Le cinéma de Marguerite Duras dans les années quatre-vingt : un cinéma de « survivance » – 27 avril 2021

Dans le cadre de mes travaux au CRIalt, j’organise une table ronde en ligne le 27 avril 2021 de 12h à 13h (heure de Montréal) lors de laquelle interviendra Luciene Guimaraes de Oliveira (Université Laval) sur Le cinéma de Marguerite Duras dans les années quatre-vingt : un cinéma de « survivance ». La modération de cette intervention sera assurée par Margot Mellet (Université de Montréal). La séance est ouverte à tous et l’accès gratuit.

 

Lien Zoom : https://umontreal.zoom.us/j/98747837212?pwd=dm01R0hrdW8yRldYcVp1SG9YSytIUT09

ID de réunion : 987 4783 7212
Code secret : 499398

 
Résumé de l’intervention
Dans une perspective intermédiale et dans la compréhension du média comme un milieu, soit en tenant compte l’agencement des techniques, des usages et des usagers et des transferts, nous proposons d’examiner le cinéma de Marguerite Duras dans le contexte des années 1980. Étant un  cinéma pratiqué  en marge du cinéma grand public, le cinéma durassien se développe parmi ces incertitudes de l’évolution technologique, particulièrement ébranlé par les transformations de l’argentique au numérique, tel que l’émergence de la vidéo, considéré par les chercheurs comme une des « morts du cinéma ».
 
Présentation des intervenantes
Luciene Guimaraes de Oliveira a soutenu à l’hiver 2021 sa thèse de doctorat, intitulée « Le cinéma de Marguerite Duras (1970-1982) sous la perspective intermédiale : déambulation, transmédialité et opacité », à l’Université Laval, sous la direction de Julie Beaulieu. En plus du CRIalt, elle est membre du CRILCQ – Centre de recherches sur la Littérature et la culture québecoises ; et du CRIV – Communauté de recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité de l’Université Laval et Université de Rouen. Ses recherches portent sur les rapports entre cinéma et littérature dans une perspective intermédiale. Elle s’intéresse également à la traduction littéraire, se consacrant actuellement aux éditions brésiliennes de l’œuvre de Marguerite Duras.
 
Diplômée d’une maîtrise en Littératures latines et grecques, d’une maîtrise en Littératures modernes et d’une maîtrise en Humanités numériques, Margot Mellet est actuellement doctorante en Littératures de langue française à l’Université de Montréal en Recherche et Création. Elle dédie ses recherches à l’étude du palimpseste, en tant que processus d’écriture sur écriture, soit de remédiation d’un support, pour comprendre comment le média devient une instance d’énonciation littéraire. Elle est également membre étudiante du CRIalt (Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques) et coordonnatrice éditoriale de la revue Sens public. Coordonnatrice scientifique de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques, elle coordonne plusieurs projets en humanités numériques.
 

Les midis de l’intermédialité est un nouveau rendez-vous proposé par le CRIalt et destiné aux jeunes chercheuses et chercheurs (de la maîtrise au postdoctorat) désireux de faire connaître leurs travaux en lien avec l’intermédialité auprès de leurs pairs. Chaque séance se compose d’une présentation d’une vingtaine de minutes, suivie d’une discussion encadrée par une modératrice ou un modérateur invité. 


Informations : crialt.informations@gmail.com
Coordination du CRIalt:
Jenny Brasebin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.