Le génocide des Juifs au cinéma

Je partage ici avec plaisir les premières lignes d’un article publié dans l’Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe qui porte sur le « Le génocide des Juifs au cinéma« . Le texte se compose de trois parties thématiques: 1/ Des films comme marqueurs d’une histoire culturelle de la mémoire du génocide; 2/ La querelle des images, entre interdit et choix de médiation; 3/ Le rôle des dispositifs dans la fabrique des films.

Cette publication est en accès libre. Je vous encourage donc à la consulter sur le site de l’Encyclopédie. Ce texte est pensé pour être un support à l’enseignement de la spécialité histoire en terminale au lycée. 

Le génocide des Juifs au cinéma

Aborder la question de la représentation du génocide des Juifs au cinéma revient souvent à se demander quels films ont marqué l’histoire de la mémoire. Cela conduit à revenir sur quelques productions clés (Holocauste de Marvin Chomsky, 1978 ; Shoah de Claude Lanzmann, 1985 ; et La liste de Schindler de Steven Spielberg, 1993). Une autre manière d’aborder le sujet revient à s’interroger sur la manière dont le génocide met en crise la représentation cinématographique. Cela passe par le fait de se poser la question des interdits et/ou des limites de la représentation. Ce type de réflexion est à articuler avec une conscience aigüe du fait que des images du génocide existent, et ce malgré la volonté des nazis de supprimer toutes traces. Enfin, il est important d’insister sur le fait qu’il est aussi pertinent de s’interroger sur la fabrique du film lui-même. (lire la suite)

Pour citer cet article: Rémy Besson , « Génocide des Juifs au cinéma (Le) », Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe [en ligne], ISSN 2677-6588, mis en ligne le 23/06/21, consulté le 23/06/2021. Permalien : https://ehne.fr/fr/node/21600


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.