Récit fictionnel, récit factuel – Gérard Genette

Dans ce texte publié en 19791 et depuis devenu un classique, Gérard Genette prend acte du fait que les narratologues se sont principalement intéressés aux récits de fiction et qu’ils ont négligé ce qu’il propose de nommer les récits factuels : “l’Histoire, la biographie, le journal intime, le récit de presse, le rapport de police, la narratio judiciaire, le potin quotidien, et autres formes de ce que Mallarmé appelait l’universel reportage.” (p. 142). On notera qu’il n’oppose pas uniquement Histoire et fiction, mais aussi les récits qui s’attachent à ce qui a une réalité qui leur est extérieure, et les récits fictifs, inventés. Il s’essaye ensuite à combler ce manque de travaux en suivant un plan en cinq parties.

1/ Ordre. En intégrant et discutant une critique de Barbara Herrnstein Smith selon laquelle “la non-linéarité est plutôt la règle que l’exception dans le récit” (p. 145) , il conclut cette partie sur une indifférenciation entre récit factuel et fictif, “récit fictionnel et récit factuel ne se distinguent massivement ni par leur usage des anachronies ni par la manière dont ils les signalent” (p.  149). Il pense ici aux différentes marques de discours – explicites ou non – par lesquelles l’auteur indique son rapport au temps narré.

2/ Vitesse. Le même constat est fait sur ce point : “Les accélérations, ralentissements, ellipses ou arrêts que l’on observe, à doses très variables, dans le récit de fiction sont également le lot du récit factuel” (p. 149).

3/ Fréquence. L’usage de termes itératifs (qui rendent compte de ce qui se répète) dans les récits n’est en rien un attribut propre à la fiction ou au factuel (la biographie semble faire un usage particulier de ce type de discours).

4/ Mode. C’est à ce niveau qu’une différence entre récit fictif et factuel réside. Ainsi, que le récit fictif donne accès à la subjectivité des personnages2 ou non3, il est basé sur la liberté de l’invention, alors que le “récit factuel – qui ne s’interdit a priori aucune explication psychologique, mais doit justifier d’elle par une indication de source (“Nous savons par le Mémorial de Saint-Hélène que Napoléon croyait que Koutouzov…”), ou l’atténuer et, précisément, la modaliser par une prudente marque d’incertitude et de supposition (“Napoléon croyait sans doute que Koutouzov…”), là où le romancier, fictionalisant son personnage, peut se permettre un péremptoire “Napoléon croyait que Koutouzov…” (p. 152).

5/ Voix. Gérard Genette accorde une part importante de son argumentation à ce cinquième point. Il commence par poser que le récit factuel – par opposition au récit de fiction canonique – se caractérise par le fait que le récit n’est jamais (ou peu) délégué à un personnage. C’est l’auteur qui assume la narration (au double sens où c’est lui qui le fait advenir et qu’il en est responsable4

Il indique également que la distinction, entre ces deux régimes de récits, n’est pas seulement à chercher dans le texte (il est ici aisé de faire le parallèle avec l’image). Il insiste alors sur le rôle du paratexte. Développant ce qu’il avait écrit en introduction “ce qui compte ici, c’est le statut officiel du texte et son horizon de lecture” (p. 143), il note “l’indication générique roman, sur la page de titre ou la couverture, est un exemple parmi bien d’autres” (p. 163).5

Dans une partie conclusive, l’auteur revient sur la trop grande étanchéité entre fiction et factualité dans son modèle. Il prend l’exemple d’un récit fictif qui prend la forme d’un récit factuel, puis l’exemple d’un récit factuel qui prend les formes d’un récit fictif pour dire “Ces échanges réciproques nous amènent donc à atténuer fortement l’hypothèse d’une différence a priori de régime narratif entre fiction et non-fiction” (p. 166). Pour conclure, Genette revient sur la nécessité, pour le narratologue, de penser les récits factuels, non sans avoir auparavant précisé ce qui nous semble (depuis Ricoeur) plus évident :

“Si l’on considère les pratiques réelles, on doit admettre qu’il n’existe ni fiction pure ni Histoire si rigoureuse qu’elle s’abstienne de toute mise en intrigue et de tout procédé romanesque; que les deux régimes ne sont donc pas aussi éloignés l’un de l’autre, ni, chacun de son côté, aussi homogènes qu’on peut le supposer à distance, et qu’il pourrait bien y avoir davantage de différences narratologiques, par exemple (comme le montre Hamburger) entre un roman classique et un roman moderne qu’entre celui-ci et un reportage un peu déluré.” (p. 166).

  1. Gérard Genette, “récit fictionnel, récit factuel”, Fiction et diction, Seuil, 2004 (1ère édt. 1979), p. 141-168 []
  2. “Si seule la fiction narrative nous donne un accès direct à la subjectivité d’autrui, ce n’est pas par le fait d’un privilège miraculeux, mais parce que cet autrui est un être fictif ( ou traité comme fictif (…)”, p. 151. []
  3. ce que Genette nomme la focalisation externe []
  4. Ce dernier point soulève la question de l’identité narrative, qui “n’est pas l’identité numérique aux yeux de l’état civil, mais l’adhésion sérieuse de l’auteur à un récit dont il assume la véracité”, p. 159). Il s’ensuit une réflexion sur les articulations possibles entre auteur – narrateur – personnage. Il explique alors que, dans les récits factuels, le narrateur est l’auteur (de nouveau à la différence de la fiction). Il en découle par opposition que la “fictionalité se définit autant (ou plus) par la fictivité de la narration que par celle de l’histoire” (p. 156). Au sujet d’un texte de Borges il pose par conséquent, “même sans erreurs ou inventions factuelles, et par le seul fait d’une dissociation bien établie entre auteur et narrateur (quoique anonyme), un tel texte relève clairement du récit de fiction” (p. 157). []
  5. D’autres indices de la fictivité d’un récit peuvent être le nom insolite des personnage, une formule d’ incipit (tel que il était une fois), etc. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.