Tous les articles par Rémy Besson

Postdoctorant à TECHNÈS (Université de Montréal), Rémy Besson a soutenu un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann (C. Delage dir.). Il a été postdoctorant au Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, lettres et techniques (CRIalt, Montréal, 2012-14) où il a assuré la coordination scientifique du projet international Archiver à l’époque du numérique, puis au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II, 2014-15) où il a poursuivi ses travaux sur l’intermédialité. Il est actuellement chercheur associé au CRIalt. La liste de ses publications est accessible en ligne : http://remybesson.blogspot.ca/

Archives de la guerre (2) – 7 novembre 2023

Le 7 novembre de 16h à 18h se tiendra la séance : Représenter le génocide juif ? Réflexion à partir de Babi Yar. Contexte (2021) de Sergei Loznitsa. Je vais animer cette séance qui s’inscrit dans le cycle de films-débats intitulé Politiques du film d’archives : I – face à la violence de l’Histoire (2023) que j’organise avec Philippe Despoix pour le CRIalt. Elle se déroule à l’Université de Montréal, dans la salle de cinéma du Carrefour des arts et des sciences C-1017-02.

 

Ce cycle de projections vise à offrir un forum de recherche et de discussion sur les gestes posés par les documentaristes travaillant à partir d’archives et sur leurs effets politiques explicites ou non. Il mettra en particulier en relief l’intérêt d’une approche intermédiale qui relie la question du choix du matériau d’archive (photo, film muet, vidéo, numérique) au mode de son traitement impliquant des transferts de technique, ainsi qu’aux formes de mémoire sociale que la diffusion de ces productions contribuent à créer.

À l’automne 2023, une autre séance est prévue :

5 décembre : Génocide Rwandais : quelles archives ? Extraits de Une république devenue folle (1996) de Luc de Heusch ; de Nous ne sommes plus morts (2000) de François Woukoache ; et de Rwanda pour mémoire (2003) de Samba Ndiaye.

L’annotation vidéo pour la recherche. Usages et outils numériques – 12 octobre

Le jeudi 12 octobre à 16h, avec Marie Lavorel, je vais présenter une séance du webinaire du consortium Huma-num Canevas intitulée “L’annotation vidéo pour la recherche. Usages et outils numériques”. Cette séance prendra pour point de départ le livre blanc du consortium que nous avons écrit ensemble en 2023 (Mkf Éditions).

Participation libre (lien visio sur simple demande, n’hésitez pas à m’écrire en commentaire de ce billet ou par courriel: remybesson[a]gmail.com).

L’annotation vidéo pour la recherche. Usages et outils numériques

La création, la documentation et l’analyse de documents audiovisuels numériques se trouvent au centre de nombreux projets de recherche en sciences humaines et sociales. Si l’apparition de corpus constitués de contenus audiovisuels, ne constitue pas une nouveauté, l’avènement de l’ère numérique a grandement transformé leur encodage, leur traitement, leur partage et leur préservation tout comme l’organisation du travail des chercheur·ses. Cette abondance de documents numériques ou numérisés va de pair avec une modification du rapport entre utilisateurs et documents audiovisuels numériques (DAN).

Lors de cette séance, Marie Lavorel (Université Concordia) et Rémy Besson (Université de Montréal) présenteront le livre blanc du consortium CANEVAS (disponible sur HAL-SHS : https://hal.science/hal-04048886), qui propose une cartographie des usages et des outils d’annotation vidéo en mobilisant la notion de persona pour les relier. Avec une double préoccupation, soit de participer au développement de la recherche sur l’annotation des DAN (Documents Audiovisuels Numériques) et de s’engager dans une conception ouverte des sciences, cette boîte à outils vise à accompagner l’instrumentation de la recherche en sciences humaines et sociales.

Archives de la guerre – 10 octobre 2023

Le 10 octobre de 16h à 18h se tiendra la séance : Archives de la guerre. Réflexion à partir de Siège (2005) et de L’Histoire naturelle de la destruction (2022) de Sergei Loznitsa. Cette séance sera animée par Philippe Despoix et Rémy Besson pour le CRIalt. Elle se déroule à l’Université de Montréal, salle de cinéma du Carrefour des arts et des sciences C-1017-02.

Cette séance s’inscrit dans le cycle de films-débats intitulé Politiques du film d’archives : I – face à la violence de l’Histoire (2023) organisé par Rémy Besson et Philippe Despoix pour le CRIalt.

Ce cycle de projections vise à offrir un forum de recherche et de discussion sur les gestes posés par les documentaristes travaillant à partir d’archives et sur leurs effets politiques explicites ou non. Il mettra en particulier en relief l’intérêt d’une approche intermédiale qui relie la question du choix du matériau d’archive (photo, film muet, vidéo, numérique) au mode de son traitement impliquant des transferts de technique, ainsi qu’aux formes de mémoire sociale que la diffusion de ces productions contribuent à créer.

À l’automne 2023, deux autres séances sont prévues :

7 novembre : Représenter le génocide juif ? Réflexion à partir de Babi Yar. Contexte (2021) de Sergei Loznitsa.

5 décembre : Génocide Rwandais : quelles archives ? Extraits de Une république devenue folle (1996) de Luc de Heusch ; de Nous ne sommes plus morts (2000) de François Woukoache ; et de Rwanda pour mémoire (2003) de Samba Ndiaye.

À l’hiver 2024, ce cycle se poursuivra par d’autres projections et une journée d’étude.

 

La place des sources documentaires dans l’écriture de l’histoire à l’ère du numérique

C’est avec plaisir que je partage sur Cinémadoc l’annonce de la publication d’un numéro de la revue Les Cahiers de Framespa (e-Storia) consacrée au thème: Historien.nes et numérique : pratiques et expériences vécues. Dans le cadre de ce numéro codirigé par Sébastien Poublanc et Nicolas Marqué, j’ai rédigé un article intitulé “La place des sources documentaires dans l’écriture de l’histoire à l’ère du numérique”. Il porte sur le cas de l’Encyclopédie raisonnée des techniques du cinéma. Ce fut pour moi l’occasion de faire le point sur les travaux que j’ai menés au sein de TECHNÈS depuis les 7-8 dernières années en mettant l’accent sur les enjeux épistémologique.

Cette revue étant en accès libre, je vous invite à lire ce texte directement sur son site.

La place des sources documentaires dans l’écriture de l’histoire à l’ère du numérique

Cet article propose tout à la fois un retour sur la conception d’une encyclopédie numérique et une réflexion épistémologique portant sur l’écriture de l’histoire. Le retour d’expérience porte sur l’Encyclopédie raisonnée des techniques du cinéma bilingue (dont l’auteur de ces lignes est le directeur éditorial) conçue dans le cadre du partenariat international de recherche TECHNÈS (2015-2022). Cette expérimentation éditoriale a conduit à concevoir un nouveau mode de publication des connaissances en ligne. Un tel projet a nécessité d’identifier un certain nombre de non-dits présents dans les controverses autour de l’écriture de l’histoire afin d’identifier les deux points précis sur lesquels porte l’innovation éditoriale, soit la monstration des sources et leur intégration à l’écriture de l’histoire. Cette Encyclopédie est pensée comme un format alternatif qui vise à rendre visible les sources documentaires dans l’écriture même de l’histoire en leur donnant une fonction argumentative. (lire la suite)

Pour citer cet article:
Rémy Besson« La place des sources documentaires dans l’écriture de l’histoire à l’ère du numérique : le cas de l’Encyclopédie raisonnée des techniques du cinéma »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 42 | 2023, mis en ligne le 04 juillet 2023, consulté le 11 septembre 2023URL : http://journals.openedition.org/framespa/13901 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.13901 

House Trilogy (1978‒2005): Staging Co-existence and its Failures: an Intermedial Approach

C’est avec plaisir que je partage sur Cinémadoc, l’annonce de la publication d’un article sur le cinéma d’Amos Gitai que j’ai écrit avec Claudia Polledri pour la revue de littérature comparée de Stanford, Dibur. Cet article s’intègre à un numéro consacré au thème House/Home. Ce numéro fait suite au colloque ba’it: A Conference on House and Home Marking. 42 years since the beginning of Amos Gitai’s House trilogy (5 et 6 mai 2022). L’article est consultable en accès libre sur le site de Dibur. Je ne reproduis donc ci-dessous que les premières lignes du texte. 

House Trilogy (1978‒2005): Staging Co-existence and its Failures: an Intermedial Approach

Over a period of twenty-seven years (1978–2005), Amos Gitai directed a trilogy dealing with the cultural, political, and social consequences of the renovation and redesign of the same house located in Jerusalem. We consider intermediality an interesting way of looking at this corpus of nonfiction films. This way of thinking offers a framework to help us come to terms with the conditions of the possibility of living a shared experience. The purpose of this paper is to explore this trilogy as an intermedial milieu. We seek to understand: What sets this milieu in motion? What mediations are staged by Gitai in these three films? The study of the trilogy itself and of the “blockages” that we see taking shape in it led us to use another expression than “living together” that could render conceptually the limits and frictions staged in the films. The term “co-existence” seems to us to be more appropriate to account for the aspects evoked by Gitai in the Bait trilogy. (lire la suite sur le site de Dibur ou en PDF).

 

Le remploi, l’appropriation, la répétition: transferts entre la littérature, le théâtre et le cinéma – 1er septembre 2023

Le programme de la journée que je coorganise avec Luciene Guimaraes de Oliveira (Universidade Federal de São João del-Rei) à Belo Horizonte (Brésil) dans le cadre du XIIIe congrès International de l’IAWIS/AIERTI portant sur la Sédimentation: vers une archéologie du texte et de l’image est maintenant en ligne (28 août-1er septembre).  La journée en question va se dérouler le 1er septembre 2023 dans les locaux de l’Universidade Federal de Minas Gerais. Elle a pour thème:

Le remploi, l’appropriation, la répétition: transferts entre la littérature, le théâtre et le cinéma (l’appel à proposition avait circulé sur Cinémadoc en août 2022)

Les déplacements, les appropriations et les hybridations, enfin, les recyclages et les remplois, constituent des traits distinctifs d’une partie importante des productions culturelles, au moins dès le début du XXIème siècle. Dans la littérature comme dans le cinéma, on perçoit des pratiques et procédés qui visent à réélaborer, remployer, modifier, transcrire, arranger par la répétition. Plusieurs notions, dont l’adaptation, la remédiation, la convergence ou l’intermédialité, ont été développées afin de saisir ces opérations caractéristiques de la modernité tardive (lire la suite).

Nous avons le plaisir de réunir quatorze chercheur.ses qui viennent aussi bien d’universités brésiliennes, françaises que québécoises et qui présenteront en français et/ou en portugais. Cette journée se divise en trois panels:

PARTIE 1: 1er septembre 2023 à l’auditorio 2001 de 10h15 à 12h15

Le remploi, l’appropriation, la répétition: transferts entre la littérature, le théâtre et le cinéma / Reutilização, apropriação, repetição: transferências entre a literatura, o teatro e cinema (1)

Coordenadores: Luciene Guimaraes de Oliveira (Universidade Federal de São João del-Rei ) & Rémy Besson (CRIalt – Université de Montréal)

Murilo Bronzeri (Universidade Anhembi Morumbi): “Diálogos entre a montagem de atrações, cinema operário e a obra do Grupo Dziga Vertov”.
Mil Feux (Université du Québec à Montréal): “Pour une intermédialité pirate : les derniers dispositifs exp(l)osés de Jean-Luc Godard”.
Maria Taboza (Université Laval): “Repetição e escuta em imagens do cotidiano indígena”.
Annaëlle Winand (Université de Montréal): “Sédimentation, cinéma de réemploi et monstrueuse archivistique”.

PARTIE 2: 1er septembre 2023 à l’auditorio 2001 de 13h30 à 15h30

Le remploi, l’appropriation, la répétition: transferts entre la littérature, le théâtre et le cinéma / Reutilização, apropriação, repetição: transferências entre a literatura, o teatro e cinema (2)

Coordenadores: Luciene Guimaraes de Oliveira (Universidade Federal de São João del-Rei ) & Rémy Besson (CRIalt – Université de Montréal)

Laurie Dekhissi (Université de Poitiers, laboratoire FOReLLIS): “Transposer la bande dessinée en série animée : répétition ou adaptation? Le cas des Cahiers d’Esther de Riad Sattouf”.
Amélie Halary (Université Paris Cité): “Moby Dick à l’opéra : adaptation et répétition”.
Claudia Funchal (Université Laval) & Tiago Viudes (Pontifícia Universidade Católica – Rio Grande do Sul): “Transferências entre literatura, oralidade, teatro e culturas: o processo criativo do espetáculo teatral ‘Conversa de Bois e Vacas’”.

PARTIE 3: 1er septembre 2023 à l’auditorio 2001 de 15h45 à 17h45

Le remploi, l’appropriation, la répétition: transferts entre la littérature, le théâtre et le cinéma / Reutilização, apropriação, repetição: transferências entre a literatura, o teatro e cinema (3)

Coordenadores: Luciene Guimaraes de Oliveira (Universidade Federal de São João del-Rei ) & Rémy Besson (CRIalt – Université de Montréal)

Ana Luiza Ramazzina-Ghirardi (Universidade Federal de São Paulo) & Maristela G. S. Machado (Universidade Federal de Pelotas): “Reciclando As ligações perigosas: linguagem fílmica, transmidiação e repetição da narrativa literária”.
Elena Gallorini (Universidade Federal do Rio Grande do Sul): “Pour une réflexion sur les transferts entre la littérature et le cinéma dans l’adaptation filmique the Aspern Papers (2018) de Julien Landais”.
Fábio Raddi Uchôa (Universidade Anhembi Morumbi): “Films imaginaires – le cinéma lettriste des années 1970-80”.
Anna Stegh Camati & Paulo Roberto Pellissari (Uniandrade): “Tensões e negociações entre Shakespeare e Radford em O Mercador de Veneza”.

Le programme complet du colloque est accessible en ligne. Pour plus d’informations, vous pouvez vous reporter au site du colloque.

Filip Müller et les ruines d’Auschwitz-Birkenau 

Dans le cadre du colloque Image et ruine qui aura lieu du 23 au 25 août 2023 à São João del-Rei (Brésil) dans le cadre des activités conjointes des groupes de recherche Promel et Retiina, j’ai le plaisir de partager mes recherches à propos de Shoah. Vous trouverez ci-dessous le titre et le résumé de cette intervention qui se déroulera le 24 août 2023.

Filip Müller et les ruines d’Auschwitz-Birkenau : le cas Shoah (C. Lanzmann)

Sorti en salle en avril 1985, le film Shoah de Claude Lanzmann est entièrement composé de prises de vues réalisées par l’équipe du film entre le début des tournages (1975) et le début du montage (septembre 1979). Une telle affirmation a longtemps été admise comme allant de soi. Toutefois, le dépôt des 220 heures de rushes du film, puis leur restauration par les archives du musée-mémorial de l’Holocauste aux États-Unis (USHMM), ainsi que des entretiens avec Ziva Postec, la monteuse derrière le film Shoah viennent aujourd’hui complexifier ce rapport entre temps des tournages et temps du montage. En effet, certaines séquences précises ont été tournées par l’équipe du film à la demande de Ziva Postec pendant la période du montage. Il s’agit notamment de certaines vues de l’actuel musée-mémorial d’Auschwitz et de Birkenau aux abords des ruines des chambres à gaz. Ces vues ont notamment été montées en parallèle du témoignage de l’ancien Sonderkommando Filip Müller.

L’accès aux rushes qui sont maintenant numérisées et librement consultables en ligne rend possible un travail de l’ordre de la génétique cinématographique. Il est possible de savoir ce qui a été monté et ce qui a été exclu, aussi bien au niveau des paroles du témoin que des vues tournées à Auschwitz-Birkenau. Ce travail génétique est croisé avec une démarche en histoire orale menée avec la monteuse. Cela permet de mieux comprendre les gestes effectués lors du montage. Certains d’entre relèvent clairement de choix esthétiques alors que d’autres ont une fonction plus pragmatique, soit notamment, de permettre le montage du son et, ainsi, de donner son rythme au témoignage.

Basée sur une étude de cas précise, soit l’analyse d’une séquence du film en particulier qui sera présentée et mise en parallèle avec des séquences issues des rushes (qui pourront aussi être diffusée), cette communication vise à comprendre de manière historienne, l’esthétique de la ruine produite par Claude Lanzmann et son équipe lors des tournages et du montage de Shoah.

Présentation de l’Encyclopédie TECHNÈS – Afeccav 2023

J’ai le plaisir de vous annoncer que je vais présenter l’Encyclopédie TECHNÈS dans le cadre du colloque annuel de l’Association Francaise des Enseignants et Chercheurs en Cinéma et AudioVisuel (Afeccav) dont le thème est: Collectifs, bandes et collaborations dans le cinéma et l’audiovisuel.

Cette intervention se déroulera le 28 juin 2024 de 16h30 à 17h dans la salle des Arts du spectacle de l’ENSAV à Toulouse (56 rue du Taur). 

Ce sera l’occasion de revenir sur le travail mené durant les dernières années et de présenter les plus récents développements de l’Encyclopédie, ainsi que la manière dont cette dernière va s’articuler à une série de livres numériques publiés sur Érudit.

Méthode et enjeux de la valorisation des archivese par la pratique documentaire – IAMHIST 2023

Dans le cadre du colloque IAMHIST, qui se tiendra à Montréal les 20, 21 et 22 juin 2023, j’ai mis en place avec Martin Bonnard (McGill University) un panel ayant pour thème: Méthode et enjeux de la valorisation des archives par la pratique documentaire. Il se tiendra le 21 juin 2023 de 13h30 à 15h au Pavillon Sherbrooke de l’UQAM en salle 3340. Nous y parlerons, avec Martin, des enjeux historiographiques du webdocumentaire. Nous serons accompagné de de Viva Paci (UQAM) qui présentera sur le thème suivant: Comment redonner complexité à une archive asséchée ? Un spécimen naturalisé et son biotope et par Alexandre Klein (Université d’Ottawa) qui interviendra à propos de: Donner vie à l’histoire du travail infirmier en psychiatrie : les atouts des archives dans la création webdocumentaire. La modération du panel sera assurée par Sébastien Fevry (UCLouvain). 

Vous trouverez ci-dessous le résumé de la communication que nous allons donner avec Martin. 

Les enjeux historiographiques du webdocumentaire

Le retour d’expérience que nous proposons porte sur la mise en place d’un dossier thématique intitulé « webdocumentaire et enjeux historiographiques » que nous codirigeons dans la revue transdisciplinaire à comité de lecture Conserveries Mémorielles. Ce dernier est composé d’une dizaine d’articles écrits par des chercheurs et chercheuses québécois, suisses, allemand.es et français.es, intéressé.e.s par l’écriture de l’histoire et les enjeux mémoriels. À travers l’accompagnement de la publication de ces textes, nous observerons, l’apport du format webdocumentaire aux modes de médiation du passé préexistants (film documentaire, exposition, etc.). Nous faisons ressortir l’heuristique des échanges autour des méthodes et des usages des archives ainsi que des outils numériques au sein des équipes de production. Nous mettons ainsi en lumière des voies de diversification de la pratique de l’histoire et plus généralement d’une transformation d’une forme de regard (audiovisuel, informé et rigoureux) porté sur le passé.

 

Montreal School of Intermediality: Beyond Media Studies

C’est un plaisir de partager avec vous l’annonce de la publication de mon article sur l’école montréalaise de l’intermédialité dans le The Palgrave Handbook of Intermediality dirigé par Jørgen Bruhn, Asunción López-Varela, Miriam de Paiva Vieira. Il s’agit du résultat de plusieurs années de travail depuis la publication des Prolégomènes pour une histoire de l’intermédialité. Cette fois, l’étude se concentre sur les apports et les limites des travaux produits depuis Montréal.

Montreal School of Intermediality: Beyond Media Studies

This chapter presents the intermedial perspective developed by the Montreal School. In order to avoid yet another debate on the definition of the term intermediality, the adopted approach is rather to situate this work at the articulation of other intermedial approaches (mainly centered on co-presence, transfer, and the emergence of new media) and media archaeology, to insist on either the differences (Part 2) or the complementarities between these viewpoints (Part 4). It is also a question of showing the heuristic effects of the work of the main members of the aforementioned school (Bem, Despoix, Froger, Mariniello, Méchoulan, Villeneuve) from a corpus of texts mainly taken from a double issue of the journal Communication et langages, entitled Études intermédiales. À la rencontre de l’École de Montréal (2021). What emerges is the importance of the notions of milieu and mediality, but also of “living together.” It is a way of insisting on the fact that the singularity of this school rests on the purpose of the research carried out by its members, the latter aiming less at the study of media for media’s sake, than at a reflection of a political nature (Part 3). The concluding section insists on the perspective put on the above-mentioned notions by members of the school itself (Larrue, Vitali-Rosati). This avoids giving the impression that the school of thought in question corresponds to a unified perspective (Part 5).

Besson, R. (2023). Montreal School of Intermediality: Beyond Media Studies. In: Bruhn, J., López-Varela, A., de Paiva Vieira, M. (eds) The Palgrave Handbook of Intermediality. Palgrave Macmillan, Cham. https://doi.org/10.1007/978-3-030-91263-5_7-1

Pour citer cet article:

Si vous rencontrez des difficultés à accéder au texte, n’hésitez pas à me contacter (remy.besson[a]umontreal.ca).