Histoire et Cinéma : Etat du champ (2) – François Garçon

« Inventé au siècle dernier, il continue d’être occulté en tant que source documentaire par les historiens, y compris par ceux qui, soucieux de « défétichiser » le document écrit en le confrontant à d’autres sources documentaires, ont posé des jalons d’une nouvelle histoire des sociétés. »

François Garçon : « Le film : une source historique dans l’antichambre », Bulletin de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, n°12, juin 1983, p. 30-56

En 1983, dans un article sous-titré Orientation bibliographique, qui se voulait une synthèse des travaux menés dans le champ Histoire et Cinéma, François Garçon faisait un constat éminemment pessimiste. En effet, s’il identifiait bien quelques lieux où la discipline se développait : EPHE, EHESS, Paris8; il insistait avant tout sur le fait que l’étude du cinéma “dérive au gré des affinités des titulaires d’enseignements” (p.33). De plus, il constatait “l’absence d’accord méthodologique” et “l’empreinte d’une conception du chef-d’oeuvre”, qui constituaient autant de symptômes du fait que les historiens avaient des difficultés à “parler du film et d’écrire à son sujet dans un langage différent de celui du cinéphile” (.p.34) ou de celui du linguiste et “se bornent à retranscrire le film dans un autre code” (p. 37). Enfin, il dénonçait également la “rareté des travaux comparatifs”, soit l’absence d’étude incorporant des corpus issus de différents supports (livre, théâtre, film, etc.), aires géographiques ou périodes historiques. Il posait également un problème qui, à lui seul, permet de se rendre compte du fait que les études historiennes en cinéma en étaient alors à leurs balbutiements (et espérons le, de se rendre compte de l’évolution réalisée depuis) :

“Rares sont encore les historiens qui, travaillant sur de larges populations de films, prennent le soin de préciser ceux qu’ils ont peronnellement visionnés et ceux dont ils parlent par ouï-dire. Trop de travaux font ainsi l’impasse sur les films et pallient cette lacune documentaire en se rabattant, sans l’indiquer, sur la presse corporative, riche d’informations factuelles. Ce qui, au regard des règles du travail historique, est une imposture” (p. 35).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.