Ma caméra et moi – Exposition virtuelle

C’est avec plaisir que je partage avec vous l’URL de l’exposition virtuelle à destination des 12-17 ans, Ma caméra et moi:  https://macameraetmoi.ca/ 

Il s’agit d’un projet de la Cinémathèque québécoise (financé par Musées numériques Canada) mené en partenariat avec TECHNÈS et Médiafilm qui permet de découvrir « les caméras portables qui ont façonné l’histoire du cinéma et explorez ces caméras à travers des extraits de films, des fiches d’information enrichissantes, des voyages en balado et une expérience virtuelle de tournage ! » Le web design a été conçu par le studio montréalais DPT.

J’ai eu l’occasion de participer à ce projet depuis son commencement depuis fin 2017.  J’ai ainsi pris part à la conception de l’exposition, en plus de jouer un rôle d’expertise scientifique (ce dernier rôle a été partagé avec Fabrice Montal, Louis Pelletier et Nicolas Dulac). Avec Marina Gallet, nous avions eu l’occasion de présenter l’élaboration de ce projet en 2019, dans le cadre du colloque Matérialité, esthétique et histoire des technique (Université Laval).

De mon point de vue, cette exposition virtuelle constitue une occasion exceptionnelle de sensibiliser les jeunes au rôle de la technique dans l’histoire du cinéma. Plus précisément, il s’agit de se pencher sur le caractère plus ou moins portable des caméras et sur les usages qui en ont été faits aussi bien par des réalisateurs-trices professionnel.les que par les amateurs-rices. Par le truchement d’un jeu sérieux, Ma caméra et moi conduit les 12 à 17 ans tout à la fois à acquérir des connaissances sur les caméras utilisées au vingtième siècle et à réfléchir sur les images qu’ils conçoivent tous les jours avec leurs téléphones mobiles. Il s’agit donc d’un projet d’éducation aux médias qui me semble particulièrement intéressant. L’originalité du dispositif est de conduire les usagers à réfléchir à la portabilité des caméras en utilisant eux-mêmes un dispositif portable (tablette ou autre). Le défi (au centre de nos réflexions depuis le départ) est de proposer une réflexion sur la matérialité des caméras (principalement argentique ou vidéo) à partir d’un dispositif numérique (usage de numérisation 3D des caméras et création par DPT d’un environnement virtuel). 

Pour plus d’information, je vous invite à prendre connaissance de la description du projet sur le site de la Cinémathèque québécoise: https://www.cinematheque.qc.ca/fr/initiatives/ma-camera-et-moi/ 

Je tiens, pour finir, à féliciter Farah Mourgues qui a été responsable de la recherche et de la coordination du projet entre 2018 et fin 2020. Alors étudiante en maitrise en études cinématographiques à l’UdeM et auxiliaire de recherche à TECHNÈS, elle a su apporter sa touche personnelle à ce projet de partenariat. Élisabeth Meunier (chef de service de l’accès, de la valorisation et du développement des collections) a ensuite repris le flambeau avec brio.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.