Filip Müller et les ruines d’Auschwitz-Birkenau 

Dans le cadre du colloque Image et ruine qui aura lieu du 23 au 25 août 2023 à São João del-Rei (Brésil) dans le cadre des activités conjointes des groupes de recherche Promel et Retiina, j’ai le plaisir de partager mes recherches à propos de Shoah. Vous trouverez ci-dessous le titre et le résumé de cette intervention qui se déroulera le 24 août 2023.

Filip Müller et les ruines d’Auschwitz-Birkenau : le cas Shoah (C. Lanzmann)

Sorti en salle en avril 1985, le film Shoah de Claude Lanzmann est entièrement composé de prises de vues réalisées par l’équipe du film entre le début des tournages (1975) et le début du montage (septembre 1979). Une telle affirmation a longtemps été admise comme allant de soi. Toutefois, le dépôt des 220 heures de rushes du film, puis leur restauration par les archives du musée-mémorial de l’Holocauste aux États-Unis (USHMM), ainsi que des entretiens avec Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah viennent aujourd’hui complexifier ce rapport entre temps des tournages et temps du montage. En effet, certaines séquences précises ont été tournées par l’équipe du film à la demande de Ziva Postec pendant la période du montage. Il s’agit notamment de certaines vues de l’actuel musée-mémorial d’Auschwitz et de Birkenau aux abords des ruines des chambres à gaz. Ces vues ont notamment été montées en parallèle du témoignage de l’ancien Sonderkommando Filip Müller.

L’accès aux rushes qui sont maintenant numérisées et librement consultables en ligne rend possible un travail de l’ordre de la génétique cinématographique. Il est possible de savoir ce qui a été monté et ce qui a été exclu, aussi bien au niveau des paroles du témoin que des vues tournées à Auschwitz-Birkenau. Ce travail génétique est croisé avec une démarche en histoire orale menée avec la monteuse. Cela permet de mieux comprendre les gestes effectués lors du montage. Certains d’entre relèvent clairement de choix esthétiques alors que d’autres ont une fonction plus pragmatique, soit notamment, de permettre le montage du son et, ainsi, de donner son rythme au témoignage.

Basée sur une étude de cas précise, soit l’analyse d’une séquence du film en particulier qui sera présentée et mise en parallèle avec des séquences issues des rushes (qui pourront aussi être diffusée), cette communication vise à comprendre de manière historienne, l’esthétique de la ruine produite par Claude Lanzmann et son équipe lors des tournages et du montage de Shoah.



Citer ce billet
Rémy Besson (2023, 6 août). Filip Müller et les ruines d’Auschwitz-Birkenau . Cinémadoc. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mtd5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.