Histoire et cinéma : Etat du champ (3) – Rémy Pithon

En 1995, Rémy Pithon1 dans un article intitulé : Cinéma et histoire, bilan historiographique » (Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°46, p. 5-13) prend acte d’un changement de perspective : “Tout à coup, dès la fin des années 1980, l’approche sémiologique régresse, pour disparaître presque complètement au début des années 1990″ (p. 10).

Si cet état de fait, combiné à un accès plus large aux sources filmiques, devrait permettre un développement du champ Histoire et cinéma, ce dernier reste fragile en l’absence d’un accord méthodologique : “Les chercheurs dépourvus de formation d’historien ont subi de plein fouet les conséquences du manque total de garde-fous. Mais, plus curieusement, les historiens qui se sont alors tournés vers le film semblent parfois avoir oublié des règles méthodologiques qui leur seraient apparues élémentaires s’ils avaient travaillé sur de classiques documents d’archives” (p. 7).

Il identifie ensuite trois grandes orientations : les recherches anglo-saxonnes qui sont en plein essor, se concentrant principalement sur les documentaires, les actualités 2 en se concentrant et leur “contenu explicite” (p.7); la sémiologie qui “négligeant délibérément tout ce qui relèverait du contexte historique” (p. 9) perd de son pouvoir d’attractivité; et enfin une troisième tendance “plus disparate dans son recrutement” (p.9). Il regroupe sous ce terme les travaux qui, à la suite de ceux de Marc Ferro, se sont appliqués à “aborder le document en historiens stricto sensu.”3 et ceux qui comme Michelle Lagny ont clarifié la méthode.4 L’auteur critique ensuite – sur un ton assez dogmatique – l’éclosion de l’histoire culturelle du cinéma qui s’intéresse au “non-film”.

Pour résumer, malgré le développement de nouveaux projets de recherche (à l’Université de Versailles autour de P. Ory ou à l’IHTP), le bilan semble donc de nouveau assez sombre : “(…) on doit s’inquiéter bien davantage de constater que les travaux sur la problématique cinéma et histoire n’ont jusqu’ici guère été pris en considération par les historiens généralistes, et même par ceux qui les ont accueillis avec intérêt.” (p. 12)

Pour Caroline Moine qui se proposait en 2003 de faire Le point sur… Films documentaires et actualités cinématographiques : nouvelles perspectives pour l’historien (Le temps des médias, 1/2003, p. 273-277), il s’agissait de reconnaître que plus de dix ans après  l’article de François Garçon (1983) “Rémy Pithon confirmait une telle tendance (le fait que les sources filmiques soient peu exploitées par les historiens), qui plaçait les historiens français en retraits de leurs collègues anglo-saxons et allemands.” (p.273)

  1. L’auteur est entre autres un collaborateur régulier de la revue 1895 []
  2. On peut penser qu’il fait entre autres référence à ces deux ouvrages : Paul Smith, The Historian and Film, (Cambridge University Press, 1976) et K. R. M. Short, Feature Films as History (Knoxville: University of Tennessee Press, 1981) []
  3. Il cite : Christian Delage, François Garçon, Jean-Pierre Jeancolas, Marcel Oms, Jean A. Gili, Jean Piero Brunetta []
  4. Michèle Lagny, De l’Histoire du cinéma. Méthode historique et histoire du cinéma, Armand Collin, 1992 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.