Tous les articles par fanny lautissier

Master class Patricio Guzmán au Jeu de Paume, 3/02

La 4ème master class du séminaire “Figurations cinématographiques de l’histoire” se déroulera ce vendredi 3 février 2012, dans l’auditorium du Jeu de Paume, de 16h à 18h30.

Pour cette séance, l’invité sera Patricio Guzmán, réalisateur chilien.

Actif depuis les années 1970, Patricio Guzmán s’est surtout intéressé à l’Histoire de son pays. Ses documentaires, comme La Bataille du Chili ou Le Cas Pinochet participent à la construction d’une mémoire nationale, si fragile dans ce pays qu’il qualifie parfois d’amnésique.
Dans son dernier film, Nostalgie de la Lumière, le cinéaste met en parallèle les astronomes qui, dans le désert d’Atacama, scrutent l’univers et cherchent son origine, aux femmes qui creusent ce même désert, recherchant des fragments d’os et de vêtements de leurs disparus. Le film, poétique et contemplatif, met face à face deux immensités et deux quêtes qui finissent par se faire écho. Cette séance sera l’occasion de réfléchir aux voies originales et particulières qu’un réalisateur emprunte pour figurer l’Histoire, le temps et la mémoire.

La séance sera coordonnée par Constance Ortùzar, étudiante-chercheuse.

Informations complémentaires sur le site du Jeu de Paume.
Photographie : « Patricio Guzm
án sur le tournage de Nostalgie de la lumière »
Crédits : Real Fiction

Conférence d’Iwona Kurz « Propaganda pictures and Afterimages », 26/01

Ce jeudi, 26 janvier, de 16h à 18h, une conférence spéciale a lieu à l’IHTP (59 rue Pouchet, 75017). La chercheuse polonaise, Iwona Kurz, fera une intervention sur le thème suivant :

« Propaganda Pictures and Afterimages. Visual Memory of Auschwitz in Poland »
Year 1989 makes a borderline for many changes and phenomena of Polish culture. It marks also shift in common memory resulting both from new perspectives in politics of the state and from universal factors, most of all – time. Memory of Auschwitz is nowadays not memory, or even not post-memory as Marion Hirsch coined it – it is rather pulp memory consisting of recurring media images and associations. The topic of Auschwitz, as both site of Shoah and place of suffering of thousands prisoners, is still present in public debate in Poland. In my talk I would like to confront official image of the former camp (posters, media coverage), responses of individuals to it (e.g. You Tube clips), and chosen works of Polish visual artists (Żmijewski, Bałka, Libera, Althamer). My aim is to point specific clusters of memory, its iconic props and figures (gate, stripped uniform, barbered wire, gas chamber) and their meaning in nowadays imaginary.

Iwona Kurz, PhD – head of Department of Film and Visual Culture in the Institute of Polish Culture at University of Warsaw. Main field of interests: gender studies, history of Polish culture of XX century in visual studies perspective, anthropology of body and everyday life, anthropology of visual culture. Author of Twarze w tłumie [Faces in the Crowd. Views of the heroes of collective imagination in Polish culture 1955-1969; Bolesław Michałek Award for the best film studies book in 2005; Nike (Literary Award): short-listed for the best book in 2005], co-author of Obyczaje polskie. Wiek XX w krótkich hasłach [Polish Everyday Culture. 20th Century in Short Entries, 2008], editor of Film i historia. Antologia [Film and History. Anthology, 2008], Antropologia ciała. Wybór tekstów i zagadnienia [Anthropology of Body, 2008].

Voir aussi : http://culturevisuelle.org/cinemadoc/2011/05/15/history-memory-identity/

Master class Amos Gitai – 13/01


La 3ème master class du séminaire “Figurations cinématographiques de l’histoire” se déroulera ce vendredi 13 janvier 2012, au Jeu de Paume, de 16h à 18h30.

Pour cette séance, nous accueillerons le réalisateur israélien Amos Gitai.

Depuis 1972, Amos Gitaï développe à partir de formes filmiques, théâtrales et artistiques des pistes de réflexion variées (histoire personnelle et familiale, politique, religion, adaptation littéraire…). Les métaphores architecturales et archéologiques jalonnent son travail, dans lequel il met en scène de nombreux « jeux d’échelles ».

Cette master class sera notamment l’occasion d’appréhender la manière dont peuvent s’articuler expérience de guerre et cinéma, à partir des séquences de film qu’il a tournées en 1973 et intitulées Images de guerre et d’extraits du long-métrage Kippour (2000).

Il s’agira également de questionner les notions de trace et d’archive, qui sont au centre de son travail.

Voir les informations pratiques sur le site du Jeu de Paume.
La séance sera coordonnée par Fanny Lautissier et Christian Delage.

Photo : Dan Bronfeld.

Masterclass « John Ford, Samuel Fuller, George Stevens : de Hollywood à Nuremberg » – 25/11


La 2ème séance des masterclass « Figurations cinématographiques de l’histoire » se déroulera au Jeu de Paume, vendredi 25 novembre 2011, 16h-18h.« L’archive cinématographique et le travail de montage. À propos du montage en cours du film JOHN FORD, SAMUEL FULLER, GEORGE STEVENS : DE HOLLYWOOD À NUREMBERG »
avec Christian Delage, historien et réalisateur, et en présence d’Isabelle Poudevigne, monteuse.

En quoi la connaissance de l’histoire peut-elle s’enrichir du passage d’une forme d’écriture à l’autre ? Comment, à partir d’un matériau déjà montré dans une exposition, construit-on une autre forme de narration, en réalisant un documentaire ? Qu’est-ce que le travail à la table de montage permet de découvrir, de recomposer, de mettre en valeur ? Le film John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, de Hollywood à Nuremberg, actuellement en cours de montage, porte sur l’expérience de guerre de trois cinéastes américains et la manière dont ils ont rendu compte par l’image des combats et des violences dont ils ont été les témoins dans le Pacifique, en Afrique du nord et en Europe de l’ouest, entre 1941 et 1945. Deux d’entre eux, Ford et Stevens, étaient des professionnels confirmés et leurs images, passées de la fiction au  documentaire, ont été validées comme preuves à Nuremberg. Le troisième, Samuel Fuller, est devenu cinéaste pendant la guerre, et c’est son œuvre de fiction qui a été imprégnée de cette expérience fondatrice.

Depuis une dizaine d’années, les recherches de Christian Delage portent sur le statut de médiation et de preuve des images animées, particulièrement celles prises pendant la Deuxième Guerre mondiale et celles présentées lors des grands procès internationaux. Elles ont abouti à la publication d’un livre, La Vérité par l’image. De Nuremberg à Milosevic (Denoël, 2006), à la réalisation d’un film, Nuremberg. Les nazis face à leurs crimes (Arte, 2006), à l’écriture du parcours historique permanent d’un Mémorial (Compiègne, 2008) et à la conception d’une exposition, Filmer les camps (Mémorial de la Shoah, 2010).

"L’héritage de Lisette Model et de la Street Photography" au Jeu de Paume

model1
Colloque sous la direction de Samuel Kirszenbaum
le 13 mars 2010 14h30 – 17h30

Afin d’apporter un éclairage sur les choix artistiques de Lisette Model, les intervenants s’attacheront d’abord à replacer son œuvre dans son contexte historique, géographique et artistique, insistant notamment sur le maccarthysme et le rapport de la photographe à la ville de New York. Cette approche permettra ainsi de revenir sur la perception du médium et de la pratique de la Street Photography.

Lire la suite