"Representing the Holocaust", The American Historical Review

ahr-holo

Je vous signale le dossier « Representing the Holocaust » du dernier numéro de The American Historical Review (vol. 115, numéro1, février 2010). Ce dossier est composé de trois articles – le premier sur un corpus photographique, le deuxième porte sur les mémoriaux, le troisième sur un corpus cinématographique – et d’un essai de synthèse. Ce dernier papier, écrit par Sarah Farmer, part du principe que : The articles in this forum take up the challenge for historians to use visual material as the basis for historical evidence, argument, and interpretation et pose comme acquis :  They drive home the fact that the Holocaust was being visually represented by victims, perpetrators, and bystanders even as it was happening ; the « Holocaust » as never not been « represented » (p.115). Les auteurs cités comme référence sont : Barbie Zeliger et Janina Struk (photographie et communication) ; Clément Chéroux et Detlef Hoffmann (histoire de la photographie) ; Christian Delage, Vanessa Schwartz et Sylvie Lindeperg (Histoire et cinéma) ; ainsi qu’Arno Gisinger, Sybil Milton, etc. Sa synthèse se conclut en faisant référence à W.J.T. Mitchell sur le fait que : This forum not only underscores the critical importance of visual material as a source and subject for writing twentieth-century history, but also provokes reflection on where historians might move next in the ongoing « visual turn ». The first implication of the « visual turn » has been to challenge historians to look, find, see, and interpret visual sources. The next step is to explore the relationship between visual, the spoken word and the text. The modern historian’s inclination is to view sources as either visual or verbal, either image or text. Medievalists, for example, are more attuned to texts that are illustrated, pictures that contain words, visual signs that function as words, and texts that describe images. Yet a photographic image, a film, and perhaps a memorial site are also embedded in language (…) The three articles in this forum, while bringing our attention to the visual, also remind us not to overstate the independance of word and image and place in the making of narratives – the written often relies on the visual, and the visual relies on the word » (p. 122). Le premier article Picturing Grief : Soviet Holocaust Photography at the Intersection of History and Memory écrit par David Shneer constitue une démonstration magistrale de ces interactions à partir de deux corpus de photographies d’atrocités. Il montre la manière dont ces images ont d’abord été publiées dans des journaux pendant la guerre, puis réinvesties symboliquement à plusieurs reprises jusqu’à aujourd’hui, pour conclure : Returning iconic photographs to their original news context show how photographs fonction in the creation of narratives and memories (p.52).

L’image (scannée) ci-dessus est une reproduction d’une partie de la couverture du numéro de l’American Historical Review redimensionnée et convertie au format jpeg.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.