Archives de catégorie : Billets

Faire un film d’un travail de recherche académique : entretien avec Moira Cristiá

C’est avec plaisir que je partage sur Cinémadoc, les premières lignes d’un entretien que j’ai mené pour la revue en libre accès du Collège de France Entre-Temps avec l’historienne Moira Cristia à propos de ses recherches sur l’Association Internationale de Défense des Artistes victimes de la répression dans le monde (AIDA). Plus précisément, il est question de l’adaptation de son dernier ouvrage sous la forme d’un film documentaire produit à l’occasion de la Nuit des Idées en 2021.

Faire un film d’un travail de recherche académique : entretien avec Moira Cristiá

Chercheuse en histoire de l’Argentine contemporaine, Moira Cristiá a accepté, à l’occasion de la Nuit des Idées 2021, de présenter ses recherches sur l' »Association Internationale de Défense des Artistes victimes de la répression dans le monde » (AIDA), sous la forme d’un récit audiovisuel. Le livre qu’elle avait consacré à la question était sur le point de paraître et s’est alors posée la question des modalités de la transposition, par le documentaire, de son travail académique. C’est le sujet de cet entretien, pour Entre-Temps, avec Rémy Besson.

Rémy Besson: Pouvez-vous nous présenter de manière succincte ce qu’est l’AIDA? Et l’axe principal de votre récent ouvrage qui porte sur ce sujet?

Moira Cristiá : L’Association Internationale de Défense des Artistes victimes de la répression dans le monde (AIDA) a été créée en 1979 dans le but de défendre des artistes censurés ou emprisonnés partout dans le monde (lire la suite).

Projection-débat Prix TECHNès 2021

Je partage avec vous l’annonce d’une projection-débat que je vais co-animer avec  Claudia Polledri (responsable du Prix TECHNÈS) et Philippe Bédard (membre du jury) le mardi 5 octobre à 18h30 à la Cinémathèque québécoise. C’est l’occasion de projeter les films qui ont reçu le Prix TECHNÈS des jeunes créateurs.  J’interviens lors de cette soirée tout à la fois à titre de coordinateur scientifique de TECHNÈS et de membre du jury. 

L’entrée est gratuite! Il faut simplement prendre un billet sur le site de la Cinémathèque.

Voici l’annonce officielle:

Dans le cadre de la deuxième édition du prix TECHNÈS des jeunes créateurs (2021), un jury international composé de chercheurs, étudiants et professionnels a décerné en mars dernier le prix TECHNÈS au film Jegan (2019) de Keerthigan Sivakumar, diplômé de l’École cantonale d’art de Lausanne (ÉCAL). Une mention spéciale du jury a également été attribuée au court métrage Shamanin (2019), de Nikita Merlini (ÉCAL), et au projet de film Under Water présenté par Oriane Morriet.

La projection des courts métrages Jegan et Shamanin sera suivie de la présentation d’Under Water en présence de l’équipe du film : Oriane Morriet (scénariste), Chélanie Beaudin-Quintin (réalisatrice) et Caroline Laurin-Beaucage (choréographe).

La soirée sera animée par Rémy Besson (coordinateur scientifique de TECHNÈS), Claudia Polledri (responsable du Prix TECHNÈS) et Philippe Bédard (membre du jury).

Prix TECHNÈS 

 Jegan
Suisse (2019), 15 min 35 de Keerthigan Sivakumar (Écal, Suisse).

 À travers le vécu de Jegan, ce film expose les conséquences brutales d’une maladie auto-immune en utilisant un langage cinématographique particulier : le genre fantastique.

Mentions spéciales du jury :

Shamanin, (2019), 9 min 05 de Nikita Merlini (Écal, Suisse)

Seul dans une grande serre vitrée, le petit  Shamanín vit dans l’illusion d’un été éternel, en symbiose avec les arbres qui l’entourent. Toutefois, lors d’un de ses rituels nocturnes, l’enfant est dérangé par une présence mystérieuse qui l’observe depuis l’extérieur de la serre. 

Under Water d’Oriane Morriet (UdeM)
Under Water (en cours de réalisation)

Film de danse aquatique en réalité virtuelle stéréoscopique avec son ambisonique.

Barbara, Rose, Medhi, Line et Jean-Michel n’ont rien en commun, ou presque : ils sont tous inscrits au cours de relaxation aquatique donné au centre communautaire de leur quartier. C’est l’occasion pour eux de se dévoiler en mouvements, hors de l’eau et sous l’eau, sous le regard du spectateur.

Rencontres avec des films historiques – Entre-temps

Pour la revue Entre-temps du Collège de France (dirigé par Patrick Boucheron), je me suis lancé dans un texte programmatique portant sur l’intérêt d’une approche historienne des images animées reposant sur la génétique cinématographique. Il est notamment question des récentes séries d’Arte Décolonisations (Marc Ball, Karim Miské et Pierre Singaravélou dir., 2020) et Le Temps des ouvriers (Stan Neumann dir., 2020), mais c’est surtout l’occasion de parler de méthodologie et de ce qui motivent un désir d’enquête. La revue étant en libre accès, je vous invite à découvrir l’article sur leur site.

Rencontres avec des films historiques

Au début de Rêves d’histoire, pour une histoire de l’ordinaire, Philippe Artières se demande, « Comment travaillent les historiens ? Qu’est-ce qui les amène à entreprendre d’enquêter sur un événement, une pratique, un lieu ? D’où vient ce besoin de consacrer parfois des années à répondre à une question relative à notre passé ? Je suis de ceux pour qui cette impulsion survient du présent, non qu’elle soit en rapport avec l’actualité, mais bien plutôt, comme disait Walter Benjamin, elle la « télescope » ; c’est toujours pour moi un choc qui est d’abord physique. Ainsi surgit-elle aussi bien à la lecture du journal, au fil d’une promenade dans la ville, devant une liasse d’archives, face à un souvenir, à la suite d’une discussion, ou encore au sortir d’un colloque » (lire la suite).

Ma caméra et moi – Exposition virtuelle

C’est avec plaisir que je partage avec vous l’URL de l’exposition virtuelle à destination des 12-17 ans, Ma caméra et moi:  https://macameraetmoi.ca/ 

Il s’agit d’un projet de la Cinémathèque québécoise (financé par Musées numériques Canada) mené en partenariat avec TECHNÈS et Médiafilm qui permet de découvrir « les caméras portables qui ont façonné l’histoire du cinéma et explorez ces caméras à travers des extraits de films, des fiches d’information enrichissantes, des voyages en balado et une expérience virtuelle de tournage ! » Le web design a été conçu par le studio montréalais DPT.

J’ai eu l’occasion de participer à ce projet depuis son commencement depuis fin 2017.  J’ai ainsi pris part à la conception de l’exposition, en plus de jouer un rôle d’expertise scientifique (ce dernier rôle a été partagé avec Fabrice Montal, Louis Pelletier et Nicolas Dulac). Avec Marina Gallet, nous avions eu l’occasion de présenter l’élaboration de ce projet en 2019, dans le cadre du colloque Matérialité, esthétique et histoire des technique (Université Laval).

De mon point de vue, cette exposition virtuelle constitue une occasion exceptionnelle de sensibiliser les jeunes au rôle de la technique dans l’histoire du cinéma. Plus précisément, il s’agit de se pencher sur le caractère plus ou moins portable des caméras et sur les usages qui en ont été faits aussi bien par des réalisateurs-trices professionnel.les que par les amateurs-rices. Par le truchement d’un jeu sérieux, Ma caméra et moi conduit les 12 à 17 ans tout à la fois à acquérir des connaissances sur les caméras utilisées au vingtième siècle et à réfléchir sur les images qu’ils conçoivent tous les jours avec leurs téléphones mobiles. Il s’agit donc d’un projet d’éducation aux médias qui me semble particulièrement intéressant. L’originalité du dispositif est de conduire les usagers à réfléchir à la portabilité des caméras en utilisant eux-mêmes un dispositif portable (tablette ou autre). Le défi (au centre de nos réflexions depuis le départ) est de proposer une réflexion sur la matérialité des caméras (principalement argentique ou vidéo) à partir d’un dispositif numérique (usage de numérisation 3D des caméras et création par DPT d’un environnement virtuel). 

Pour plus d’information, je vous invite à prendre connaissance de la description du projet sur le site de la Cinémathèque québécoise: https://www.cinematheque.qc.ca/fr/initiatives/ma-camera-et-moi/ 

Je tiens, pour finir, à féliciter Farah Mourgues qui a été responsable de la recherche et de la coordination du projet entre 2018 et fin 2020. Alors étudiante en maitrise en études cinématographiques à l’UdeM et auxiliaire de recherche à TECHNÈS, elle a su apporter sa touche personnelle à ce projet de partenariat. Élisabeth Meunier (chef de service de l’accès, de la valorisation et du développement des collections) a ensuite repris le flambeau avec brio.

Outils pédagogiques numériques d’éducation à l’image, aux médias et au cinéma – 28 septembre 2021

Mardi 28 septembre 2021 de 13h à 14h à la Cinémathèque québécoise, j’ai le plaisir de participer à une table ronde des journées d’étude Éducation à l’image, trajectoires québécoises organisées par Caroline Martin, Thomas Carrier-Lafleur et André Gaudreault (tous trois de l’UdeM). La table ronde en question porte sur les « outils pédagogiques numériques d’éducation à l’image, aux médias et au cinéma ». Mon intervention portera sur l’Encyclopédie des techniques et technologies du cinéma TECHNÈS comme mode de médiation auprès de publics non-universitaires. Les autres intervenant.es de cette table ronde sont: Marina Gallet (Cinémathèque québécoise), Mathieu Thuot-Dubé (BANQ), Lorraine Thilloy (Observatoire du documentaire) et Patrick Touchette (Service National du RÉCIT). Le modérateur est (mon bon ami) Marc-Antoine Lévesque (Cinémaniak/ Télémaniak). Vous pouvez trouver toutes les informations relatives à ces journées d’étude sur le site: https://edu-image-trajectoires-quebecoises.labocinemedias.ca/ 

Le cinéma direct, au-delà des lieux communs

C’est avec plaisir que je partage avec vous les premières lignes du compte rendu de l’ouvrage de Caroline Zéau, Le cinéma direct : un art de la mise en scène (L’Âge d’homme, 2020), que je viens de publier sur le site de la revue en ligne Nonfiction. Cette revue étant en libre accès, je vous laisse découvrir l’article sur leur site. 

Le cinéma direct, au-delà des lieux communs

Caroline Zéau ouvre son ouvrage sur le Cinéma direct par le constat que la catégorie de films désignée par cette expression a souvent été caricaturée. Leur écriture documentaire serait, en effet, « dominée par l’immersion et le mimétisme et caractérisée [par] l’absence d’inventivité formelle » (p. 11). Ces films se retrouvent régulièrement définis par la négative, « pas de scénario, pas de mise en scène, pas d’interférence, par de manipulation » (p. 19). La chercheuse ajoute, plus loin, « sans entretiens ni commentaire, pratiquement sans auteur » (p. 57).

L’expression qui donne son titre au livre correspond ainsi à une forme d’effacement du point de vue de l’équipe du film qui serait comme subordonné à la représentation d’une situation vécue. Cette acception renvoie aussi à l’idée d’une forme de transparence du dispositif technique qui permet la captation sur le vif d’une histoire du quotidien. Or, Zéau a choisi pour sous-titre : un art de la mise en scène, la chercheuse revendiquant tout à la fois une perspective auteuriste (ces films étant considérés comme relevant du domaine de l’art) et l’expression de « mise en scène » comme caractéristique principale. Elle se livre ainsi à une critique acérée des lieux communs associés au cinéma direct et à une révision très précise de l’ensemble des présupposés qui se sont imposés au cours du temps à son sujet. (lire la suite).

Du linéaire à l’interactif: du documentaire historique au webdocumentaire historien – IHAF 2021

Dans le cadre du 73e congrès de l’institution d’histoire de l’Amérique française (IHAF), j’ai le plaisir de présenter en visioconférence le 22 octobre 2021 à 15h, avec mon collègue Gilles Tassé (réalisateur et doctorant à l’UQàM), une communication portant sur le thème: Du linéaire à l’interactif: du documentaire au webdocumentaire. Cette communication s’intègre à panel dirigé par Joanne Burgess (Prof. à l’UQàM) ayant pour titre: Du transfert des connaissances à la recherche-création : le webdocumentaire « De la ferme à l’assiette : une histoire en trois temps, trois produits. » Ce webdocumentaire est un projet auquel je participe depuis quelques années dans le cadre du Labdoc et dont les premiers résultats tangibles seront présentés à cette occasion. Dans ce panel, deux autres collègues interviennent également: Rui Silvera (réalisateur et doctorant à l’UQàM) et Éric Giroux (directeur, Écomusée du fier monde). Le programme de ce congrès est consultable en ligne sur le site de l’IHAF. Vous trouverez ci-dessous la note d’intention de cette communication.  

Du linéaire à l’interactif: du documentaire au webdocumentaire:
Depuis une vingtaine d’années, le cinéma et la télévision se sont tout à la fois adaptés aux nouveaux modes de production et de distribution numérique et à l’arrivée de plateformes de diffusion en ligne. Ces dernières modifient la manière de consulter des contenus cinématographiques et télévisuels. Le documentaire historique doit absorber les impacts de ces changements rapides d’habitudes et de formes de spectature. Le format du webdocumentaire constitue une réponse à cet état de fait. À première vue, il reprend les mêmes éléments que les documentaires télévisés ou cinématographiques, que ce soient des témoignages filmés, des reconstitutions ou encore des photographies et des séquences d’archives parfois accompagnés d’une voix hors champ. Toutefois, à bien y regarder, le mode de médiation de l’histoire proposé est bien différent. Il est attendu de la personne qui consulte un webdocumentaire qu’elle interagisse avec les éléments qui lui sont présentés. Elle interrompt et relance la narration, crée les conditions de sa propre navigation, s’adonne pendant quelques instants à un jeu sérieux, plonge dans un corpus de documents d’archives. Cela constitue non seulement une nouvelle « écriture » cinématographique de l’histoire, mais aussi de nouveaux modes de « lecture » du passé que nous allons présenter à travers quelques cas.

 

Les Midis de l’intermédialité

C’est avoir plaisir que je partage avec vous le programme des midis de l’intermédialité de l’automne 2021. Il s’agit d’un nouveau rendez-vous virtuel que je coorganise avec Jenny Brasebin dans le cadre du CRIalt (Université de Montréal). Il est destiné aux jeunes chercheuses et chercheurs (de la maîtrise au postdoctorat) désireux de faire connaître leurs travaux en lien avec l’intermédialité auprès de leurs pairs. Chaque séance se compose d’une présentation d’une vingtaine de minutes, suivie d’une discussion encadrée par une modératrice ou un modérateur invité. Vous êtes toutes et tous invité.es à participer.

PROGRAMMATION – SESSION AUTOMNE 2021

  • Mardi 28 septembre 2021, de 12 h 00 à 13 h 00 (heure de Montréal)

« Penser le média irrémédiable : Étude du palimpseste comme processus de détournement médiatique en recherche et création »
Conférencière : Margot Mellet, Université de Montréal
Modérateur invité : Martin Bonnard, Université du Québec à Montréal
Lien Zoom vers la rencontre

  • Mardi 26 octobre 2021, de 12 h 00 à 13 h 00 (heure de Montréal)

« Le disparaître est un geste performatif. Photo, performance et roman contemporains »
Conférencière : Valérie Savard, Université de Montréal/Université Rennes 2
Modératrice invitée : Claudia Polledri, Université de Montréal
Lien Zoom vers la rencontre

  • Mardi 23 novembre 2021, de 12 h 00 à 13 h 00 (heure de Montréal)

« Torso et le pouvoir immersif des photos et autres documents altérés en bande dessinée »
Conférencière : Lauranne Poharec, Memorial University of Newfoundland
Modérateur invité : Erwan Geffroy, Université de Montréal/Université Rennes 2
Lien Zoom vers la rencontre

Retour sur le dossier Amos Gitai

C’est avec plaisir que je partage sur Cinémadoc, le « Retour sur le dossier Amos Gitai » que nous avons rédigé avec Claudia Polledri à l’occasion d’un dossier de dix-huit textes réunis pour les 25 ans de la revue Hors Champ. Ce fut l’occasion de réfléchir à ce geste éditorial que nous avons posé à la suite du cycle de conférences Regards singuliers sur une pratique plurielle. La revue étant en libre accès, je partage simplement ici les premières lignes du texte.

Le dossier élaboré en 2016 autour du cinéaste Amos Gitai demeure, à nos yeux, le projet éditorial le plus stimulant que nous avons mené en collaboration avec la revue Hors champ. Cette publication, issu d’un cycle de projections et de conférences intitulé « Regards singuliers sur une pratique plurielle », a vu la participation de spécialistes de plusieurs disciplines réunis autour de la pratique du cinéaste israélien. Il s’agissait alors d’« explorer certaines facettes de cette œuvre protéiforme, tout en valorisant la complémentarité et les apports singuliers de chacun de ces regards » (lire la suite).

Le génocide des Juifs au cinéma

Je partage ici avec plaisir les premières lignes d’un article publié dans l’Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe qui porte sur le « Le génocide des Juifs au cinéma« . Le texte se compose de trois parties thématiques: 1/ Des films comme marqueurs d’une histoire culturelle de la mémoire du génocide; 2/ La querelle des images, entre interdit et choix de médiation; 3/ Le rôle des dispositifs dans la fabrique des films.

Cette publication est en accès libre. Je vous encourage donc à la consulter sur le site de l’Encyclopédie. Ce texte est pensé pour être un support à l’enseignement de la spécialité histoire en terminale au lycée. 

Le génocide des Juifs au cinéma

Aborder la question de la représentation du génocide des Juifs au cinéma revient souvent à se demander quels films ont marqué l’histoire de la mémoire. Cela conduit à revenir sur quelques productions clés (Holocauste de Marvin Chomsky, 1978 ; Shoah de Claude Lanzmann, 1985 ; et La liste de Schindler de Steven Spielberg, 1993). Une autre manière d’aborder le sujet revient à s’interroger sur la manière dont le génocide met en crise la représentation cinématographique. Cela passe par le fait de se poser la question des interdits et/ou des limites de la représentation. Ce type de réflexion est à articuler avec une conscience aigüe du fait que des images du génocide existent, et ce malgré la volonté des nazis de supprimer toutes traces. Enfin, il est important d’insister sur le fait qu’il est aussi pertinent de s’interroger sur la fabrique du film lui-même. (lire la suite)

Pour citer cet article: Rémy Besson , « Génocide des Juifs au cinéma (Le) », Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe [en ligne], ISSN 2677-6588, mis en ligne le 23/06/21, consulté le 23/06/2021. Permalien : https://ehne.fr/fr/node/21600