De la découverte de la notion d’intermatérialité – Hippolyte Pagès

C’est avec plaisir que je publie sur ce carnet de recherche, le journal de bord d’Hippolyte Pagès, dont la thèse en arts (dirigée par Christine Buignet) – soutenue à l’UT2J fin 2018 – portait sur Les imaginaires mythiques du métal et leurs survivances : un exemple d’intermatérialité artistique (elle est accessible en ligne sur HAL-SHS). C’est, à ma connaissance, le premier travail sérieux, mené en français, sur la notion d’intermatérialité. Ce travail débuté fin 2014 mérite d’être connu et reconnu. Il permettra d’alimenter, nous l’espérons, de futurs travaux en études intermédiales… et intermatérielles!

Journal de bord d’un néophyte : de la découverte de la notion d’intermédialité à la structuration du concept d’intermatérialité

« L’esprit scientifique nous interdit d’avoir une opinion sur des questions que nous ne comprenons pas, sur des questions que nous ne savons pas formuler clairement. (…) Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question.[1] »

Si toute recherche scientifique débute nécessairement par une interrogation originelle, comme le met en lumière le philosophe Gaston Bachelard dans les premières pages de sa Formation de l’esprit scientifique, il est des sujets pour lesquels cette hypothèse première s’avère plus complexe à appréhender que pour d’autres. « Dans la formation d’un esprit scientifique, le premier obstacle, c’est l’expérience première[2] », poursuit l’auteur quelques pages plus loin. Ce phénomène d’obstacle liminaire, visiblement commun à l’ensemble des chercheurs et des scientifiques, je l’ai personnellement rencontré très tôt, trop tôt peut-être, avant même mon entrée dans le monde de la recherche universitaire : alors que la notion d’intermédialité était d’ores et déjà inscrite dans les grands axes de réflexions du laboratoire auquel j’allais être affilié[3], elle était pour moi, à cet instant précis, un néologisme des plus absolus. Cependant, et après quelques premières investigations auprès de chercheurs tels qu’Éric Méchoulan et Jean-Marc Wyss[4], j’ai rapidement réalisé qu’un lien, pour l’heure invisible, pouvait être tissé entre l’intermédialité et le sujet de recherche qui était le mien, à savoir l’étude des survivances des imaginaires mythiques de la matière métal, sous toutes ses formes, dans les sculptures métalliques modernes et contemporaines. Tel est le point de départ de ce journal de bord, que je prends ici le parti de construire et de narrer en tant que tel, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit : un compte-rendu faisant état, a posteriori, de l’avancement de mes recherches, de mes réflexions et de mes résultats, des premiers tâtonnements à l’égard de la notion d’intermédialité jusqu’à la conceptualisation finale d’outils scientifiques permettant de structurer et de rendre viable tout autant qu’intelligible le concept d’intermatérialité.

            La première correspondance concrète entre mon intérêt pour la matérialité singulière du métal, qui accompagnait déjà mon travail manuel et mes considérations théoriques depuis de longues années, et le champ de réflexion lié à l’intermédialité a émergé lors d’une séance du séminaire Intermedialidades, organisée le 9 Décembre 2014 par le laboratoire LLA-Créatis au sein de l’Université Toulouse Jean Jaurès. Lors de ce séminaire, le chercheur Rémy Besson était venu présenter à l’assemblée les résultats de son étude concernant l’état de la recherche, à cet instant précis, sur l’intermédialité. Regroupés dans un document clair et concis intitulé « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine[5] », ces résultats avaient donné lieu à un échange, durant lequel la question des possibles extensions et des possibles limites des études liées au médias, à notre époque sur-abreuvée de formes médiatiques en tout genres, avait été soulevée. En guise de piste de réponse, le postulat suivant avait alors émergé : « Ce n’est plus le contenu, le type de contenu ou le média qui importe, mais le contenant, la matière. (…) Nous assistons à un nouveau déplacement du texte à la matérialité[6] », s’était exprimé Rémy Besson. A travers cette observation, plus proche de la suggestion ouverte que de l’affirmation hermétique, le chercheur évoquait en substance l’existence d’un champ de recherche inédit, au-delà de celui dirigé vers les médias, qui semblait alors être toujours en gestation et pour lequel tout semblait à concevoir : celui attaché à leur matérialité.

Dès lors que le rapprochement entre matière et intermédialité s’est présenté à moi comme une hypothèse viable, et même s’il ne s’agissait alors, dans mon esprit, que d’une vague conjoncture, ma curiosité me poussa à me questionner plus en profondeur sur l’examen de cette relation naissante. C’est à cet instant, je crois pouvoir l’affirmer, que l’obstacle de « l’expérience première[7] », tel qu’évoqué par Gaston Bachelard, a été dépassé. Ce faisant, une question demeurait : si la matière constituante des médias devenait un potentiel sujet d’étude à part entière, ne se transformerait-elle pas, de ce fait, elle-même en un nouveau média, en une nouvelle forme médiatique originale et autonome ? En effet, face à ce constat, ne serait-il pas juste de désormais envisager la matière comme un média émancipé, affranchi de la conception de « contenant » ou de « support » d’un autre média qui la restreignait jusqu’alors ? Si tel était le cas, il serait alors possible d’étudier, à titre individuel et indépendant, le média-matière comme n’importe lequel des autres médias canoniques. Telle a été ma première grande hypothèse de travail, sur laquelle j’ai travaillé durant plusieurs mois, que j’ai expérimenté au travers de nombreuses analyses d’œuvres d’art et que je suis parvenu, à terme, à entériner définitivement.

            La seconde problématique majeure qu’il me restait à clarifier, avant d’enfin impulser mon étude approfondie du média-matière, était la suivante : au même titre que l’intermédialité traite de l’entre-deux des médias[8], de ce qui se joue entre les médias, serait-il possible de parler d’« inter-matérialité » – un terme qui, encore une fois, résonnait a priori à mes oreilles comme une nouveauté linguistique, tout aussi énigmatique et indéfinissable que stupéfiante de richesse ? Deux ouvrages distincts m’ont apporté les réponses que je cherchais. Au sein des « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine », tout d’abord, j’ai découvert que le terme avait déjà été employé, notamment par le professeur de la Haute Ecole des Arts de Berne Thomas Strassle, cité par Rémy Besson, qui explique qu’il « ne veut plus interroger uniquement la matérialité spécifique des médias artistiques, mais aussi leur intermatérialité[9] ». En complément de cette première source, qui venait d’ores et déjà valider mon intuition initiale, j’ai aussi pris connaissance de l’article « Vers l’intermédialité, Histoires, positions et options d’un axe de pertinence », au sein duquel le professeur Jürgen E. Müller évoquait longuement la question de la matérialité en lien avec celle de l’intermédialité. Pour lui, « la question de la matérialité constitue (…) un présupposé de toutes les approches intermédiatiques (…). La notion d’intermédialité nous renvoie donc aussi à la matérialité des médias et, en même temps, aux interactivités entre ces matérialités[10] ». Ici encore, et bien qu’elle ne soit pas explicitement citée en tant que telle, l’existence de l’intermatérialité s’en trouve une nouvelle fois validée, et la pertinence d’une étude à son sujet, une nouvelle fois confirmée.

            Afin d’encadrer l’examen du média-matière dans un champ d’étude intermatériel – deux acceptions validées en amont, comme nous venons de le voir dans les paragraphes précédents –, autrement dit dans un champ d’étude qui prend en compte, et ce de manière primordiale, « les relations entre divers médias[11] », comme le résume Éric Méchoulan dans son article « Intermédialités : Le temps des illusions perdues », il m’a finalement été nécessaire de réfléchir à la mise en place de différents biais de réflexions, de différents axes conceptuels, grâce auxquels l’appréciation et la compréhension des potentialités qu’offre l’intermatérialité seraient rendus plus accessibles et plus explicites. C’est ainsi qu’après de multiples observations et tentatives je suis finalement parvenu à conceptualiser ces fameux outils scientifiques qui, comme je le souhaitais, offrent désormais la possibilité d’étudier le média-matière sous tous ses angles et sous toutes ses formes, et ce dans un contexte irrémédiablement intermatériel. Ces outils, au nombre de quatre, sont à chaque fois liés à une vision spécifique que l’on possède de la matière, ou plus précisément à l’angle de vue sous lequel on la considère :

1/ Si l’on considère la matière comme un objet médiatique pur et simple, autrement dit un média au même titre que n’importe lequel autre, l’intermatérialité peut se rattacher au fonctionnement de l’intermédialité et, ainsi, se calquer sur les quatre grandes acceptions qui peuvent être faites de son champ d’application[12] : le transfert – ici, le transfert d’imaginaires, de symboles, de notions historiques ou encore de pensées techniques liées à une matière particulière, transférés de cette matière à une autre –, la coprésence – ici, la présence de deux matérialités au sein d’une même matière, comme dans les alliages métalliques par exemple, ou la présence de deux matières différentes (ou plus) dans un seul et même objet –, l’émergence – ici, l’examen des conditions d’apparition et d’institutionnalisation d’une nouvelle matière, comme l’acier inoxydable dans notre vie quotidienne par exemple – et, pour finir, le milieu – ici, l’analyse d’un environnement et de ses composantes effectuée au travers du prisme des rapports physiques et psychologiques que ces derniers entretiennent avec la matière qui l’habite ou qui le constitue, partiellement ou intégralement.

2/ Si l’on considère la matière en tant que liée à un creuset de pensées, autrement dit liée à un espace mental – qui serait bien évidemment atemporel et transcendant – dans lequel seraient « versés » l’ensemble des imaginaires de cette matière, l’intégralité de son Histoire, l’entièreté des techniques qui lui sont rattachées,  la totalité des symboles qu’elle véhicule, entre autres exemples, alors l’intermatérialité peut s’attacher à traiter de la manière dont ces « pensées de la matière[13] » interagissent entre elles, de quelle façon elles lient les matériaux entre eux et comment, au final, l’Homme reçoit et exploite, consciemment ou inconsciemment, le contenu de ce creuset.

3/ Si l’on considère la matière comme un élément sensible, autrement dit comme une stricte substance matérielle, caractérisée uniquement par ses attributs physiques primordiaux comme sa masse, sa coloration, sa texture, ou encore sa solidité, et ce sans jamais chercher à la rattacher à une quelconque « pensée de la matière » qui se trouverait dans le creuset évoqué plus tôt – la matière en ce qu’elle a de plus substantiel, de plus essentiel, en résumé –, alors l’intermatérialité peut se consacrer à analyser le rapport phénoménal qu’elle entretient comparativement à d’autres matières et comment ces analogies de caractéristiques concrètes influent sur l’appréhension, sur la perception et les usages qu’en fait l’Homme.

4/ Si l’on considère la matière comme un support inscriptif, autrement dit comme le support grâce auquel un autre média existe, comme la composante physique qui vient matérialiser et rendre tangible un autre média – et l’on en revient ici, en définitive, à une matière comprise en tant que « contenant » – alors l’intermatérialité peut s’appliquer à questionner le rôle, le fonctionnement et la finalité du double message que la matière propose, à la fois en tant que média indépendant – avec tout ce que cela implique, comme nous le venons de le voir dans les trois points précédents – mais aussi en tant que support d’un autre média, qui apporte lui-aussi, de fait, son lot de significations et de messages.

            Ainsi, à l’aide de ces quatre outils scientifiques et méthodologiques créés et pensés spécifiquement pour l’examen de la matière dans un contexte intermatériel – que sont, en résumé, la vision de la matière en tant que média canonique, la vision de la matière en tant que reliée à creuset de pensée, la vision de la matière en tant qu’élément sensible et la vision de la matière en tant que support inscriptif –, il est désormais possible d’envisager l’analyse d’un objet, ou plus largement d’une « production culturelle[14] » comme l’expose Rémy Besson dans ses prolégomènes, en considérant la matérialité de celle-ci comme étant sa composante principale, son attribut prédominant qui la rend si passionnante à contempler et à étudier. Méthodiquement construits et développés tout au long de mes années de doctorat, en parallèle de ma recherche sur les imaginaires des métaux et sur leurs réminiscences dans les sculptures du XXe et du XXIe siècle, ces outils visent à mettre en avant la matérialité des choses et tentent d’offrir des clefs de réflexion et de compréhension à ceux qui, comme moi, persistent à rechercher la beauté d’une « matière qui veut rêver[15] », selon les termes de Gaston Bachelard, au sein d’une époque où la dématérialisation est faite reine, impératrice et déesse vénérée.

Hippolyte Pagès

[1] Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, Paris, éd. Vrin, 1947, p.14.

[2] Ibid., p.23.

[3] L’un des deux grands axes du programme de recherche du laboratoire LLA-Créatis (Université Toulouse Jean Jaurès, France) pour les années 2015-2020 était en effet intitulé : Dispositifs artistiques, création et intermédialité.
Disponible sur : https://lla-creatis.univ-tlse2.fr/accueil/navigation/programmes-de-recherche-br-2015-2020-/presentation-programmes/ (dernière consultation le 25/03/20).

[4] Jean-Marc Wyss est un collaborateur scientifique à la Haute Ecole des Arts de Berne, attaché à la question intermatérielle, avec qui j’ai eu la chance d’échanger via courriers électroniques durant les prémices de mes recherches.

[5] Se référer au document : Rémy Besson, « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine », 2004, pour un développement plus précis des origines, de l’évolution historique et des grands axes de réflexions que recouvre le concept d’intermédialité, développement que j’omets volontairement ici.

Disponible sur https://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/hal-01012325v2 (dernière consultation le 25/03/20).

[6] Rémy Besson, propos recueillis le 9 Décembre 2014 lors de la troisième séance du séminaire Intermedialidades, organisé par le laboratoire LLA-Créatis (Université Toulouse Jean Jaurès, France), sous la direction d’Emmanuelle Garnier.

[7] Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, Op.cit. p.14.

[8] Une formulation empruntée à Éric Méchoulan, au sein de son article « Intermédialités : Le temps des illusions perdues », Printemps 2003, Intermédialité, n°1, pp. 9-27, p.12.

[9] Rémy Besson, « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine », Op.cit., p.4.

[10] Ibid.

[11] Éric Méchoulan, « Intermédialités : Le temps des illusions perdues », Op.cit., p.22.

[12] A ce sujet, voir : Rémy Besson, « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine », Op.cit., pp.5-6, pour un résumé de ces quatre acceptions différentes du champ d’application de l’intermatérialité.

[13] Ou « rêveries de la matière », si l’on souhaite se rapprocher au plus près de la terminologie employée par Gaston Bachelard au sein de ses cinq ouvrages majeurs qui traitent de ce sujet.

[14] Rémy Besson, « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine », Op.cit., p.5.

[15] Gaston Bachelard, L’air et les songes, Paris, éd. Livre de poche, p.245.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.