Histoire et Cinéma : état du champ (5) – Robert A. Rosenstone

Dans son compte rendu critique de l’ouvrage de Natalie Zemon Davis, Slaves on screen : Film and Historical Vision (2000), publié en 2002 dans History and Theory, Robert A. Rosenstone propose un rapide panorama de l’historiographie du champ Histoire et Cinéma (p. 134-137, l’article portant ensuite sur l’ouvrage, p. 138-144). On notera qu’il fait partie des pionniers de ce domaine aux États-Unis, puisqu’il a donné un premier cours sur le sujet dès 1977 et qu’il a ensuite pris une part active dans le développement des rubriques cinéma de la revue The American Historical Review.

Dans cet article, il commence par faire remarquer que dans son ouvrage daté de 1988, That Noble Dream, portant sur les pratiques des historiens aux États-Unis, Peter Novick n’a pas fait référence à un seul travail portant sur le cinéma (ce qu’il interprète comme un constat certain de la faiblesse du champ). Il note que, dans tous les cas jusqu’aux années soixante-dix, aucun historien ne s’est sérieusement intéressé au cinéma. Ensuite, il divise les pionniers en deux catégories : les anglo-saxons et les français. Pour ce qui est des premiers, il cite deux livres : The Historian and Film, ad. Paul Smith (Cambridge University Press, 1976) et K. R. M. Short, Feature Films as History (Knoxville: University of Tennessee Press, 1981). Le premier porte principalement sur les Actualités et la manière dont elles peuvent être interprétées par les historiens, le second sur des groupes (clusters) de films, dans la mesure où ils permettent un accès particulier aux idéologies et opinions défendues à un moments précis. Il isole le travail de D.J. Wenden à Oxford, qui est le seul à poser la question de la spécificité du rapport entre film et écriture de l’histoire.1 Du côté des historiens français, il cite les travaux de Marc Ferro (Cinéma et Histoire, 1977) et de Pierre Sorlin (The Film History, 1980). Pour ce qui est du premier, Rosenstone souligne qu’il pose la question suivante : Y a-t-il une vision filmique de l’histoire?  Il reprend d’ailleurs cette question comme titre de son propre article. Il note que Marc Ferro apporte globalement une réponse négative à cette question, avant d’identifier certains réalisateurs qui ont eux une vision de l’histoire (Tarkovski, Sembène, Syberberg, Visconti). Pour ce qui est de Pierre Sorlin, Rosenstone prend l’exemple de la manière dont il considère d’abord le film Octobre de Sergueï Eisenstein (et al.) comme étant le reflet d’une vision propagandiste, avant de montrer en quoi il s’en différencie. Il insiste sur le fait que l’historien français souligne qu’un film est toujours à étudier dans le temps de sa production, plus que dans celui de sa réception (afin d’éviter tout anachronisme).

Une fois passée cette présentation des travaux des pionniers, il note que depuis le début des années quatre-vingt il y a eu une explosion du nombre de recherches dans le champ Histoire et Cinéma. Je cite :

“Today a brief surf through the world wide web shows that there are hundreds of courses in history and film offered at universities around the world, many of them at leading research institutions. Today panels on film are common at our annual meetings, reviews of films are published in leading historical journals in the United States and Europe, and conferences ont the topic have been held in the U.S., the U.K., Italy, Spain, Finland, Australia, and South Africa. Yet the vast bulk of this activity has avoided the broader implications of history on the screen, and has tended to focus on a kind of ad hoc analysis of individual works.”

Il prend donc acte du développement du champ, tout en regrettant la faiblesse des approches théoriques2

“When it comes to a theoritical approach as to how the screen tells the past, nobody but yours truly (shall I blush?), and this only in a number of disparate essays, has faced the questions raised by the work of Wenden, Ferro, and Sorlin.”

Robert A. Rosenston, “Does a filmic writing of history exist?”, History and Theory, Theme Issue 41, December 2002, p. 137

  1. “This is the first instance (at least the first known to me) in which a historian suggests that film might have its own way of telling the past (…) that is different from what we expect to find upon the page” p. 136. []
  2. On poursuit la citation sans couper un mot. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.