Tous les articles par Rémy Besson

Postdoctorant à TECHNÈS (Université de Montréal), Rémy Besson a soutenu un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann (C. Delage dir.). Il a été postdoctorant au Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, lettres et techniques (CRIalt, Montréal, 2012-14) où il a assuré la coordination scientifique du projet international Archiver à l’époque du numérique, puis au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II, 2014-15) où il a poursuivi ses travaux sur l’intermédialité. Il est actuellement chercheur associé au CRIalt. La liste de ses publications est accessible en ligne : http://remybesson.blogspot.ca/

Le webdocumentaire interactif De la ferme à l’assiette: une mise en valeur originale des archives. – 30 mai 2024

Jeudi 30 mai 2024 à Rivière-du-Loup (via vidéo pré-enregistrée dans mon cas), dans le cadre du congrès de l’Association des archivistes du Québec (AAQ), je participe à un panel que j’ai co-organisé avec Joanne Burgess (UQAM), Rui Silveira (UQAM) et Gilles Tassé (documentariste) intitulé “Le webdocumentaire interactif De la ferme à l’assiette: une mise en valeur originale des archives”. C’est pour nous une occasion de présenter notre de webdocumentaire actuellement accessible de manière libre

Présentation du projet
Le webdocumentaire De la ferme à l’assiette (www.ferme-a-assiette.uqam.ca) a été réalisé dans le cadre du Programme de soutien et de valorisation des connaissances du ministère de l’Économie
et de l’Innovation du Québec. Sa production repose sur un partenariat entre Joanne Burgess du Département d’histoire de l’UQAM, le labdoc de l’École des médias de l’UQAM, l’Écomusée du fier monde et le Centre de services scolaire de Montréal. Il est le fruit d’une collaboration inédite entre la recherche historique et la recherche-création.
Dans le cadre d’un processus de co-construction, l’équipe du projet a œuvré à la production d’un webdocumentaire interactif destiné à une clientèle scolaire et à un public muséal, notamment celui de l’Écomusée. Les contenus et l’approche du webdocumentaire sont adaptés au programme et aux élèves du dernier cycle du primaire; son caractère interactif et sa structure favorisent des démarches personnalisées d’exploration qui permettent aussi des approfondissements par les publics adultes.
Le webdocumentaire traite de l’ancrage historique d’un sujet d’une grande actualité, soit l’approvisionnement alimentaire de Montréal et les modalités d’industrialisation de la production alimentaire. Pour ce faire, il examine trois groupes de produits : lait, confitures et marinades, et pain. L’équipe a choisi d’aborder l’histoire de ces produits à travers la présentation de six trajectoires biographiques (deux par produit) en insistant sur les moments de transformations liées aux thématiques et aux produits identifiés. Pour présenter ces trajectoires biographiques et les contextualiser, le webdocumentaire utilise comme support créatif et pédagogique des documents d’archives ainsi que du matériel cartographique et graphique produit par l’équipe. Les archives, et surtout les archives iconographiques, sont au cœur de ce projet. Plusieurs centaines de documents sont mobilisés et mis en valeur : ils proviennent d’une multitude de fonds et d’institutions au Québec et ailleurs.

Questions abordées lors de la conférence

La séance poursuit plusieurs objectifs. Il s’agit d’abord de présenter le webdocumentaire lui-même, son architecture et son dispositif de navigation. Nous reviendrons ensuite sur les origines et le déroulement du projet – ses objectifs, son contenu, ses principales étapes de réalisation. Nous accorderons une attention particulière aux modalités d’élaboration du concept artistique et du scénario, de même qu’au processus de repérage et de sélection des archives mises en valeur. Nous souhaitons également rendre compte du traitement des archives, notamment dans le cadre de séquences animées. Enfin, la séance abordera des enjeux historiographiques, méthodologiques et éthiques soulevés par l’utilisation du matériel archivistique dans le cadre d’une réalisation conjuguant l’histoire et création.

Vous pouvez consulter l’ensemble du programme du congrès.

Paratexte audiovisuel et vulgarisation des connaissances: le cas de la capsule audiovisuelle à propos du documentaire No Crying at the Dinner Table (C. Nguyen, 2019) – 13 mai 2024

Lundi 13 mai 2024, dans le cadre d’un colloque du congrès de l’ACFAS (Ottawa, 13-17 mai 2024) organisé par Karine Abadie et Pierre-Olivier Bouchard portant sur le thème “Vulgariser les études littéraires et culturelles“, j’ai l’opportunité de présenter un projet de vulgarisation que je mène actuellement avec Tenk.ca ainsi que la petite équipe du Labdoc de l’UQAM, dont notamment Viva Paci et Martin Bonnard. Le titre de cette communication est “Paratexte audiovisuel et vulgarisation des connaissances: le cas de la capsule audiovisuelle à propos du documentaire No Crying at the Dinner Table (C. Nguyen, 2019)”. 

Le résumé est le suivant:

Dans le cadre du projet de recherche-création du Labdoc (UQAM) Un parcours web d’éducation au cinéma documentaire canadien (CRSH engagement), j’ai eu l’opportunité de coréaliser une capsule audiovisuelle d’environ cinq minutes portant sur le court métrage documentaire de la réalisatrice québécoise d’origine vietnamienne Carol Nguyen, No Crying at the Dinner Table (2019). Cette capsule est intégrée à un parcours numérique sur la plateforme Tenk.ca qui vise à inviter à découvrir le cinéma documentaire de création et à vulgariser les connaissances développées dans les études portant sur le documentaire. La principale originalité de ce projet est d’ordre médiatique puisqu’il s’agit de penser la médiagénie d’un mode de médiation des connaissances qui prend le même format que l’objet sur lequel il porte.

Le programme de la journée est accessible sur le site de l’ACFAS: https://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/91/300/309/c 

Recherches actuelles en cinéma : les films qui creusent là où il faut – 24 avril 2024

Mercredi 24 avril 2024 de 9h15 à 16h30 se tiendra le colloque étudiant du Groupe de recherche sur l’avènement et la formation des identités médiatiques (GRAFIM) de l’Université de Montréal. Intitulé Recherches actuelles en cinéma : les films qui creusent là où il faut, l’événement interuniversitaire réunira une quinzaine de confériencier·ères œuvrant en recherche et en recherche-création.

Organisé avec Martin Bonnard et Viva Paci (UQAM), ce colloque verra les 7 étudiant.es  du séminaire Pratique documentaire (CIN-6057) que j’ai donné cet hiver présenter les films qu’ils-elles ont réalisé-es. 

Consultez, le programme complet.

Présentation du colloque: 

Les travaux présentés feront leur la vision de cinéma proposée, il y a maintenant dix ans, par Luc Chessel dans Vertigo. Le critique de cinéma décrivait un travail de soubassement qui, loin de chercher une vision totalisante, tentait d’ouvrir quelques lignes de sens au sein d’un vaste champ d’exploration. Creuser donc, non pas pour fuir les conséquences d’un monde définitivement en crise, mais plutôt pour poursuivre par l’observation, l’expérimentation, l’analyse et l’exploration du cinéma dans ses rapports avec le vivant, l’industrie ou la mémoire, sans oublier bien sûr, la technique.

Titres des communications liées au séminaire (CIN-6057):

  • Charles Émond: Hantologie documentaire
  • Lisa Andree Melinand: Au-delà des signes : Veillance Inclusive – Traversée de la Veillance : Sculpter l’accessibilité Universelle
  • Thibault Becquaert: L’Institut de filmologie : un voyage à Paris
  • Esther Baslé: Le travail : conflits et ressentis
  • Thibaud Pidance: Surveillance STM
  • Cherifi de Souza: Au-delà des murs
  • Fanny Villaudiere: Sex pixels

Le film de réemploi comme contre-discours féministe – Entre-temps

Pour la revue Entre-temps du Collège de France (dirigé par Patrick Boucheron), j’ai mené un entretien avec la réalisatrice québécoise Anne Gabrielle Lebrun-Harpin à propos de son film de réemploi Un robot à soi. La revue étant en libre accès, je vous invite à découvrir l’article sur leur site.

Le film de réemploi comme contre-discours féministe

Une femme, qui attend qu’un robot pâtisse un gâteau ; une femme, interrogée sur l’incompétence féminine supposée pour l’informatique ; une femme, qui concourt face à une machine. Dans Un robot à soi, la réalisatrice Anne-Gabrielle Lebrun-Harpin réemploie ces images d’archives des Trente Glorieuses, pour analyser, non sans humour, le regard masculin et sexiste porté sur le rapport entre les femmes et les innovations techniques. (lire la suite).

Nouvelles perspectives sur l’oeuvre d’Harun Farocki (1944-2014) – écrits, théâtre, films, expositions

C’est un plaisir d’annoncer sur Cinémadoc, la tenue d’une cycle de projections à la Cinémathèque et de journées d’études portant sur le thème: Nouvelles perspectives sur l’oeuvre d’Harun Farocki (1944-2014) – écrits, théâtre, films, expositions. J’ai collaboré avec Philippe Despoix et Regine Strätling pour organiser ces journées soutenues par le Centre canadien d’études allemandes et européenne avec le soutien du Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques et de l’Institut Goethe.

L’argumentaire et le programme se trouve ci-dessous:

Le cinéaste, artiste médiatique, enseignant et auteur Harun Farocki (1944-2014) fut l’un des auteurs les plus importants et les plus prolifiques de films d’essai, ainsi qu’une voix intellectuelle majeure de la République fédérale d’Allemagne. Son œuvre constitue une méditation continue sur la relation entre les images et leur technologie, explorant le pouvoir ambivalent des médias visuels et leur oscillation entre rendre-visible et invisibilisation, entre documentation et violence, entre préservation et destruction. Bien avant que le terme de « recherche-création » n’ait été inventé, Farocki a conjugué la réalisation filmique et l’analyse critique des images elles-mêmes, développant sa pratique audiovisuelle à la fois comme une forme de théorie et comme une éthique. L’année 2024 marquera le dixième anniversaire de la mort de Farocki. C’est en hommage à ce dernier que ces journées d’étude internationales réunissent des chercheurs d’Europe et du Canada pour discuter des perspectives nouvelles ayant émergé de son travail depuis sa disparition.

Programme 

Jeudi 21 mars 2024
Cinémathèque québécoise
 
 Mot d’ouverture : 16h00 – 16h15
 Philippe Despoix et Regine Strätling
 
 Keynote 1 et débat : 16h15 – 17h45
 Christa Blümlinger (Paris 8) :
 À propos de la poétique du savoir chez Harun Farocki
 
 Projection : 18h – 20h
 Harun Farocki, Reconnaître et poursuivre (2003) ;
 Jeux sérieux 1-4 (2009-2010)
 
Vendredi 22 mars 2024
Carrefour des arts et des sciences
(Université de Montréal)
 
 Matinée : 10h – 11h45
 Modération : Viva Paci (UQAM)
 
 Rémy Besson (UdeM) :
 Mettre en regard le réemploi chez Serguei Loznitsa et Harun Farocki
 
 Philippe Despoix (UdeM) : 
 Archives de la violence et mémoire intermédiale : La politique du médium image chez Farocki
 
Après-midi : 14h – 15h45
 Modération : Marie Eve Loyez (UdeM)
 
 Regine Strätling (CCEAE-DAAD) :
 « Les images peuvent tout signifier » – Le travail de théâtre de Farocki
 
 André Habib et  Samy Benammar (UdeM) :
 Harun Farocki and Videogame Aesthetics, or “The  Wind in the Trees”
 
 Keynote 2 et débat : 16h – 17h30
 Volker Pantenburg (University of Zürich) : 
Bridges, Buildings, Cityscapes. Harun Farocki and Architecture
 
Mots de conclusion : 17h30 – 18h30

Babi Yar. Contexte (2021) de Sergueï Loznitsa : un objet intermédial? – 21 février 2024

Dans le cadre du séminaire du CRILCQ de l’hiver 2024, Intermédialité, Nouveaux matérialismes et post-vérité de Jean-Marc Larrue (cochercheur CRILCQ, Université de Montréal), j’ai le plaisir de donner la conférence « Babi Yar. Contexte (2021) de Sergueï Loznitsa : un objet intermédial? ». L’activité se déroulera le 21 février 2024, de 14h à 15h30, à l’Université de Montréal, Pavillon Lionel-Groulx, local C-8141.

Résumé de la conférence

Cette communication propose un retour réflexif sur la recherche que je mène actuellement à propos du film de seconde main Babi Yar. Contexte de Sergueï Loznitsa. Différents types d’approches que je mobilise seront présentées, dont notamment l’étude des discours portant sur le film, l’analyse de séquences, mais aussi la génétique cinématographique, soit dans ce cas précis la comparaison entre les sources archivistiques mobilisées (photographies, séquences d’actualités filmées pour la propagande, films amateurs, etc.) et les séquences montées dans le film. L’enjeu méthodologique de cette présentation revient à se demander quand et pourquoi les études intermédiales peuvent être convoquées afin d’appréhender ce type d’objet cinématographique singulier.

L’annonce officielle se trouve sur le site du CRILCQ: https://crilcq.org/activites/conference-%C2%A0babi-yar-contexte-2021-de-serguei-loznitsa-un-objet-/

Projection : My Russian 90’s : Chroniques d’une décennie – 15 février 2024

Jeudi 15 février à 19h, j’ai le plaisir d’introduire une projection du film documentaire de Macha Ovtchinnikova, My Russian 90’s: Chroniques d’une décennie qui aura lieu à Montréal à la galerie Dazibao (5455, avenue de Gaspé). Cet événement est organisé avec l’équipe du Vidéographe.

Ce qui m’intéresse particulièrement dans ce film, c’est la manière dont des liens sont tissés entre histoire et mémoire, singulier et collectif, archives (films de famille principalement) et témoignages de femmes proches de la réalisatrice, à travers un dispositif original.

L’événement est présenté ainsi sur les sites des organismes responsables de l’organisation:

Découvrez My Russian 90’s: Chroniques d’une décennie, un documentaire personnel et bouleversant de Macha Ovtchinnikova présenté en collaboration avec Dazibao et Vidéographe dans le cadre de la série dv_vd. Nous suivons la réalisatrice et sa mère lors d’un voyage en Russie qui, en 2003, retrace les conditions de vie qui ont précipité leur émigration. Cette exploration d’abord privée dévoile finalement la réalité des femmes moscovites après le putsch de 1991 et offre une perspective féministe sur cette période politiquement tumultueuse.

Lire la suite: https://www.videographe.org/activite/dv_vd-my-russian-90s-chroniques-dune-decennie/

Pratique documentaire (séminaire, 2024)

Ce semestre (hiver 2024) à l’Université de Montréal, j’ai l’opportunité de donner un séminaire de recherche-création portant sur la Pratique documentaire (CIN-6057).  C’est, pour moi, l’occasion d’échanger avec les étudiant-es autour du rapport dialectique entre observation et performativité. Ce séminaire conduit à la réalisation de deux formes courtes par chacun-e des participant-es. Vous trouverez-dessous la notion d’intention du séminaire en question.

Note d’intention: Pratique documentaire

Au tournant du XXIe siècle, le théoricien du cinéma Bill Nichols a proposé six grandes catégories pour définir ce qu’est le documentaire : poétique, démonstratif, participatif, d’observation, réflexif, performatif (2001 et 2010). Cette cartographie a depuis été contestée. Ces catégories sont aujourd’hui plutôt considérées comme des pôles permettant de comparer différents films documentaires entre eux et d’étudier différentes tendances présentes au sein d’un même film. Au Québec, la notion d’observation a occupé une place centrale depuis le moment du direct (1956-1964), mais aussi bien au-delà de ces bornes temporelles initiales[1]. Nous reviendrons sur la notion d’observation – distincte de celle de direct – qui veut que l’équipe du film adopte une posture relativement en retrait, ne modifiant pas l’espace sociale qu’elle représente et n’interagissant “idéalement” pas avec les personnes filmées telle une “mouche sur le mur”. Depuis quelques décennies, cette manière de faire du documentaire est moins centrale. Cela correspond à un tournant désigné par le terme : performatif (Bruzzi, 2006, voire parfois autobiographie[2]). Dans cette posture, le-la réalisateur·ice agit dans un espace social mis en scène qui n’existe que parce que l’équipe du film est là pour créer quelque-chose (parfois un dispositif). Dans tous les cas, il n’est plus question de capter un réel extérieur à l’équipe du film, mais de le construire, voire de le coconstruire avec d’autres. En partant du partage d’une expérience sensible et/ou d’un récit vécu à la première personne du singulier, l’objectif est de provoquer une réaction affective (empathique et/ou de rejet) de la part des individus qui regardent le film. Au Québec, cette catégorie est désormais très présente chez les jeunes créateur·ices (cf. par exemple, la dernière édition des RIDM à l’automne 2023).

Dans le cadre de ce séminaire de recherche-création, les participant·es seront amené·es à se positionner vis-à-vis de ces deux catégories. Il ne s’agira bien sûr pas de choisir l’une contre l’autre, mais bien plutôt de voir ce que chacun de ces deux grands pôles présents dans nombre des approches actuelles du documentaire peuvent s’apporter l’un à l’autre. En fonction des intérêts des participant.es, des séquences issues des filmographies de réalisateur·ices de renommée internationale tel-les que Wang Bing, Amos Gitai, Alanis Obomsawin, Agnès Varda, Frédérick Wiseman et/ou de plus jeunes créatrices vivant au Canada telles que Carol Nguyen, Sarah Polley, Gisela Restrepo, Camille Salvetti seront présentées. Elles seront, dans tous les cas, discutées en groupe. Les participant·es auront aussi accès à la plateforme Tenk.ca pendant la durée du séminaire afin de pouvoir visionner d’autres documentaires. L’objectif est d’amener chaque participant·e à se positionner afin de développer une perspective située[3]. Cette prise de position conduira à la conception de deux projets de recherche-création (dont le mode d’évaluation est détaillé dans le plan de cours). À partir du mois de février, ces projets prendront une place de plus en plus centrale dans le déroulement du séminaire.

Il est, enfin, à noter que des formations techniques, véritables préalables aux tournages et au montage, seront dispensées par les personnes ressources du département.

[1] Caroline Zéau, Le Cinéma direct. Un art de la mise en scène. L’Âge d’homme, 2020.

[2] Renov, Michael (2004). The Subject of Documentary. University of Minnesota Press.

[3] Donna Haraway, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », dans Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, J. Chambon, 2009.

 

Face aux archives des camps: H. Farocki, En Sursis (2007) – 16 janvier 2024

Dans le cadre du cycle de projections-débats Politiques du film d’archives II : Face à la violence de l’Histoire – Hommage à Harun Farocki (1944-2014) que j’organise avec Philippe Despoix, la première séance est consacrée au thème: Face aux archives des camps: H. Farocki, En Sursis (2007). Cette séance dans laquelle je vais présenter mes propres travaux aura lieu au Carrefour des arts et des sciences (C-1017-02) de l’Université de Montréal le 16 janvier de 16h à 19h.

Ce cycle de projections offre un forum de recherche et de discussion sur les gestes posés par les documentaristes travaillant à partir d’archives et sur leurs effets politiques explicites ou non. Il met en relief l’intérêt d’une approche intermédiale qui relie la question du choix du matériau d’archives (photo, film muet, vidéo, numérique) au mode de son traitement impliquant des transferts de technique, ainsi qu’aux formes de mémoire sociale que la diffusion de ces productions contribuent à créer. Le cycle de ce trimestre est entièrement consacré au documentariste Harun Farocki disparu il y a dix ans. 

Toutes les informations se trouvent dans l’affiche ci-dessous. L’entrée est libre.

Les deux séances suivantes auront lieu le 6 février 2024 à 16h : Archives de temps de révolution. H. Farocki, Vidéogrammes d’une révolution (1992) et autres extraits et le 5 mars 2024 à 16h : Destruction automatisée et archives virtuelles. H. Farocki, Reconnaître et poursuivre (2003) et autres extraits.

Ce cycle se poursuit par deux journées internationales d’hommage à Harun Farocki (21-22 mars 2024), Carrefour des arts et des sciences (UdeM) et cinq projections à la Cinémathèque québécoises, qui seront consacrées à H. Farocki (15 mars et le 22 mars).

 

 

Conseils de lecture pour temps de fêtes (et début 2024!)

C’est toujours un plaisir pour moi de partager quelques idées de lecture avec les membres du comité de rédaction de la revue d’histoire en ligne Entre-temps. Pour cette fin d’année 2023 et début d’année 2024 (!), je me suis penché sur la bande dessinée de Mélanie Leclerc intitulée Contacts. Vous trouverez ci-dessous le court texte que j’ai rédigé. Je vous invite surtout à prendre connaissance des autres propositions des membres du comité d’Entre-temps directement sur le site de la revue: https://entre-temps.net/conseils-de-lecture-pour-temps-de-fetes/

BANDE DESSINÉE – Mélanie Leclerc, Contacts, Outremont, Mécanique générale, 2019, 113 p.

La bande dessinée autobiographique Contacts est le résultat d’un travail mené pendant près de sept ans, d’abord été édité à compte d’auteur en seulement 100 exemplaires (2017). Depuis, une réédition chez Mécanique général (2019) et une certaine reconnaissance auprès du public et de la critique sont venues ! Ce projet singulier de Mélanie Leclerc porte sur sa relation avec son père, Martin Leclerc (lui-même fils du célèbre chanteur Félix Leclerc !) : un chef opérateur de cinéma documentaire québécois ayant travaillé à l’Office national du film du Canada (ONF) entre les années 1970 et 1990, notamment sur La bête lumineuse de Pierre Perrault (1982). Le récit proposé croise l’histoire intime d’une famille sur une vingtaine d’années (1982-2004) et la transmission des gestes de création, principalement autour de la photographie, sans épargner les protagonistes de l’histoire. Notons, pour conclure, que la publication se ferme par une annexe composée d’une série d’une dizaine de photographies de Martin Leclerc.

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille aussi la dernière bande dessinée de l’autrice – Temps libre, 2020 -, qui revient de manière détournée sur son désir de création.