Pratique documentaire (séminaire, 2024)

Ce semestre (hiver 2024) à l’Université de Montréal, j’ai l’opportunité de donner un séminaire de recherche-création portant sur la Pratique documentaire (CIN-6057).  C’est, pour moi, l’occasion d’échanger avec les étudiant-es autour du rapport dialectique entre observation et performativité. Ce séminaire conduit à la réalisation de deux formes courtes par chacun-e des participant-es. Vous trouverez-dessous la notion d’intention du séminaire en question.

Note d’intention: Pratique documentaire

Au tournant du XXIe siècle, le théoricien du cinéma Bill Nichols a proposé six grandes catégories pour définir ce qu’est le documentaire : poétique, démonstratif, participatif, d’observation, réflexif, performatif (2001 et 2010). Cette cartographie a depuis été contestée. Ces catégories sont aujourd’hui plutôt considérées comme des pôles permettant de comparer différents films documentaires entre eux et d’étudier différentes tendances présentes au sein d’un même film. Au Québec, la notion d’observation a occupé une place centrale depuis le moment du direct (1956-1964), mais aussi bien au-delà de ces bornes temporelles initiales[1]. Nous reviendrons sur la notion d’observation – distincte de celle de direct – qui veut que l’équipe du film adopte une posture relativement en retrait, ne modifiant pas l’espace sociale qu’elle représente et n’interagissant “idéalement” pas avec les personnes filmées telle une “mouche sur le mur”. Depuis quelques décennies, cette manière de faire du documentaire est moins centrale. Cela correspond à un tournant désigné par le terme : performatif (Bruzzi, 2006, voire parfois autobiographie[2]). Dans cette posture, le-la réalisateur·ice agit dans un espace social mis en scène qui n’existe que parce que l’équipe du film est là pour créer quelque-chose (parfois un dispositif). Dans tous les cas, il n’est plus question de capter un réel extérieur à l’équipe du film, mais de le construire, voire de le coconstruire avec d’autres. En partant du partage d’une expérience sensible et/ou d’un récit vécu à la première personne du singulier, l’objectif est de provoquer une réaction affective (empathique et/ou de rejet) de la part des individus qui regardent le film. Au Québec, cette catégorie est désormais très présente chez les jeunes créateur·ices (cf. par exemple, la dernière édition des RIDM à l’automne 2023).

Dans le cadre de ce séminaire de recherche-création, les participant·es seront amené·es à se positionner vis-à-vis de ces deux catégories. Il ne s’agira bien sûr pas de choisir l’une contre l’autre, mais bien plutôt de voir ce que chacun de ces deux grands pôles présents dans nombre des approches actuelles du documentaire peuvent s’apporter l’un à l’autre. En fonction des intérêts des participant.es, des séquences issues des filmographies de réalisateur·ices de renommée internationale tel-les que Wang Bing, Amos Gitai, Alanis Obomsawin, Agnès Varda, Frédérick Wiseman et/ou de plus jeunes créatrices vivant au Canada telles que Carol Nguyen, Sarah Polley, Gisela Restrepo, Camille Salvetti seront présentées. Elles seront, dans tous les cas, discutées en groupe. Les participant·es auront aussi accès à la plateforme Tenk.ca pendant la durée du séminaire afin de pouvoir visionner d’autres documentaires. L’objectif est d’amener chaque participant·e à se positionner afin de développer une perspective située[3]. Cette prise de position conduira à la conception de deux projets de recherche-création (dont le mode d’évaluation est détaillé dans le plan de cours). À partir du mois de février, ces projets prendront une place de plus en plus centrale dans le déroulement du séminaire.

Il est, enfin, à noter que des formations techniques, véritables préalables aux tournages et au montage, seront dispensées par les personnes ressources du département.

[1] Caroline Zéau, Le Cinéma direct. Un art de la mise en scène. L’Âge d’homme, 2020.

[2] Renov, Michael (2004). The Subject of Documentary. University of Minnesota Press.

[3] Donna Haraway, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », dans Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, J. Chambon, 2009.

 



Citer ce billet
Rémy Besson (2024, 26 janvier). Pratique documentaire (séminaire, 2024). Cinémadoc. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.