Confronter l’Histoire – RIDM 2020

C’est avec plaisir que je partage sur Cinémadoc les premières lignes de l’article que je viens de publier sur la revue en ligne Hors Champ. Celui-ci porte sur les dernières Rencontres du Cinéma Documentaire de Montréal (RIDM) et plus particulièrement leur programmation intitulée Confronter l’histoire.

Confronter l’histoire – RIDM 2020

En 2020, la vingt-troisième édition des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), qui s’est tenue entièrement en ligne, a consacré une section de sa programmation au thème : Confronter l’Histoire/Disrupting History [1]. L’histoire avec une majuscule est ici considérée comme la vision du passé qui s’est imposée dans l’espace social ou, plus justement, qui a été imposée par, tout à la fois, le pouvoir politique et l’historiographie dominante. C’est, en quelque sorte, l’Histoire, comme quasi-synonyme de la mémoire collective du ou des groupes dominants. Le choix du verbe « confronter » renvoie au champ lexical de l’affrontement et du face-à-face quasi martial, sans pour autant se charger de la dimension révolutionnaire du terme subversion. Il est donc entendu et attendu des films sélectionnés dans cette section du festival qu’ils créent du dissensus, pour utiliser un mot cher à Jacques Rancière [2]. En anglais, le terme Disrupting renvoie plus à l’idée de perturber, de troubler, de brouiller, de déranger ou encore de dérégler notre lien à l’Histoire. Il y a là deux rapports loin d’être synonymes, mais qu’il n’est pas forcément pertinent d’opposer. Au contraire, il peut être intéressant de poursuivre cette piste, entre affrontement et création d’un trouble, afin de se demander quels sont les différents rapports au passé qui sont proposés dans ces documentaires. (lire la suite)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.