Histoire et photographie – About, Chéroux

“Mais il ne s’agit pas non plus de réduire la photographie à un simple rectangle ou carré-image qui contiendrait en son sein l’ensemble des éléments nécessaires à son approche. Chaque image possède un contexte dont la connaissance est nécessaire à sa compréhension historique.”

Ilsen About et Clément Chéroux, « L’Histoire par la photographie », in Etudes photographiques n°10, Novembre 2001, p. 20

Dans cet article, publié quelques mois après le catalogue de l’exposition Mémoire des camps, 1933- 1999 (janvier 2001), Ilsen About et Clément Chéroux exposent la manière dont ils perçoivent les rapports entre Histoire et Photographie, ainsi que leur méthode. Autant le dire tout de suite, la démonstration est magistrale et le texte constitue aujourd’hui encore une référence indépassée. On ne reviendra pas sur le bilan historiographique qui introduit leur argumentation, ou simplement, pour indiquer qu’ils constatent que si “sur le papier, la photographie s’inscrit dans le programme d’élargissement des sources documentaires réclamé par la Nouvelle Histoire”, elle n’est que “très rarement employée comme source historique”(p. 12-13); ainsi que pour noter qu’ils insistent sur le mésusage généralisé de l’image fixe chez les historiens (quand ces derniers ne l’utilisent pas comme une métaphore de leur propre discipline1 ).

Ensuite, à travers l’étude du “cas d’école” que constituent les photographies des camps nazis, ils démontrent la nécessité de mener un véritable travail d’archéologie de l’image. Ils considèrent que face à une circulation de l’image qui s’est fait sur un mode anarchique2, conduisant souvent à une réification de l’image et à une perte d’information sur ses conditions de production3, il est nécessaire de remonter à la source. Pour cela, il faut prendre en compte que l’étude de la photographie dépend d’au moins trois dimensions : le photographe (1), le dispositif technique (2) et le sujet (3), qu’il est nécessaire d’articuler avec des connaissances historiennes sur le passé (4).

1/ Ils indiquent que “ne pas s’intéresser au photographe, c’est négliger ce qui a déterminé l’acte de prise de vue. ” (p. 19)

2/ Afin d’étudier une photographie, il faut prendre en compte les caractéristiques de la photographie (l’aspect, le cadrage, les composantes techniques et stylistiques), ainsi que les textes (légende, affidavit, compte rendu, etc.) et images (pellicule, planche-contact, négatif, insertion dans une série) associés. Dans ce cadre, une attention toute particulière doit être apportée à retrouver un tirage  de première génération (dont on étudiera le verso, cf. l’image ci-contre4 ) et/ou un négatif. De plus, l’objet photographique ne se limite pas à la photographie et, si celle-ci est intégrée à un album, cet aspect devra être pris en compte.

3/ Les auteurs notent qu’une critique interne de l’image est également à réaliser (mais on sent que là n’est pas l’enjeu de leur démonstration).

4/ Ils insistent par contre sur la nécessité d’appréhender “le contexte historique du sujet photographié” (p.22) et notent “l’historien devra donc s’employer à reconstituer le contexte spatial et temporel du sujet photographié” (idem). Pour ce faire, l’historien doit faire usage d’autres types de sources.

Ils précisent également que la circulation de l’image peut être  étudiée, mais uniquement après qu’un travail d’archéologie de l’image ait été réalisé5. Pour le dire autrement, il s’agit de déconstruire “le passage de la pédagogie par l’horreur, à l’usage symbolique de l’image” (p.23) afin de recouvrir la valeur documentaire des photographies des camps (et ce avant d’appréhender ce passage comme un objet historien). En conclusion de cette partie méthodologique, ils indiquent que l’ensemble de ces points ne sont pas spécifiques à l’histoire visuelle et qu’une telle méthode est considérée comme normale par les historiens quand ils étudient d’autres sources. “C’est la même méthode, appliquée à d’autres documents.” (p. 24)

  1. “À tel point qu’il faut se demander si la photographie n’a pas davantage servi à penser l’histoire qu’à l’écrire.”, p. 11 []
  2. Ils précisent “C’est moins le principe de cette diffusion massive des photographies, que son mode de réalisation qui est problématique.” p. 17 []
  3. ils identifient ce qu’ils nomment un véritable “processus de désinformation“, p. 17 []
  4. Il s’agit d’une capture d’écran du site de Yad Vashem. Titre de l’image : Warszawa, Poland, A special prayer at the unveiling of the Warsaw Ghetto Uprising Heroes Memorial. []
  5. C’est à cela que s’opposa, entre autres, Sylvie Linderperg: “À négliger l’interdépendance des documents et des questions, à privilégier le «potentiel informatif» de ces images au détriment de leur puissance symbolique, à faire mine d’oublier que le sens historique ne se retrouve pas dans le document restauré, mais qu’il s’y construit sans fin, Clément Chéroux nous laisse indécis sur la nature de l’opération historique que son travail archivistique serait susceptible d’effectuer. En outre, si le catalogue de l’exposition se garde d’en proposer une application rigoriste, l’opposition marquée entre la «valeur documentaire» du cliché (qui fonderait son intérêt historique) et ses mésusages symboliques (dont il conviendrait d’effacer les traces) pourrait fermer la voie à une autre histoire qui s’intéresserait aux interprétations successives de ces documents, au travail de sédimentation qui les a fait migrer jusqu’à nous.” in “Itinéraire : le cinéma et la photographie à l’épreuve de l’histoire”, Cinémas : revue d’études cinématographiques, vol. 14, n°2-3, 2004, p. 191-210. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.