Fiction – Le temps des médias

« Il suffit en effet, pour qu’un documentaire joue son rôle et prenne sa valeur en tant que tel, que les spectateurs puissent le comprendre comme une réalité plutôt qu’en tant que représentation »

John Ellis, « Quand le documentaire rencontre la fiction : la crise du factuel à la télévision britannique en 1999 », in Temps des Médias, n°14, p. 109-123

Le numéro 14 de la revue Le Temps des Médias porte sur la Fiction (printemps 2010, Edts Nouveau monde, 25e, partiellement en ligne sur Cairn). L’article qui nous intéresse  ici porte sur la crise de confiance qu’a connu la notion même de documentaire au Royaume-Uni en 1999. L’auteur note, dès son introduction, que ce qui est reçu comme documentaire dépend d’un subtil accord entre trois types d’acteurs : le public, les médias et les cinéastes (ainsi que ceux qui sont filmés). Il écrit ainsi :

« Pour les cinéastes comme pour les institutions, il s’agit d’amener le public à placer dans la pratique documentaire juste ce qu’il faut de confiance : ce qui importe au bon fonctionnement de la relation est en effet moins une adhésion absolue (rendue impossible par le déni1  que force la situation documentaire) qu’un assentiment suffisant. Il suffit en effet, pour qu’un documentaire joue son rôle et prenne sa valeur en tant que tel, que les spectateurs puissent le comprendre comme une réalité plutôt qu’en tant que représentation » (p. 110).

La suite de l’article est une étude de cas qui porte sur un certain nombre de documentaires qui ont été fortement critiqués par tous les acteurs de cet accord (télévision, presse, public). L’auteur montre également comment les producteurs et les chaînes ont essayé de sortir de cette crise : à court terme ils se sont dotés de chartes plus sévères et ont supprimé certains programmes; à plus long terme il semble que l’on remarque que des éléments du dispositif sont intégrés dans/à l’image (zoom, décadrage, micro, etc.) afin de montrer le caractère construit des films documentaires. On regrette simplement le fait que dans sa conclusion l’auteur ne remette pas plus en cause la notion même de documentaire et termine par ces mots « Le documentaire, à jamais pourchassé par les artifices de la fiction, sait toujours se faire le plus rusé » (p. 122).

  1. L’usage du terme déni renvoie à un passage précédent de l’article : « (…) les documentaires sont des constructions mentales qui cherchent néanmoins à dévoiler le réel sans médiation. Regarder un documentaire, c’est combiner  ces deux principes contradictoires. Ce déni, s’il est loin d’être unique dans le comportement humain, n’en est pas moins nécessairement instable. » (p.109) []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.