maux de notre époque. Un documentaire à voir donc, sans hésiter, car il se pourrait bien que loin de Norilsk, il entre en résonance avec notre manière d’habiter le monde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.