Du linéaire à l’interactif: du documentaire historique au webdocumentaire historien – IHAF 2021

Dans le cadre du 73e congrès de l’institution d’histoire de l’Amérique française (IHAF), j’ai le plaisir de présenter en visioconférence le 22 octobre 2021 à 15h, avec mon collègue Gilles Tassé (réalisateur et doctorant à l’UQàM), une communication portant sur le thème: Du linéaire à l’interactif: du documentaire au webdocumentaire. Cette communication s’intègre à panel dirigé par Joanne Burgess (Prof. à l’UQàM) ayant pour titre: Du transfert des connaissances à la recherche-création : le webdocumentaire « De la ferme à l’assiette : une histoire en trois temps, trois produits. » Ce webdocumentaire est un projet auquel je participe depuis quelques années dans le cadre du Labdoc et dont les premiers résultats tangibles seront présentés à cette occasion. Dans ce panel, deux autres collègues interviennent également: Rui Silvera (réalisateur et doctorant à l’UQàM) et Éric Giroux (directeur, Écomusée du fier monde). Le programme de ce congrès est consultable en ligne sur le site de l’IHAF. Vous trouverez ci-dessous la note d’intention de cette communication.  

Du linéaire à l’interactif: du documentaire au webdocumentaire:
Depuis une vingtaine d’années, le cinéma et la télévision se sont tout à la fois adaptés aux nouveaux modes de production et de distribution numérique et à l’arrivée de plateformes de diffusion en ligne. Ces dernières modifient la manière de consulter des contenus cinématographiques et télévisuels. Le documentaire historique doit absorber les impacts de ces changements rapides d’habitudes et de formes de spectature. Le format du webdocumentaire constitue une réponse à cet état de fait. À première vue, il reprend les mêmes éléments que les documentaires télévisés ou cinématographiques, que ce soient des témoignages filmés, des reconstitutions ou encore des photographies et des séquences d’archives parfois accompagnés d’une voix hors champ. Toutefois, à bien y regarder, le mode de médiation de l’histoire proposé est bien différent. Il est attendu de la personne qui consulte un webdocumentaire qu’elle interagisse avec les éléments qui lui sont présentés. Elle interrompt et relance la narration, crée les conditions de sa propre navigation, s’adonne pendant quelques instants à un jeu sérieux, plonge dans un corpus de documents d’archives. Cela constitue non seulement une nouvelle « écriture » cinématographique de l’histoire, mais aussi de nouveaux modes de « lecture » du passé que nous allons présenter à travers quelques cas.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.