Tous les articles par Rémy Besson

Postdoctorant à TECHNÈS (Université de Montréal), Rémy Besson a soutenu un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann (C. Delage dir.). Il a été postdoctorant au Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, lettres et techniques (CRIalt, Montréal, 2012-14) où il a assuré la coordination scientifique du projet international Archiver à l’époque du numérique, puis au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II, 2014-15) où il a poursuivi ses travaux sur l’intermédialité. Il est actuellement chercheur associé au CRIalt. La liste de ses publications est accessible en ligne : http://remybesson.blogspot.ca/

Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (Mémorial de la Shoah, 17 nov. 2019)

C’est avec plaisir que je partage avec vous l’annonce de la projection du film Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah de Catherine Hébert au Mémorial de la Shoah le 17 novembre 2019 à 14h30. Cette séance est gratuite et sur réservation.

Présentation de la séance:

2018 a vu s’éteindre l’auteur d’une des oeuvres les plus monumentales de l’histoire du cinéma : Claude Lanzmann. Les travaux de l’historien Rémy Besson sur les archives du film Shoah, conservées à l’USHMM, Washington (E.U.), composées de plus de 200 heures de rushes, de transcriptions originales annotées par le réalisateur et l’équipe du film, ouvrent une nouvelle lecture de la construction de cette oeuvre majeure. La monteuse Ziva Posteca consacré six années à construire ce film aux cotés de Claude Lanzmann. Dans ce film enrichi d’images inédites du tournage, Ziva Postec raconte ce travail à la caméra de Catherine Hébert.

En présence de la réalisatrice et de Rémy Besson, historien, chercheur postdoctoral à l’université de Montréal, Canada.
Animée par Christian Delage, historien et réalisateur.

Un film second comme argument pour changer les discours sur le montage : le cas de Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (C. Hébert, 2018)

Dans le cadre du colloque L’émergence du concept de montage: ses sources, son développement, ses migrations (sous la direction de Faye Corthesy, André Gaudreault, Santiago Hidalgo, Laurent Le Forestier et Andréane Morin-Simard) qui se tiendra à Lausanne (UNIL) les 11, 12 et 13 novembre, j’ai le plaisir de présenter une communication portant comme titre: Un film second comme argument pour changer les discours sur le montage : le cas de Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (C. Hébert, 2018).

Le résumé de la communication est le suivant:

Le montage du film Shoah (Claude Lanzmann, 1985) a durée plus de cinq années (automne 1979-85). Après les dispositifs filmiques mis en place lors des tournages (1975-76 et surtout 1978-79), il s’est agi d’une seconde mise en intrigue. Cette étape essentielle de la réalisation du film a cependant été ignorée dans le temps long des discours institutionnels (académiques, critiques, pédagogiques, muséaux, etc.). Cette communication porte sur la redécouverte, à partir de 2010, de l’importance de ce processus (travail s’appuyant sur les archives de Shoah restaurées par l’USHMM et des entretiens avec la monteuse, Ziva Postec). Ce sera surtout l’occasion d’un retour sur le documentaire de Catherine Hébert Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah (2018) dont j’ai été le conseiller historique (2013-2018) et un protagoniste. L’étude de ce film second portera surtout sur son rôle performatif en tentant d’analyser comment il s’inscrit dans un état de l’historiographie et il conduit à un changement – ou non – des discours portant sur Shoah et son montage.

 

Faire un film de manière politique

Dans le cadre du cours Cinéma politique (UdeM), après plusieurs séances consacrées à l’étude de la représentation du politique et des gestes politiques, nous avons commencé à interroger des enjeux liés à la politique de la représentation. Il s’agit alors de considérer les images elles-mêmes comme un objet politique. Cela passe notamment par l’étude du cinéma de seconde main. La Rabbia – partie 1 de Pasolini a été considéré, ainsi que deux films québécois plus récents réalisés par Simon Beaulieu. 

De Zotero et Omeka à Papyrus jusqu’à Internet Archive

Mardi 29 octobre 2019, j’ai le plaisir d’intervenir sur le thème De Zotero et Omeka à Papyrus jusqu’à Internet Archive: Quelles solutions pour diffuser les résultats de la recherche en SHS? dans le cadre du colloque des Bibliothèques d’enseignement supérieur (BES) au Congrès des professionnels de l’information qui se tient à Montréal. Le panel dans lequel j’interviens s’intitule ORCID et les dépôts institutionnels sous la loupe des bibliothécaires et des chercheurs. Cette communication constitue une belle occasion de présenter cette dimension du projet TECHNÈS. Il s’agit notamment de revenir sur l’articulation que nous avons mise en place entre 1/ référence bibliographique (normalisée via Zotero), 2/ dépôt institutionnel des textes (normalisé via Papyrus, la solution de l’UdeM) et 3/ publication via une interface publique (dans notre cas l’Encyclopédie TECHNÈS). La présentation est accessible ci-dessous.

Rendre visibles les témoignages des survivant-es de la Shoah : un essai de dispositif filmique

Dans le cadre de la table ronde Question de genre pendant et après la Shoah: récits de survie et d’immigration au Canada organisée le 5 novembre 2019 à l’Université de Montréal avec le soutien de la Fondation Azrieli, je vais présenter une communication intitulée “Rendre visibles les témoignages des survivant-es de la Shoah à Montréal : un essai de dispositif filmique”. Cette communication prendra la forme de capsules audiovisuelles qui ont été réalisées pour l’occasion.

Résumé :

Dans l’introduction d’un récent numéro de la revue Vingtième Siècle consacré à L’histoire de la Shoah face à ses sources (2018/3 n. 139), l’historienne Claire Zalc écrit « les récits ex post se construisent au cours d’interactions particulières et contextualisées, intégrant bien souvent la lumière de faits appris, lus ou redécouverts. Croiser les témoignages, sur un même fait, conduit à mettre en évidence leur plasticité » (p. 17). Il est possible d’ajouter que cette plasticité a, bien souvent, moins à voir avec le récit tenu par les acteurs de l’histoire qu’aux modes de médiation qu’ils choisissent ou qui leur sont proposés. Témoigner par écrit, dans le cadre d’une collecte de sources orales ou filmées, face à la caméra d’un-e journaliste ou d’un-e réalisateur conduisent, en effet, à inscrire leurs propos dans des régimes de visibilités bien différents. Cette communication repose sur le partage de capsules audiovisuelles issues d’entretiens filmés menés à l’automne en 2019 avec deux survivants de la Shoah d’origine hongroise vivant à Montréal, Judy Abrams et Leslie Vertes, qui ont déjà publié leurs mémoires et qui ont accepté d’être filmé à deux reprises, d’abord lors d’une captation proche de l’histoire orale, puis dans un dispositif filmique mettant en scène leur mémoire corporelle. En prenant notamment en compte leur genre, la communication revient sur ce que ces gestes créateurs différents (écriture, collecte, dispositif) changent à leur témoignage de sortie de guerre et d’immigration au Québec.

 

Réappropriation de leur image par les Premières nations au Québec (cours)

Dans le cadre du cours Cinéma politique (Université de Montréal), j’ai eu l’occasion de donner une séance à propos de la Réappropriation de leur image par les Premières nations au Québec. Cette séance a permis de réfléchir à des enjeux de représentation, mais également de poursuivre la réflexion engagée sur la notion de geste politique à travers l’étude du film d’Alanis Obomsawin, Kanehsatake 270 ans de résistance.

 

Filmer le corps politique (cours)

Dans le cadre du cours Cinéma politique (Université de Montréal), j’ai eu l’occasion d’aborder la question du corps politique à travers une analyse du processus de réalisation et de la forme du film La Commune. Paris (1871) de Peter Watkins. Cela a été l’occasion d’approfondir la réflexion engagée sur la notion de geste politique. 

Le point de vue de l’opérateur (cours)

Dans le cadre du Cinéma politique (Université de Montréal), la séance du 3 octobre a été consacrée à une étude du Point de vue de l’opérateur à travers quatre cas: Shirin d’Abbas Kiarostami, Journal de campagne d’Amos Gitai,  Camera eye (extrait de Loin du Vietnam) de Jean-Luc Godard et L’Homme sans nom de Wang Bing. La notion de geste a été placée au centre de cette séance qui s’est appuyée sur l’ouvrage de Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet (dir.), Qu’est-ce qu’un geste politique au cinéma ? (Presses universitaires de Rennes, 2019). 

AUTOUR DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D’HISTOIRE DE MONTRÉAL

C’est avec plaisir que je partage ici les premières lignes de l’article que je viens de publier dans la revue Hors Champ à propos du premier Festival du film d’histoire de Montréal

Le premier Festival international du film d’histoire de Montréal (FIFHM), qui s’est tenu à la Cinémathèque québécoise du 3 au 5 mai 2019, s’est ouvert par une séance ayant pour thème : La pellicule, témoin de l’histoire. Le programme est intrigant, car il laisse présager un intérêt pour le passé – dont le support en question a enregistré quelque chose – et une forme de tact vis-à-vis d’un support d’inscription – ici la pellicule. La surprise est donc grande quand les premières images qui s’inscrivent sur l’écran sont en couleurs et sonorisées alors même qu’elles représentent un lieutenant-général canadien filmé durant l’été 1918. Ce dernier demande alors qu’on lui approche « un peu la carte, qu’on profite de la lumière extérieure » (lire la suite).

Regard critique sur les présentations politiques du Québec (cours)

Dans le cadre du cours Cinéma politique (Université de Montréal), j’ai eu l’opportunité de présenter un Regard critique sur les présentations politiques du Québec. Cela a été l’occasion de réfléchir aux notions de politisation et du politique à travers l’étude de deux films: Hochelaga. Terre des âmes réalisé par François Girard et Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau réalisé par Simon Lavoie et Mathieu Denis. 

Cours 4-compressed