Histoire et cinéma : état du champ (4) – Pascal Dupuy

Si, jusqu’en 1995, les bilans historiographiques que nous avons cités étaient assez pessimistes, le ton semble changer ensuite. Ainsi, dans son article de 2001, Pascal Dupuy constate : “en fait, ce que semble déplorer Rémy Pithon en 1995, c’est la fin d’une époque, un tournant méthodologique et historiographique, peut-être excessif mais en tout cas puissant et stimulant. Toutefois cette nostalgie amère ne l’empêche pas de voir « sous d’autres cieux », et même en France, des signes encourageant l’espoir.” (p. 102) Les raisons d’être optimiste sont de deux natures. Tout d’abord en France, il y a un renouveau des études sur Histoire et Cinéma dont la publication du numéro de Vingtième Siècle (n°46 dirigé par Chrisian Delage et Nicolas Rousselier) puis de Vertigo (le Cinéma face à l’historie en 1997) qui  en sont des marqueurs. Ensuite, c’est le développement des Cultural Studies aux Etats-Unis1 ainsi que, plus largement, l’intégration de rubriques cinéma dans des revues historiennes telles que The American Historical Review, qui inspirent à l’auteur un certain enthousiasme.

Il identifie ensuite deux grandes tendances pour les recherches en cours et à venir. Cette fois, l’histoire culturelle du cinéma n’est pas présentée avec mépris, mais comme à même de renouveler un certain nombre des méthodes et enjeux de la discipline (bien que l’absence d’étude de l’objet film soit considéré comme un manque). A travers une étude croisée de textes de Jean-Pierre Jeancolas et de de Robert C. Allen et Douglas Gomery, il explique qu’ “il s’agit d’une histoire technique, d’une histoire économique, d’une histoire sociale et d’une histoire esthétique”, qui permet de faire émerger “un autre histoire du cinéma” (p. 104). L’autre axe est celui qui consiste à proposer une réflexion de nature épistémologique et à nouer un dialogue entre forme visuelle et écriture de l’histoire. Du côté américain, l’auteur convoque les travaux de Rosenstone2 et côté français ceux de Christian Delage, d’Antoine de Baecque et de Sylvie Lindeperg3, pour conclure que “In fine, le débat sur Histoire et Cinéma, aux États-Unis comme en France, est finalement un débat sur la place de l’histoire dans la société contemporaine, sur l’épistémologie de l’histoire et enfin plus singulièrement sur l’écriture de l’histoire” et  “que l’avenir de l’histoire doit passer par le cinéma.” (p. 107).

  1. “Ainsi, les départements de Cultural Studies, qui n’ont pas leur équivalent en France, ont largement favorisé les études sur le cinéma et renouvelé les approches.” (p. 103) []
  2. Traduit en français : Robert Rosenstone, « Film historique/Vérité historique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 46, avril-juin 1995, p. 163-164. []
  3. Antoine de Baecque et Christian Delage, De l’histoire au cinéma, Bruxelles, 1998 et Sylvie Lindeperg, Clio de 5 à 7. Les actualités filmées de la Libération : archives du futur, Paris, CNRS, 2000, p. 281. []

Une réflexion sur « Histoire et cinéma : état du champ (4) – Pascal Dupuy »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.