(Re)monter la parole des acteurs de l’histoire

C’est avec plaisir que je partage avec vous l’annonce de la publication du numéro 47 de la revue Sonorités (dont je suis membre du comité de rédaction) qui porte sur les rushes. Ce numéro thématique a été dirigé par Rosa Olmos. J’ai le plaisir d’y publier un article intitulé: (Re)monter la parole des acteurs de l’histoire, dont le sous-titre est Le cas Le Serment d’Hippocrate, Ruth Elias (Lanzmann, 2017). Vers un cinéma du dispositif filmique. Cet article est issu d’une communication qui a eu lieu lors de la XVIe MAGIS International Film Studies Spring School de Gorizia (mars 2018). Je partage ci-dessous le résumé de l’article, l’ensemble du texte de ce dernier étant en libre accès sur le site de la revue

(Re)monter la parole des acteurs de l’histoire

Cet article a pour objet l’évolution des pratiques et des discours portant sur le montage des films de Claude Lanzmann sur la Shoah. Il prend pour étude de cas, une partie de Les Quatre sœurs (2018) intitulée Le Serment d’Hippocrate (89 minutes) qui porte sur le récit de vie d’une survivante d’Auschwitz, Ruth Elias. Cette partie du documentaire est issue d’un tournage que le réalisateur a conduit à Tel-Aviv pour Shoah. Il s’agit ici de se demander si le montage a changé en 2018 et quelles sont les conséquences épistémologiques de cette continuité ou de ces variations dans la pratique et les discours entourant le montage des films de Lanzmann (lire la suite).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.