Témoigner/ Witnessing: appel à contributions

Avec Claudia Polledri, nous codirigeons un numéro de la revue Intermédialités porter sur le verbe témoigner/ witnessing. Les propositions (700 mots max.) pourront être écrites en anglais ou en français . Elles devront être envoyées, avant le 3 avril 2020, aux adresses suivantes: remy.besson@umontreal.ca et/ou claudiapolledri@gmail.com. Vous pouvez consulter l’appel complet sur le site de la revue. Vous le trouvez, également, ci-dessous:

Ce dossier a pour objet les différents modes de médiation du témoignage (oralité, écriture, entretien filmé, installation, site Web). Si l’étude de l’écriture et de l’oralité a longtemps dominé ce champ de recherche, il s’agit ici de penser les manières dont l’inscription du témoignage dans des montages sonores et visuels de formes variées, sa circulation sur différents supports médiatiques (analogiques ou numériques) ainsi que ses différentes modalités d’archivage ont changé notre rapport aux témoignages. De plus, sans se limiter à considérer la transcription ou l’enregistrement d’une parole ayant pour vocation de représenter quelque chose qui s’est passé, ce dossier propose d’interroger la valeur testimoniale des productions culturelles, leur performativité dans l’espace public et l’agentivité dont font preuve leurs créateurs et créatrices, tout comme, plus largement, la valeur testimoniale des interventions citoyennes dans l’écosystème médiatique contemporain.

En plaçant au centre du questionnement la dimension audiovisuelle, cette proposition vise à approfondir l’ensemble des débats portant sur la notion de témoignage. Il arrive en effet que, pour certains chercheurs, seuls les récits de vie des acteurs importants de l’histoire soient considérés comme des objets légitimes, alors que, bien souvent, toute production culturelle (image, texte ou son) est perçue comme relevant potentiellement du domaine du témoignage. De plus, la valeur testimoniale des paroles citoyennes qui circulent en ligne met aussi en question leur médialité. L’enjeu de ce dossier pluridisciplinaire est de repenser ces découpages et/ou incompréhensions souvent d’ordre méthodologique. Il s’agit d’interpréter les témoignages dans une perspective intermédiale, c’est-à-dire en interrogeant les liens entre les différentes formes prises par ceux-ci du fait de leur mise en images, en texte ou en son, de leur montage, du rôle des supports mobilisés pour leur conception et de celui des institutions (archives, musée, salle de
cinéma, tribunal, université, etc.) et espaces publics et médiatiques au sein desquels ils s’inscrivent.
Pour mener cette réflexion à son terme, nous souhaiterions proposer des points de vue issus de plusieurs contextes disciplinaires, périodes historiques et espaces géographiques. Nous invitons les auteurs à nous proposer des textes sur les thématiques suivantes:

• Études portant sur des productions culturelles dans lesquelles plusieurs types de témoignages coexistent (exposition, film, webdocumentaire, pièce de théâtre, émission de radio et
balado, remix, etc.) ;
• Études portant sur le transfert d’un témoignage d’une forme médiatique à une autre (adaptation d’un ouvrage en film, d’une pièce de théâtre en site interactif, etc.) et/ou soulignant la
réappropriation des images/paroles par d’autres acteurs sociaux ;
• Études portant sur l’expérience des corps des témoins et des objets dans un cadre théâtral ou muséal (expérience visuelle et sonore dite immersive, par exemple) ;
• Études portant sur l’émergence de nouveaux types de dispositifs médiatiques pour proposer un témoignage en images, que ces dispositifs soient liés au Web ou non ;
• Études portant sur l’inscription de témoignages en images dans les institutions qui les hébergent (archives, musée, salle de cinéma, tribunal, université, etc.) et dans l’espace public, en soulignant les usages artistiques, culturels, sociaux et politiques dont ils font l’objet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.