Rencontres avec des films historiques – Entre-temps

Pour la revue Entre-temps du Collège de France (dirigé par Patrick Boucheron), je me suis lancé dans un texte programmatique portant sur l’intérêt d’une approche historienne des images animées reposant sur la génétique cinématographique. Il est notamment question des récentes séries d’Arte Décolonisations (Marc Ball, Karim Miské et Pierre Singaravélou dir., 2020) et Le Temps des ouvriers (Stan Neumann dir., 2020), mais c’est surtout l’occasion de parler de méthodologie et de ce qui motivent un désir d’enquête. La revue étant en libre accès, je vous invite à découvrir l’article sur leur site.

Rencontres avec des films historiques

Au début de Rêves d’histoire, pour une histoire de l’ordinaire, Philippe Artières se demande, « Comment travaillent les historiens ? Qu’est-ce qui les amène à entreprendre d’enquêter sur un événement, une pratique, un lieu ? D’où vient ce besoin de consacrer parfois des années à répondre à une question relative à notre passé ? Je suis de ceux pour qui cette impulsion survient du présent, non qu’elle soit en rapport avec l’actualité, mais bien plutôt, comme disait Walter Benjamin, elle la « télescope » ; c’est toujours pour moi un choc qui est d’abord physique. Ainsi surgit-elle aussi bien à la lecture du journal, au fil d’une promenade dans la ville, devant une liasse d’archives, face à un souvenir, à la suite d’une discussion, ou encore au sortir d’un colloque » (lire la suite).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.