Reconnaître une incertitude – Edgar Morin

“Les phénomènes progressifs/régressifs, c’est-à-dire qui font progresser à la fois la connaissance et l’ignorance, constituent des progrès réels; je veux dire que reconnaître une ignorance et une incertitude  constitue un progrès à mes yeux”

Edgar Morin, Science avec conscience, Seuil, 1990 (1ère Edt. Fayard, 1982), p. 94

Il est des textes que l’on ne peut cesser de relire et que parfois on a envie de partager. Ces quelques lignes sont issues d’un ouvrage d’Edgar Morin Science avec conscience ou plus justement d’un chapitre : L’idée de progrès de la connaissance et plus précisément du sous-chapitre : Connaître la connaissance (p. 91-93). Il me semble ici poser un certain nombre d’enjeux méthodologiques auxquels on se confronte au quotidien, sans pour autant que l’on soit capable de les formuler. Ce qui est également important c’est la manière dont il articule ses arguments : la fameuse pensée de la complexité. Enfin ce qui peut également retenir l’attention c’est son style si particulier : l’usage du  et, du mais et du point virgule entre autres.

“Le poète Eliot disait : “Quelle est la connaissance que nous perdons dans l’ Information et quelle est la sagesse que nous perdons dans la Connaissance?” 1 Il voulait dire par là que la Connaissance n’est pas harmonie; elle comporte différents niveaux qui peuvent se combattre et se contredire eux-mêmes. Connaître comporte “information”, c’est-à-dire possibilité de répondre à des incertitudes. Mais la connaissance a besoin de structures théoriques pour pouvoir donner sens aux informations; et alors on se rend compte que si nous avons trop d’informations et pas assez de structures mentales, l’excès d’informations nous plonge dans un “nuage d’inconnaissance”, ce qui nous arrive fréquemment quand nous écoutons la radio ou lisons nos journaux. (…) Nous voyons donc bien que se pose un problème : trop d’informations obscurcissent la connaissance. Mais il y a un autre problème : trop de théorie l’obscurcit aussi. Qu’est-ce que la mauvaise théorie? La mauvaise doctrine? C’est celle qui se clôt sur elle-même parce qu’elle croit posséder la réalité ou la vérité. La théorie close a tout prévu d’avance. On le voit très bien en lisant certains journaux de partis : les événements confirment toujours la ligne politique du journal et, quand il ne la confirment pas, on ne parle pas de ces événements. Autrement dit : la théorie-qui-sait-tout déteste la réalité qui la contredit et déteste la connaissance qui la conteste. Ainsi nous avons dans la Connaissance la même ambiguïté, la même complexité qu’en l’idée de Progrès.

De plus, il y a un autre problème qui est celui-ci : les connaissances et la Connaissance ne  s’identifient pas. Le progrès des connaissances spécialisées qui ne peuvent communiquer les unes avec les autres entraîne une régression de la connaissance générale; les idées générales qui restent sont des idées absolument creuses et abstraites ; et on a le choix entre des idées spécialisées, opérationnelles et précises, mais qui ne nous informent en rien sur le sens de nos vies, et des idées absolument générales, mais qui n’ont plus aucune prise avec le réel. (…) Pendant des siècles, l’ordre vrai de la Connaissance était la Théologie. Et aujourd’hui l’ordre vrai de la Connaissance s’appelle Science ; c’est du reste pour cette raison que toute volonté de monopoliser la Vérité prétend détenir la “vraie” science.”

Idem, p. 92-93

  1. Where is the wisdom we have lost in knowledge? Where is the knowledge we have lost in information? Cette citation est issue du poème The Rock, 1934, dont on peut trouver la version anglaise ici []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.