Journée d’étude: Shoah, après Lanzmann

Organisée par Emmanuel Levine (doctorant, membre du projet Massorah), la journée d’étude Shoah, après Lanzmann se tiendra dans la salle des Actes de l’École normale supérieure (45 rue d’Ulm, Paris) le jeudi 23 janvier 2020 de 10h-17h30. Elle sera suivi d’une projection du documentaire Les Enfants du 209, rue Saint-Maur, de Ruth Zylberman. J’ai le plaisir d’intervenir dans le premier panel: Shoah, polémiques (in)actuelles ? Vous trouverez ci-dessous la note d’intention et le programme de la journée en question.

Shoah marque à sa sortie, en 1985, une étape majeure dans la reconnaissance publique de la singularité du génocide des Juifs d’Europe. Bien plus, le film imprime un nouveau tournant dans l’histoire des représentations cinématographiques de la période, jusqu’à lui donner son nom propre, au moins dans le contexte français. Ce retentissement se poursuit, au cours des années 1990, quand l’œuvre est remobilisé dans l’espace public à l’occasion de débats portant sur l’impossibilité de représenter ou de comparer la Shoah.

Jusqu’à sa mort, en juillet 2018, Claude Lanzmann n’a cessé de placer son film en position « d’étalon[1] », de « référence absolue[2] », de sorte que la réception de l’œuvre est restée inséparable de la figure et de l’autorité du réalisateur qui la défendait ainsi. Un an après son décès, cette journée d’étude veut prendre en considération les effets de cette disparition sur la réception et le devenir de cette œuvre majeure du XXème siècle.

Un premier axe de réflexion portera sur l’actualité ou l’inactualité des débats qui ont entouré Shoah depuis 1985 : les limites de la représentation cinématographique, la question du genre – documentaire ou fictionnel – du film, ou encore la place de Shoah dans l’œuvre de Lanzmann.

Un deuxième axe examinera les héritages et la réception du film dans les sciences humaines et sociales, dans les arts et les productions culturelles[3]. Quelles influences le montage ou la photographie, les techniques d’entretien et d’enquête ont-ils eu sur les productions cinématographiques contemporaines ? Comment comprendre les nombreuses références faites au film jusque dans des productions de la culture populaire ? Histoire orale, micro-histoire, histoire-mémoire… Quelles traces Shoah laisse-t-il dans l’historiographie française de la Shoah ?

Le troisième axe interrogera la progressive sortie de l’histoire du temps présent et la question du devenir archives de Shoah, au moment où l’ère du témoin semble se clore. Sera-t-il demain, comme il l’a été depuis sa sortie, un fondement de la mémoire visuelle et des imaginaires collectifs aussi bien qu’un instrument des politiques publiques de la mémoire et de l’éducation ?

 

Programme

10h-10h30 : Accueil des participants et introduction

10h30-12h : Panel 1 : Shoah, polémiques (in)actuelles ?

Modération : Guido Furci, maître de conférences en littérature comparée à l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3

  • Rémy Besson, historien, postdoctorant à l’Université de Montréal
  • Stéphane Bou, journaliste, chargé de cours à l’ENS Cachan
  • Patrice Maniglier, maître de conférences en philosophie à l’Université Paris-Nanterre

13h15-14h45 : Panel 2 : Shoah en héritage

Modération : Emmanuel Levine, doctorant en philosophie à l’Université Paris-Nanterre et Lucile Combreau, doctorante en études cinématographiques à l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3

  • Tal Bruttmann, historien
  • Caroline Champetier, assistante puis directrice de la photographie de Claude Lanzmann
  • Ruth Zylberman, réalisatrice

15h-16h30 : Panel 3 : Devenirs de Shoah

Modération : Emmanuel Alloa, professeur ordinaire de philosophie à l’Université de Fribourg

  • Sébastien Ledoux, historien, chercheur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et enseignant à Sciences Po Paris
  • Ophir Lévy, maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis
  • Alban Perrin, chargé de la formation au Mémorial de la Shoah

16h45-17h30 : Entretien entre Martin Goutte, maître de conférences en histoire du cinéma, Université Sorbonne Nouvelle, et Éric Marty, professeur de littérature contemporaine, Université Paris 7 – Diderot

20h-22h30 : Projection du documentaire Les Enfants du 209, rue Saint-Maur, de Ruth Zylberman

[1] Jacques Walter, La Shoah à l’épreuve de l’image, Presses universitaires de France, Paris, 2005, p. 136.

[2] Samuel Blumenfeld, « Rétrocontroverse : 1994, peut-on représenter la Shoah à l’écran ? », Le Monde, 12 août 2007.

[3] Rémy Besson, Shoah. Une double référence ? Des faits au film, du film aux faits, Paris, MkF Éditions, 2017.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.