Le film de réemploi comme contre-discours féministe – Entre-temps

Pour la revue Entre-temps du Collège de France (dirigé par Patrick Boucheron), j’ai mené un entretien avec la réalisatrice québécoise Anne Gabrielle Lebrun-Harpin à propos de son film de réemploi Un robot à soi. La revue étant en libre accès, je vous invite à découvrir l’article sur leur site.

Le film de réemploi comme contre-discours féministe

Une femme, qui attend qu’un robot pâtisse un gâteau ; une femme, interrogée sur l’incompétence féminine supposée pour l’informatique ; une femme, qui concourt face à une machine. Dans Un robot à soi, la réalisatrice Anne-Gabrielle Lebrun-Harpin réemploie ces images d’archives des Trente Glorieuses, pour analyser, non sans humour, le regard masculin et sexiste porté sur le rapport entre les femmes et les innovations techniques. (lire la suite).



Citer ce billet
Rémy Besson (2024, 19 mars). Le film de réemploi comme contre-discours féministe – Entre-temps. Cinémadoc. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1rf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.