Archives de catégorie : Billets

Bait trilogy (1978-2005): staging co-existence and its failures: an intermedial approach – Présentation

Vous trouverez ci-dessous le diaporama de la présentation “Bait trilogy (1978-2005): staging co-existence and its failures: an intermedial approach” que nous avons eu le plaisir de donner avec Claudia Polledri dans le cadre du colloque ba’it: A Conference on House and Home Marking. 42 years since the beginning of Amos Gitai’s House trilogy qui s’est tenu à Stanford les 5 et 6 mai 2022.

Voir la suite: présentation_Stanford 

Bait trilogy (1978-2005): staging co-existence and its failures: an intermedial approach – 6 mai 2022

C’est un plaisir pour moi de partager quelques informations concernant le colloque ba’it: A Conference on House and Home Marking. 42 years since the beginning of Amos Gitai’s House trilogy qui se tiendra à Stanford les 5 et 6 mai 2022 en présence du réalisateur Amos Gitai, de sa scénariste Marie-José Sanselme et de Jérôme Clément.

Le 6 mai à 13h10, avec Claudia Polledri (UdeM), nous allons présenter une communication intitulée “Bait trilogy (1978-2005): staging co-existence and its failures: an intermedial approach”. Ce sera une occasion pour nous de développer des pistes de réflexions ouvertes il y a plusieurs années (cycle Gitai à l’UdeM et dossier Hors Champ) et de débuter une réflexion sur les archives de Gitai conservées à Stanford.

Cette intervention prend place dans un panel modéré par Marie-Pierre Ulloa (Stanford) qui porte sur la trilogie en question. Dans le même panel, Richard Peña (Prof. à Columbia) interviendra sur le sujet suivant: “Traveling /House: Camera Movement in Gitai’s House Trilogy”. Les autres intervenant.es de ces journées sont: Charlotte Elisheva Fonrobert (Stanford), Vered Shemtov (Stanford), Dario Miccoli (Université de Venise), Barbara Mann (Jewish Theological Seminary), Adia Mendelsohn-Maoz (Open Universitu of Israel).

Memory is our Homeland – dialogue avec Jonathan Durand

Dans le cadre du colloque, annuel de la revue Post-Scriptum : « Penser la littérature pour mieux écrire l’histoire : voies communes, tensions et rencontres dans les écritures historiennes et littéraires » organisé par François-Xavier Garneau, j’ai le plaisir d’entrer en dialogue avec le réalisateur de films documentaires Jonathan Durand. Cet échange aura lieu le 21 avril de 15h30 à 16h45 (heure de Montréal).   Ce sera l’occasion de parler de son film Memory is our Homeland (2018). Je vous invite à découvrir la bande annonce dès maintenant. 

Le colloque se déroule à l’Université de Montréal (local C-8056, Pavillon Lionel-Groulx). Il peut également être suivi en ligne via ce lien Zoom. Je vous laisse découvrir l’ensemble du programme du colloque.

Comment témoigner de la torture ? – Nonfiction

C’est un plaisir de partager sur Cinémadoc les premières lignes d’un compte rendu du livre de Frédérik Détue, Témoigner au cinéma: une action dans l’histoire (Presses universitaires de Paris Nanterre, 2022), que je viens de faire paraitre dans la revue en ligne en libre accès Nonfiction sous le titre “Comment témoigner de la torture?

Témoigner au cinéma. Une action dans l’histoire est un essai ayant pour objet le documentaire Palmyre (2016) de Monika Borgman et Lokman Slim (le livre est dédié à ce dernier, « victime d’un lâche assassinat politique dans la nuit du 3 au 4 février 2021, au Liban-Sud »). Ce film porte sur les actes de torture qu’ont subi des centaines de Libanais enfermés dans les prisons du régime syrien d’Hafez el-Assad durant les années 1980-90 « en raison de leur affiliation politique à des groupes opposés à la Syrie ou à la suite de conflits entre les forces syriennes et une ou plusieurs des milices » (Amnesty International cité p. 42). Frédérik Détue précise que « la prison de Palmyre est devenue à cette époque [soit au début des années 1980] aux yeux des Syrien.nes le symbole de la criminalité du régime d’Assad » (p. 27). Ce sujet fait volontairement écho à l’actualité des persécutions en question, alors que le régime de Bachar el-Assad réprime le soulèvement de son peuple (le film a été réalisé entre 2012 et 2016) (lire la suite).

Un film, une histoire: Sous le silence et la terre (2021) de Gisela Restrepo – 28 mars 2022

J’ai le plaisir de vous annoncer la projection de Sous le silence et la terre (2021) de Gisela Restrepo le lundi 28 mars à 18h à la Filmothèque du Quartier Latin (Paris) dans le cadre du cycle de projections et de débats autour des médiations cinématographiques de l’histoire organisé par l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP/CNRS) “Un film, une histoire”. Alors que le cinéma a longtemps été perçu comme un simple miroir de l’actualité ou du passé, il est aujourd’hui considéré comme l’une des médiations privilégiées de l’histoire dont il propose des récits qui contribuent à une meilleure compréhension de faits constitués ou non en événements.

Composé d’archives familiales et de rencontres avec les acteurs de l’histoire, Sous le silence et la terre (2021) de Gisela Restrepo raconte à la première personne l’enquête de la réalisatrice qui cherche à trouver le lieu dans lequel sa tante, membre du Movimiento 19 de Abril (M-19), a été enterrée. De la France, pays d’exil de ses parents, jusqu’en Colombie, elle va reconstituer le puzzle d’une histoire familiale marquée par le conflit armé, qui entre en résonance avec la mémoire collective du pays tout entier. Cette projection sera suivie d’une discussion entre la réalisatrice et les historiens travaillant sur le cinéma, l’histoire et la mémoire, Christian Delage (IHTP/CNRS) et Rémy Besson (Université de Montréal).

Vous pouvez découvrir la bande annonce du film sur Vimeo: https://vimeo.com/677842388 

Vous pouvez réserver vos billets sur le site web de la Filmothèque: https://www.lafilmotheque.fr/evenements/sous-le-ciel-et-la-terre-de-gisela-restrepo-trivino/ 

L’image mise de l’avant est issue du dossier de presse du film (elle est reproduite avec l’aimable autorisation de la réalisatrice).

 

Webdocumentaire et enjeux historiographiques – AAC Conserveries mémorielles

C’est un plaisir de partager sur Cinémadoc, l’appel à contribution Webdocumentaire et enjeux historiographiques que nous lançons, avec Martin Bonnard, pour un numéro thématique de la revue Conserveries mémorielles. Les propositions d’articles (une page maximum) ainsi qu’une courte biographie sont attendues pour le 1er avril 2022. Elles sont à envoyer à remy.besson@umontreal.ca et martin.bonnard2@mail.mcgill.ca Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Si la proposition est sélectionnée, l’article, qui ne devra pas dépasser 35 000 signes, devra être rédigé avant le 31 août 2022. Une version en anglais de cet appel existe également (le texte a été traduit par Naomi Morgan): Webdocumentary and historiographical issues

Webdocumentaire et enjeux historiographiques

À première vue on pourrait classer le webdocumentaire au rayon des formes médiatiques ayant bénéficié d’un engouement aussi intense qu’éphémère autour des années 2010. Son utilisation continue pourtant à se développer au tournant des années 2020, mais en dehors de son ancrage initial, un intérêt particulier pour cette forme audiovisuelle hétérogène et délinéarisée gagnant, en effet, du terrain au sein de la recherche en sciences humaines et sociales. Cela nous conduit à soulever des questionnements d’ordre méthodologiques et à identifier des enjeux qui ont à voir tant avec l’écriture de l’histoire qu’avec l’histoire publique. 

Le webdocumentaire permet d’agréger des témoignages (parfois fournis par les internautes eux-mêmes), des images d’archives, des données historiques dans certains cas massives, etc. Il se distingue des écrits et autres formes de films historiques par sa structure délinéarisée et lacunaire. Il revient à ses utilisateurs-rices de dessiner leur propre cheminement à l’intérieur des contenus proposés et, en retour, aux concepteurs-rices de prévoir la possibilité d’un visionnement sélectif et donc partiel. L’accès aux contenus mis à disposition et l’entrée dans les parcours possibles repose, bien souvent, sur la consultation d’une page d’accueil reposant sur une visualisation : chronologie proposée avec embranchements, séquence animée ludique, carte incluant des contenus audiovisuels ou encore carte conceptuelle faisant ressortir des notions. Cette visualisation assume parfois pleinement la non-linéarité du format (et donc du propos historique) ou, au contraire, conduit à un retour vers une forme plus classique de présentation des contenus (enchaînement de courtes séquences audiovisuelles, par exemple). L’agencement des différents éléments convoqués (textes, sons, images fixes ou animées) constitue également un enjeu, l’interface conçue étant plus ou moins réflexive. Ainsi, elle révèle parfois la base de données dans laquelle ces éléments sont indexés alors que dans d’autres cas un véritable travail d’invisibilisation de ces sources a lieu.

Manipuler et donner sens à ces sources hétérogènes constitue une tâche nouvelle pour de nombreux historiens et historiennes, tout en renvoyant à des interrogations récurrentes à propos de la sélection, de la retouche et de la prise en considération d’aspects esthétiques et éthiques dans l’usage des sources documentaires. Ces choix n’ont pas seulement à voir avec les logiciels utilisés et les compétences techniques des équipes de création, mais aussi avec les orientations historiographiques adoptées de manière consciente ou non. Il est, en effet, possible de créer des webdocumentaires en les inscrivant dans des modèles aussi variés que ceux de l’histoire quantitative, de l’histoire orale, de la microhistoire, de l’histoire locale, de l’histoire des représentations et des sensibilités, etc. Cela n’est pas sans conséquence sur leur format et la place qu’ils accordent à leurs sources.

Il faut lire ces interrogations dans le contexte de la production d’un objet web tourné vers la diffusion, conçu pour rejoindre des publics qui se trouvent en dehors des murs de l’université. Deux conséquences nous intéressent particulièrement ici : le rôle accordé aux usagers dans la constitution du projet, en particulier dans les webdocs dit « participatifs », ainsi que la nécessité de travailler à l’accessibilité du contenu entre écriture de l’histoire et vecteur de mémoire. Dans le second cas, le webdoc peut se mettre au service d’un groupe marginalisé afin de devenir vecteur de visibilité de la mémoire portée par ce dernier (on pense ici à des perspectives décoloniales, féministes, etc.). Lorsque le webdoc travaille ainsi à mettre en perspective les présupposés du présent, il évolue sur une fine ligne, à cheval entre simplification du propos et durcissement de celui-ci (pour les raisons évoquées précédemment, pour le rendre plus attractif ou plus efficace), d’un côté, et volonté de complexification, de l’autre. Il s’agit alors de se demander qui sont les acteurs de ces processus de simplification ou du maintien d’une forme de complexité. Il est alors pertinent de réfléchir, sans présupposé hâtif, en termes de composition des différents pôles réunis autour de la conception des webdocumentaires de recherche (groupe de recherche, équipe de webdesign, représentant des institutions, personnes et groupes associés, etc.) et de comprendre le rôle des chercheurs-ses dans la constitution, autour d’un thème historique, d’un espace et d’un temps de création.

Travaillé ainsi à créer les conditions propices à la création du webdoc implique également d’adapter les processus de production, afin d’intégrer le rapport au temps long, que celui-ci concerne les événements eux-mêmes – et la transformation de leur lecture au cours du temps, la temporalité de la recherche en histoire ou encore la circulation du webdoc et sa réception qui doivent, elles aussi, être pensée dans la durée. Pour que le webdocumentaire et ses outils puissent accompagner le travail de longue haleine de la recherche, cette dernière doit pouvoir s’adapter aux temporalités courtes et toujours changeantes des environnements numériques.

Le numéro proposé sera enfin l’occasion d’observer, en quelque sorte dans un effet de retour, les changements et les apprentissages induits par ces projets sur les modes de médiation du passé. Les échanges de méthodes, de concepts et d’outils au sein des équipes de production apparaissent comme des voies de diversification de la pratique de l’histoire et plus généralement d’une transformation d’une forme de regard (audiovisuel, informé et rigoureux) porté sur le passé.

Parmi les sujets couverts par cet appel à texte :

  • des retours d’expérience sur des projets menés en recherche-création et/ou en histoire publique
  • des réflexions historiographiques ou épistémologiques issues d’une pratique de conception de documentaires interactifs
  • des retours d’expérience sur des méthodes développées pour assurer le partage de l’autorité entre les différents acteurs des équipes de création et la réalisation de tels projets historiques en “autorité partagée”.
  • des mises en perspectives des outils et des formes de travail propres à ses objets web à l’aide de projets documentaires existants (menés à l’intérieur ou à l’extérieur du cadre universitaire)
  • des explorations d’utilisations particulièrement pertinentes des sources dans des webdocumentaires (critical fabulation, anarchive, histoire orale, archéologie des médias)
  • des études revenant sur les choix de mise en circulation des webdocumentaires historiques et sur les différentes méthodes de conceptualisation et de mise en oeuvre de la diffusion des projets, et ce à différentes étapes de leur réalisation.

Bibliographie indicative

Aston, J., Gaudenzi, S., & Rose, M. (dir.). (2017). I-Docs : The Evolving Practices of Interactive Documentary. Wallflower Press.

Besson, R. (2015). Archives visuelles et documentaire interactif: Vers un nouveau mode de médiation du passé?. Synoptique, 4(2), 86-104.

Chatelet, C. (2016). Webdocumentaire, documentaire interactif, idoc, jeu documentaire… Les enjeux des «nouvelles» formes audiovisuelles documentaires. Entrelacs. Cinéma et audiovisuel, (12).

Frisch, M. (1990). A Shared Authority: Essays on the Craft and Meaning of Oral and Public History. State University of New York Press.

Gantier, S., & Bolka-Tabary, L. (2011). L’expérience immersive du web documentaire : Études de cas et pistes de réflexion. Les Cahiers du journalisme, 22/23, 118-133.

Gebeil, S. (2021). Ecrire l’histoire à l’ère des narrativités numériques – Fos 200 : Un webdocumentaire sur deux siècles d’histoire industrielle, sociale et environnementale de Fos-sur-Mer / Étang de Berre. Revue française des méthodes visuelles, 5.

Hayles, N. K. (2012). How we think: Digital media and contemporary technogenesis. University of Chicago Press.

Klein, A. (2020). Le webdocumentaire : Un outil numérique innovant au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation. Humanités numériques, 2.

Kinder, M. (2003). Honoring the past and creating the future in cyberspace: New technologies and cultural specificity. The Contemporary Pacific, 93-115.

Miller, L., & Allor, M. (2016). Choreographies of collaboration : Social engagement in interactive documentaries. Studies in Documentary Film, 10(1), 53‑70.

Nash, K. (2021). Interactive Documentary: Theory and Debate. Routledge.

Soulez, G. (2017). Le moment du choix : Délibération, écriture de l’histoire et webdocumentaire historique. Revue française des sciences de l’information et de la communication, 10.

Paci, V., & Bonnard, M. (2015). Le webdocumentaire à la croisée d’un réseau…. Cahiers du CIRCAV, 24, 153‑172.

Puget, C. (2019). Webdocumentaire, jeu vidéo et Histoire. Destins liés ? Essais, 15, 43‑61.

Zéau, C. (2015). Du documentaire d’auteur au webdocumentaire : Discours et formes. Images documentaires, 84, 85‑98.

 

The digital as memory environment

C’est un plaisir de partager sur Cinémadoc, la traduction en anglais de l’introduction du dossier de la revue Mémoires en jeu de l’automne 2021 (numéro 14) intitulé: The digital as memory environment. J’ai eu le plaisir de codiriger ce dossier avec Sébastien Ledoux. J’ai déjà partagé la version originale en français de cette introduction sur ce carnet de recherche. Je tiens à remercier Naòmi Morgan pour sa traduction du français vers l’anglais.  Vous pouvez commander ce numéro sur le site de la revue. Vous pouvez aussi consulter en accès libre sur Cinémadoc: la version PDF du sommaire et de l’introduction.

The digital as memory environment

In memory of Bernard Stiegler

This dossier of Memories at stake offers an overview of the relationship between memory and the digital. While the definition of the latter term is relatively simple – “Digital can be defined as any data represented by a series of digits”1 – its meaning in the context of this issue needs to be clarified. Indeed, the word ‘digital’ is sometimes used to identify a new mass medium. Within this paradigm, ‘digital’ – which today, in this sense, is in fact almost a synonym for the Web – falls within the scope of the relation between the press and posters, broadcasting, cinema and television. In the same way as newspapers and magazines, broadcasts and films, digital content is made accessible via a computer, a tablet, a phone or a smart watch, augmented or virtual reality glasses. It may be a question of studying a web documentary, a video channel shared on Youtube by an amateur, a researcher’s notebook, the website of a memory institution, a blog maintained by a member of an activist association, etc. Such an understanding is reassuring, because it does not require much adaptation for those who are already interested in the relationship between memory and media. ‘Digital’ thus corresponds to one field of exploration among others, that of Memory Studies.

Within the context of this introduction, we wish to approach the digital in a rather different way. From our point of view, what needs to be taken into account is a societal change, both technological and cultural (Rieffel). In other words, the digital is not just a new way of representing the past. Its advent affects most of our daily activities and practices. It transforms our imagination and the way we remember the past. It also changes the way we consult archives, index them, access the work of our colleagues, create a bibliography, write a scientific article, teach face-to-face and on-line, etc. In this respect, the current pandemic is only accelerating and making more visible a fundamental movement that has already been underway for several decades. Beyond the world of teaching and research, digital technology is transforming the way we communicate, shop, entertain ourselves, travel, etc. This observation leads to the designation of our era as a digital age. To make such an observation leads us to distance ourselves from any form of discourse that would a priori lean towards a form of technophilia or, conversely, a form of technophobia. Rather, it is a matter of adopting a reflective approach which, while noting the place that digital technology is taking in our lives, is capable of distancing itself from the tools, discourses, cultural, social and economic uses of digital technology to which we are exposed on a daily basis. Marcello Vitali-Rosati believes in this perspective that “the digital is the space in which we live. It is no longer a question of tools at the service of old practices, but of an environment in which we are immersed, which determines and shapes our world and our culture.” (Vitali-Rosati, p. 69). Sébastien Févry states that the digital is “a media environment within which the memorial subject operates. The latter is not only confronted with new memory applications, but is also situated within an interconnected universe that guides and conditions a large part of its recollection processes” (Févry). The question at the origin of this dossier is to know and to understand how this new social environment affects our individual and collective ways of remembering the past. The co-editor-in-chief of the journal Memory Studies, Andrew Hoskins, speaks of a connective turn that has consequences for our personal and social memory. He considers that in order to study this turn, “[it] is critical to recognize that a new ontology for memory studies is needed that is cognizant of media, and not as some partial or occasional or temporary shaper of memory, but as fundamentally altering what it is and what is possible to remember and to forget.” (Hoskins, p. 7). It is about taking into account the fact that our memory is ever more equipped by the fact that we delegate an increasing part of our capacity to remember to digital devices (internal and external hard drive, USB stick, server, etc.), and that our memory activities themselves are increasingly carried out through digital technical devices (mobile phone, tablet, computer). Hoskins thus calls for the creation of specific Digital Memory Studies. Objects such as the data we create – intentionally or unintentionally – are integrated into this field of study on a daily basis, as they form an important part of our social activities. Text messages and emails sent, minutes spent in video conferences, photographs and videos captured, multimedia content shared on social networks become a constitutive element of our relationship to our individual and social memory. The emphasis is thus placed on a transformation of our media ‘ecology’, also analysed by the philosopher Bernard Stiegler in a broader perspective on the history of techniques and their temporal effects (Stiegler). In order to study this new memorial environment, we propose, in the wake of Hoskins position, to develop a critical approach to the mediatisation of our relationship with our memory (Van Dijck), to the acceleration of our perception of time, to its withdrawal into a present time whose limits are being redefined, as well as to the omnipresence of traces of the past in all of our usual digital devices. It is also essential to question the appropriation and reconfiguration of these memorial traces by a few private companies that monetise them and a few states that control their circulation. Finally, it is important to emphasise that this control and monetisation are not limited to the data produced by users. Thus, most software, plug-ins, content management systems and video hosting sites of the so-called social media are run by private groups. This means that the digital environment in which we live is, to a very large extent, closed. Proprietary codes and algorithms are not communicated to users and users cannot change them.

Such facts reinforce the need for a critical approach to thinking about the relationship between memory and the digital. Research in media studies provides many avenues for reflection in this direction. First of all, the history of the media allows us to put into perspective and thus to nuance the impression that this type of transformation is unprecedented. In other words, the link between memory and mediation is in no way unique to the digital age. The advent of writing, of the printed word, of the technical reproducibility of cultural and artistic productions have all constituted comparable upheavals (comparable in the sense that they are of course different) for our individual and social memory. For each of these transformations of our media ecology, social actors have held technophobic and technophilic discourses in the public space, so much so that these discourses have become objects of study in their own right for those interested in the history of media and memory. Secondly, media archaeology invites us to distance ourselves from the thesis that technological progress is leading us towards an ever more direct, immediate and transparent mode of access to the past (Parikka). The availability and individual appropriation of memory objects, thus favoured by digital tools, particularly in their immersive device (virtual and augmented reality), leads to the illusion of an erasure of the past, the past understood here as that which for us, and irrevocably so, is an absent thing. In this respect, digital technology induces a powerful effect of synchrony. In fact, each technological innovation – digital technology is no exception to this – and its memorial uses redefine complex relationships to the past, which always involves a mediation that inevitably institutes a form of opacity (Bolter & Grusin). Moreover, if the ways and traces of remembering are reconfigured in the digital age, the traditional distinctions between present/past, private/public, individual/social memory, remain operative. Rather than thinking in terms of digital revolution, radical rupture, permanent disruption, it is also important to consider the advent of the digital age in the field of memory in terms of transformation, reconfiguration and continuity. It is also necessary to be able to envisage spaces on the fringe that are not fundamentally (or only slightly) transformed by the digital2. It is also possible to think of forms of coexistence between spaces of public debates on social networks and other types of knowledge sharing such as the publication of a monograph, which are still relatively indifferent to acceleration, ubiquity or the injunction to a form of interactivity. Another recurring question in memory studies is that the advent of digital technology does not create a shared memory any more than the intensification of memory policies, but it does modify the processes of memory sharing through access to and personal use of archives or digitised testimonies (Merzeau; Beaudouin, Chevallier & Maurel). Furthermore, the democratisation of memory induced by the digital era through self-publishing and sharing practices and the formation of memorial communities on the web does not constitute a rupture, but rather an acceleration of phenomena observed since the 1970s through the valorisation of a history of one’s own (Bensa & Fabre), the patrimonialisation carried out by history enthusiasts and the public recounting of minority memories; a phenomenon that was then supported and accompanied by the development of oral history. However, the dossier pays attention to the recent transformations brought about by the digital on individual and social memory, as well as to the new ways of doing research by authors who find themselves confronted with objects in constant mutation. Silvestra Mariniello explains that intermediality “marks the passage from a theory of society that contains the media – a conception generally established today [in 2011] – to a theory in which society, socialities and media are constantly co-constructing and destroying each other” (Mariniello, p. 13). This last change of perspective seems essential to us. The digital does not only correspond to a set of new tools that we use, but above all to a changing environment in which we evolve daily. It is not a fashion, gadgets, playful and informational interfaces, which we can choose to embrace or to distance ourselves from. Rather, it is a term to designate the way in which most of our tools, our archives, our objects of study, our research practices as well as the modes of mediation of memory are being transformed by technologies that are themselves evolving rapidly (Bonnot & Lamassé).

The eight articles that make up this dossier address these different aspects: tools, archives, modes of mediation and digital objects. They do so by giving a particular place to their own digital practices. This point, common to most of the research in this dossier, deserves to be emphasized. Indeed, the effort that researchers make to change their way of interpreting their object of study (individual and social memories), by taking into account technological and socio-cultural issues, regularly leads them to adopting a reflexive approach. As they are part of a field of study that is still relatively recent, they feel the need to give an account of their inclusion in a new episteme, the utopian nature of which they sometimes glimpse, the limits of which they sometimes test and, finally, the unthought-of and unspoken aspects of which they regularly criticise. These articles also regularly discuss the choice of tools used to carry out their research. In some cases, it is a question of sharing the way in which the acquisition of computer skills has changed their practice as researchers, in other cases, of explaining how they have worked in collaboration with computer technology professionals, or of the fact that they preferred to keep a safe distance from any form of consideration of technical tools whose mastery seemed too complex to them. Moreover, this research often claims to be part of the field of free software and the highest degree of open circulation of data possible produced by the human and social sciences. This last aspect can be interpreted as constituting a form of almost militant response to the mostly closed and ‘proprietary’ character of digital software.

Let us now begin the presentation of the articles by insisting on four complementary aspects: tools, archives, modes of mediation and digital objects. Frédéric Clavert shows how Twitter’s streaming application programming interfaces (APIs) can collect up to 1% of the tweets sent each day. The digital tools then lead to the constitution of massive bodies of data that induce another relationship to sources that might seem confusing to the uninformed reader in that this relationship is at first sight very technical. The author exploits them by using software to analyse the main themes of the official commemorations of the Centenary of the Great War in 2018 on Twitter. Using new tools created by the French National Audiovisual Institute (INA), which has been archiving the web since 2009, to collect data from Twitter accounts, Rémi Korman, François Robinet, Jérôme Thièvre and Géraldine Poels study how tweets make it possible to “question the role of socio-numerical networks in the production of memories of the Tutsi genocide”. Focusing on the year 2019 (commemoration of the 25th anniversary of the genocide), the authors identify the main actors and debates of this production. Marie Lavorel also looks at the role of digital tools in the memorialisation of the Tutsi genocide, but this time adopting a more qualitative approach. She demonstrates the interest, for researchers, in creating a database from twenty-eight audiovisual interviews with survivors and tools for annotating the oral and visual content of the testimonies in question. This article thus raises the question of the digital future of archives. Indeed, the testimonies were first filmed, and then, in a second stage, placed online. This accessibility changes their place in the media ecology. They are no longer only (or mainly) sources for researchers, but also contents shared with the different Rwandan communities. The study of online memoirs proposed by Claire Scopsi is also interested in processes of re-editorialization. She shows how documents that were initially kept in the warehouses of heritage institutions and archives are put online and then used by third parties. These contents then become sources for creative, memorial and political uses. Sophie Gebeil’s article looks at archives that are digital from the start. The author provides several avenues for understanding the memorial value of these archives by arguing “for a social and qualitative history of the Web”. This article thus focuses on the modes of mediation of memory constituted by personal sites, blogs, vlogs and other webdocs, just as Frédéric Clavert’s approach highlights the need for a methodology of expertise to set benchmarks in a field in which the reader is, more often than not, a mere user. Giancarlo Grossi and Elisabetta Modena examine video games and virtual and augmented reality experiences as “immersive monuments” that serve to recall a past event by soliciting virtual individual interaction that re-enacts the event itself. These modes of memory mediation are also discussed in Delphine Bechtel’s article, which focuses on the digital environments developed by the memorial museums of the Jewish genocide. The author shows how digital technology has brought the memory of the Holocaust into a new period by promoting immersive virtual experiences and interaction with the public. The investigation thus shifts again since it is less a question of digital tools or archives than of modes of mediation and, finally, of digital objects. This last subject is placed at the heart of Verónica Ferreira’s text which deals with the digital social memory of the veterans of the Portuguese colonial wars. In this case, it is about the online self-publication of their stories and documents. The qualitative study of these personal sites refers in a way to the same type of questioning as the quantitative studies mentioned above, since it is a question of considering the digital as constituting a new public space which is the place of production of different memories and of competition and conflicts between these memories.

It thus remains for us to emphasise both the convergence of the issues and the great diversity of the relationships forged between the digital and memory in these contributions for a dossier which, we hope, constitutes a fine inventory of current research in this field.

WORKS CITED

Beaudouin, Valérie, Philippe Chevallier & Lionel Maurel, 2018, Le web français de la Grande Guerre. Réseau amateurs et institutionnels, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Bensa, Alban & Daniel Fabre (eds.), 2001, Une Histoire à soi : figurations du passé et localités, Paris, Éditions de la MSH.

Bolter, Jay D. & Richard Grusin, 1999, Remediation, Understanding New Media, Boston, MIT Press.

Bond, Lucy, Stef Craps & Pieter Vermeulen (eds.), 2016, Memory Unbound: Tracing the Dynamics of Memory Studies, New York, Berghahn Books.

Bonnot, Gaëtan & Stéphane Lamassé (eds.), 2019, Dans les dédales du web. Historiens en territoires numériques, Paris, Éditions de la Sorbonne.

Févry, Sébastien, 2017, « Le geste intermédial dans une cartographie des études mémorielles », Intermédialités, no 30-31 [online] http://www.erudit.org/fr/revues/im/2017-n30-31-im03868/1049948ar/ [27/06/2021].

Hoskins, Andres (ed.), 2018, Digital memory studies : Media pasts in transition, New York, Routledge.

Merzeau, Louise, 2017, “Mémoire partagée” in Marie Cornu, Fabienne Orsi, & Judith Rochfield (eds.), Dictionnaires des biens communs, Paris, PUF, pp.794-799.

Parikka, Jussi, 2017, What is media archeology, Grenoble, UGA éditions-Université Grenoble Alpes. https://www.worldcat.org/title/what-is-media-archaeology/oclc/769419861

Rieffel, Rémy, 2014, Révolution numérique, révolution culturelle, Paris, Gallimard.

Silvestra, Mariniello, 2011, “L’intermédialité : un concept polymorphe », in Célia Vieira, & Isabel Rio Novo (eds), Intermedia, Inter Media : littérature, cinéma et intermédialite, Paris, L’Harmattan.

Stiegler, Bernard, 1994, 1996, 2000, La technique et le temps, (3 volumes), Paris, Galilée.

Van Dijk, José, 2007, Mediated Memories in the Digital Age, Stanford, Stanford University Press.

Vitali-Rosati, Marcello, 2014, “Pour une définition de numérique”, in Marcello Vitali-Rosati and Michael E. Sinatra (eds.), Pratiques de l’édition numérique, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

  1. https://en.wikipedia.org/wiki/Digital_media. In the editorial of the first issue of the journal Humanités numériques, the editorial board states that « The digital, for its part, is a vast range of social instruments interacting with an ever more diverse computer science since it became a driving force in our history », « Editorial. Donner à lire les humanités numériques francophones (1) », Humanités numériques [online], 1, 2020. https://journals. openedition.org/revuehn/507 [27/06/2021]. []
  2. In the book they edited, Memory Unbound: Tracing the Dynamics of Memory Studies (2016), Lucy Bond, Stef Craps and Pieter Vermeulen thus criticise Hoskins’ view. []

Du transfert des connaissances à la recherche-création: le webdocumentaire

Dans le cadre du 73e congrès de l’institution d’histoire de l’Amérique française (IHAF), j’ai eu le plaisir de présenter en visioconférence le 22 octobre 2021, avec mon collègue Gilles Tassé (réalisateur et doctorant à l’UQàM), une communication portant sur le thème: Du linéaire à l’interactif: du documentaire au webdocumentaire (j’avais partagé l’information sur Cinémadoc).

L’enregistrement du panel (qui s’est tenu en visioconférence) est maintenant en ligne.

Ce panel dirigé par Joanne Burgess (Prof. à l’UQàM) avait pour titre: Du transfert des connaissances à la recherche-création : le webdocumentaire « De la ferme à l’assiette : une histoire en trois temps, trois produits. » Ce webdocumentaire est un projet auquel je participe depuis quelques années dans le cadre du Labdoc et dont les premiers résultats tangibles ont été présentés à cette occasion. Dans ce panel, deux autres collègues interviennent également: Rui Silvera (réalisateur et doctorant à l’UQàM) et Éric Giroux (directeur, Écomusée du fier monde).

 

(Re)monter la parole des acteurs de l’histoire

C’est avec plaisir que je partage avec vous l’annonce de la publication du numéro 47 de la revue Sonorités (dont je suis membre du comité de rédaction) qui porte sur les rushes. Ce numéro thématique a été dirigé par Rosa Olmos. J’ai le plaisir d’y publier un article intitulé: (Re)monter la parole des acteurs de l’histoire, dont le sous-titre est Le cas Le Serment d’Hippocrate, Ruth Elias (Lanzmann, 2017). Vers un cinéma du dispositif filmique. Cet article est issu d’une communication qui a eu lieu lors de la XVIe MAGIS International Film Studies Spring School de Gorizia (mars 2018). Je partage ci-dessous le résumé de l’article, l’ensemble du texte de ce dernier étant en libre accès sur le site de la revue

(Re)monter la parole des acteurs de l’histoire

Cet article a pour objet l’évolution des pratiques et des discours portant sur le montage des films de Claude Lanzmann sur la Shoah. Il prend pour étude de cas, une partie de Les Quatre sœurs (2018) intitulée Le Serment d’Hippocrate (89 minutes) qui porte sur le récit de vie d’une survivante d’Auschwitz, Ruth Elias. Cette partie du documentaire est issue d’un tournage que le réalisateur a conduit à Tel-Aviv pour Shoah. Il s’agit ici de se demander si le montage a changé en 2018 et quelles sont les conséquences épistémologiques de cette continuité ou de ces variations dans la pratique et les discours entourant le montage des films de Lanzmann (lire la suite).

 

Le numérique comme environnement mémoriel – Mémoires en jeu (numéro 14 – 2021)

C’est un plaisir de partager sur Cinémadoc, l’introduction du dossier de la revue Mémoires en jeu de l’automne 2021 (numéro 14) intitulé: Le numérique comme environnement mémoriel. J’ai eu le plaisir de codiriger ce dossier avec Sébastien Ledoux. Vous pouvez commander ce numéro sur le site de la revue. Vous pouvez aussi consulter en accès libre sur Cinémadoc: la version PDF du sommaire et de l’introduction

Introduction par Rémy Besson et Sébastien Ledoux.

En mémoire de Bernard Stiegler

Ce dossier de Mémoires en jeu propose un état des lieux des relations entre mémoire et numérique. Si la définition de ce dernier terme est relativement simple – « on a pris l’habitude de désigner comme numériques les données informatiques[1]  » – son acception dans le cadre de ce numéro est à préciser. En effet, le mot numérique est parfois utilisé pour identifier un nouveau média de masse. Pris dans ce paradigme, le numérique – en fait ici un quasi synonyme du Web – s’inscrit dans la filiation de la presse et des affiches, de la radiodiffusion, du cinéma et de la télévision. Au même titre que des journaux et des magazines, des émissions et des films, des contenus numériques sont rendus accessibles via un ordinateur, une tablette, un téléphone ou une montre intelligente, des lunettes de réalité augmentée ou virtuelle. Il peut alors s’agir d’étudier un webdocumentaire, une chaîne de vidéos partagées sur Youtube par un amateur, un carnet de recherche d’un chercheur, un site web d’une institution mémorielle, un blog tenu par un membre d’une association militante, etc. Une telle acception est rassurante, car elle ne demande pas une grande adaptation à ceux qui s’intéressent déjà aux relations entre mémoire et média. Le numérique correspond alors à un champ d’exploration, parmi d’autres, des Memory Studies.

Dans le cadre de cette introduction, nous souhaitons appréhender le numérique de façon assez différente. De notre point de vue, ce qu’il s’agit de prendre en compte est un changement sociétal tant d’ordre technologique que culturel (Rieffel, 2014). Autrement dit, le numérique n’équivaut pas seulement à un nouveau mode de représentation du passé. Son avènement affecte la plupart de nos activités et pratiques quotidiennes. Il transforme notre imaginaire et notre manière de nous souvenir du passé. Il change aussi notre façon de consulter les archives, de les indexer, d’accéder aux travaux de nos collègues, de créer une bibliographie, d’écrire un article scientifique, d’enseigner en présentiel et à distance, etc. La pandémie actuelle ne fait, à ce titre, qu’accélérer et rendre plus visible un mouvement de fond déjà engagé depuis plusieurs décennies. Au-delà du seul milieu de l’enseignement et de la recherche, le numérique transforme nos manières de communiquer, de faire nos courses, de nous divertir, de nous déplacer, etc. Un tel constat conduit à désigner notre époque comme une ère numérique. Poser un tel constat conduit à s’éloigner de toute forme de discours qui pencherait a priori du côté d’une forme de technophilie ou à l’inverse d’une forme de technophobie. Il s’agit plutôt d’adopter une démarche réflexive, qui tout en constatant la place que le numérique prend dans nos vies soit capable de mettre à distance les outils, les discours, les usages culturels, sociaux, économiques du numérique auxquels nous sommes bon an mal an exposés au quotidien. Marcello Vitali-Rosati estime dans cette perspective que « le numérique est l’espace dans lequel nous vivons. Il ne s’agit plus d’outils au service des pratiques anciennes, mais d’un environnement dans lequel nous sommes plongés, qui détermine et façonne notre monde et notre culture. » (Vitali-Rosati, 2014, p. 69). Sébastien Févry précise que le numérique est « un environnement médiatique à l’intérieur duquel opère le sujet mémoriel. Celui-ci n’est pas seulement confronté à de nouvelles applications mémorielles, il se situe également à l’intérieur d’un univers interconnecté qui guide et conditionne une grande part de ses processus de remémoration. » (Févry, 2017). La question à l’origine de ce dossier est de savoir et de comprendre dans quelles mesures ce nouvel environnement social affecte nos modes de remémoration individuelle et collective du passé. Le coéditeur en chef de la revue Memory Studies, Andrew Hoskins, parle d’un connective turn qui a des conséquences sur notre mémoire personnelle et sociale. Il considère qu’afin d’étudier ce tournant, « il est essentiel de reconnaître la nécessité d’une nouvelle ontologie pour les études portant sur la mémoire, qui prenne en compte les médias, non pas comme un support partiel, occasionnel ou temporaire de la mémoire, mais comme une modification fondamentale de ce qu’il est possible de se rappeler et d’oublier[2].  » (Hoskins, 2018, p 7). Il s’agit de prendre en compte le fait que notre mémoire est de plus en plus appareillée par le fait que nous déléguons une partie croissante de notre capacité à nous souvenir à des dispositifs numériques (disque dur interne et externe, clé USB, serveur, etc.), et que nos activités mémorielles elles-mêmes s’effectuent de plus en plus par l’entremise de dispositifs techniques numériques (téléphone portable, tablette, ordinateur). Hoskins en appelle ainsi à la création d’études spécifiques sur la mémoire numérique [Digital Memory Studies]. Des objets tels que les données que nous créons – intentionnellement ou non – chaque jour entrent dans ce champ d’étude, car elles constituent une partie importante de nos activités sociales. Les messages texte et courriels envoyés, les minutes passées en visioconférence, les photographies et vidéos captées, les contenus multimédias partagés sur les réseaux sociaux deviennent un élément constitutif de notre rapport à notre mémoire individuelle et sociale. L’accent est ainsi mis sur une transformation de notre « écologie » médiatique également analysée par le philosophe Bernard Stiegler dans une perspective plus large sur l’histoire des techniques et leurs effets de temporalités (Stiegler, 1994, 1996, 2000). Pour étudier ce nouvel environnement mémoriel, nous proposons dans le prolongement du positionnement d’Hoskins de développer une approche critique de la médiatisation de notre rapport à notre mémoire (Van Dijck, 2007), de l’accélération de notre perception du temps, de son repli sur un temps présent dont les limites se trouvent redéfinies, tout comme de l’omniprésence des traces du passé dans l’ensemble de nos appareils numériques usuels. Il est aussi indispensable de s’interroger sur l’appropriation et la reconfiguration de ces traces mémorielles par quelques entreprises privées qui les monétisent et quelques États qui en contrôlent la circulation. Enfin, il est important de souligner que ce contrôle et cette monétisation ne se limitent pas aux seules données produites par les usagers. Ainsi, la plupart des logiciels, des modules d’extension (plug-in en anglais), des systèmes de gestion de contenu, des sites d’hébergement de vidéo, des médias dits sociaux sont gérés par des groupes privés. Cela revient à poser que l’environnement numérique dans lequel nous évoluons est, dans une très grande mesure, fermé. Les codes et algorithmes propriétaires ne sont ainsi pas communiqués aux usagers et ces derniers ne peuvent pas les modifier. 

De tels faits renforcent la nécessité d’une approche critique pour penser les rapports entre mémoire et numérique. Les travaux en études médiatiques fournissent de nombreuses pistes de réflexion qui vont dans ce sens. Tout d’abord, l’histoire des médias nous permet de mettre en perspective et ainsi de nuancer l’impression que ce type de transformation est inédit. Autrement dit, le lien entre mémoire et médiation n’est, en rien, propre à l’ère du numérique. L’avènement de l’écriture, de l’imprimé, de la reproductibilité technique des productions culturelles et artistiques ont constitué autant de bouleversements comparables (comparable dans le sens où bien sûr ils sont différents) pour notre mémoire individuelle et sociale. À chacune de ces transformations de notre écologie médiatique, des acteurs sociaux ont tenu des discours technophobe et technophile dans l’espace public si bien que ces discours sont devenus des objets d’étude à part entière pour ceux qui s’intéressent à l’histoire des médias et de la mémoire. Ensuite, l’archéologie des médias invite à mettre à distance la thèse d’un progrès technologique qui nous conduirait vers un mode d’accès toujours plus direct, immédiat et transparent au passé (Parikka, 2017). La mise à disposition et l’appropriation individuelle d’objets mémoriels, ainsi favorisées par les outils numériques notamment dans leur dispositif immersif (réalité virtuelle et augmentée), entrainent l’illusion d’un effacement du passé, passé entendu ici comme ce qui est pour nous et de façon irrémédiable une chose absente. Le numérique induit en cela un effet puissant de synchronie. En fait, chaque innovation technologique – le numérique n’échappant pas à ce fait – et ses usages mémoriels redéfinissent des rapports complexes au passé qui relève toujours d’une médiation instituant inévitablement une forme d’opacité (Bolter & Grusin, 1999). Par ailleurs, si les manières et les traces dont on se souvient se reconfigurent à l’ère numérique, les distinctions traditionnelles présent/passé, privé/public, mémoire individuelle/sociale, demeurent opérantes. Plutôt que de penser en termes de révolution numérique, de rupture radicale, de disruption permanente, il est aussi important d’envisager l’avènement de l’ère du numérique dans le champ mémoriel en termes de transformation, de reconfiguration et de continuité. Il faut aussi, être capable d’envisager des espaces en marge qui ne sont pas fondamentalement (ou très peu) transformés par le numérique[3]. Il est également possible de penser des formes de coexistence entre des espaces de débats publics sur les réseaux sociaux et d’autres types de partage des connaissances telles que la publication d’une monographie, qui restent encore relativement indifférents à l’accélération, à l’ubiquité ou encore à l’injonction à une forme d’interactivité. Autre question récurrente des études sur la mémoire : pas davantage que l’intensification des politiques mémorielles, l’avènement du numérique ne crée pas de mémoire partagée, mais il vient en revanche modifier les processus de partage mémoriel à travers les accès et les usages personnels des archives ou des témoignages numérisés (Merzeau, 2017; Beaudouin, Chevallier & Maurel, 2018). Par ailleurs, la démocratisation mémorielle induite par le numérique à travers les pratiques d’autopublication, de partage et la formation de communautés mémorielles sur le web ne constitue pas non plus de rupture, mais une accélération de phénomènes observés depuis les années 1970 à travers la valorisation d’une histoire à soi (Bensa & Fabre, 2001), la patrimonialisation opérée par les amateurs d’histoire et la mise en récit public de mémoires minoritaires; phénomène alors soutenu et accompagné par le développement de l’histoire orale. Pour autant, le dossier prête attention aux transformations récentes engendrées par le numérique sur la mémoire individuelle et sociale, ainsi qu’aux nouvelles manières de faire de la recherche des auteurs et autrices, qui se trouvent confrontés à des objets en mutation constante. Silvestra Mariniello explique à cet effet que l’intermédialité « marque le passage d’une théorie de la société qui contient les médias – conception généralement établie de nos jours [en 2011] – à une théorie où société, socialités et médias se coconstruisent et se détruisent en permanence.  » (Mariniello, 2011, p. 13). Ce dernier changement de perspective nous semble essentiel. Le numérique ne correspond pas seulement à un ensemble de nouveaux outils que l’on utilise, mais surtout à un environnement mouvant dans lequel nous évoluons au quotidien. Il ne s’agit pas d’une mode, de gadgets, d’interfaces ludiques et informationnelles, dont on pourrait choisir tantôt de se saisir, tantôt de s’éloigner. Il s’agit plutôt d’une appellation pour désigner la façon dont la plupart de nos outils, de nos archives, de nos objets d’étude, de nos pratiques de recherche comme des modes de médiation de la mémoire se trouvent transformés par des technologies qui, elles-mêmes, évoluent rapidement (Bonnot & Lamassé, 2019).

Les huit articles qui composent ce dossier appréhendent ces différents aspects : outils, archives, modes de médiation et objets numériques. Ils le font en accordant une place particulière à leurs propres pratiques du numérique. Ce point commun à la plupart des travaux réunis dans ce dossier mérite d’être souligné. En effet, l’effort que les chercheurs produisent pour changer leur manière d’interpréter leur objet d’étude (les mémoires individuelles et sociales) en prenant en compte des enjeux technologiques et socioculturels liés au numérique, les conduit, régulièrement, à adopter une démarche réflexive. S’inscrivant dans champ d’étude encore relativement récent, ils ressentent, en quelque sorte, le besoin de rendre compte de leur inscription dans une nouvelle épistémè, dont ils entrevoient parfois le caractère utopique, dont ils testent d’autres fois les limites et, enfin, dont ils critiquent régulièrement les impensés et les non-dits. Ces articles reviennent aussi régulièrement sur le choix des outils mobilisés pour mener leurs travaux. Il s’agit, dans certains cas, de partager la manière dont l’acquisition de compétences en informatique a changé leur pratique de chercheur, d’autres fois, d’expliquer comment ils ont travaillé en collaboration avec des professionnels des technologies informatiques, ou encore du fait qu’ils ont préféré se tenir à bonne distance de toute forme de prise en compte d’outils techniques dont la maîtrise leur a semblé trop complexe. Par ailleurs, ces travaux revendiquent souvent une inscription dans le domaine des logiciels libres et de la circulation la plus ouverte possible des données produites par les sciences humaines et sociales. Ce dernier aspect peut être interprété comme constituant une forme de réponse presque militante au caractère le plus souvent fermé et « propriétaire » des logiciels numériques.  

Reprenons à présent la présentation des articles en insistant sur les quatre aspects complémentaires que sont les outils, les archives, les modes de médiation et les objets numériques. Frédéric Clavert montre comment les interfaces applicatives de programmation (API) de Twitter dites de streaming permettent de collecter jusqu’à 1 % des tweets émis chaque jour. Les outils numériques mènent alors à la constitution de corpus de données massives qui induisent un autre rapport aux sources qui pourraient paraître déroutant aux lecteurs non avertis en ce que ce rapport se présente de prime abord de façon très technique. L’auteur les exploite à partir de logiciels pour analyser les principales thématiques des commémorations officielles du Centenaire de la Grande Guerre en 2018 sur Twitter. En utilisant de nouveaux outils créés par l’INA, lancé depuis 2009 dans l’archivage du web, pour collecter des données à partir de comptes twitter, Rémi Korman, François Robinet, Jérôme Thièvre et Géraldine Poels étudient, eux, comment les tweets permettent d’« interroger le rôle des réseaux socio-numériques dans la fabrique des mémoires du génocide des Tutsi ». En se focalisant sur l’année 2019 (commémoration du 25e anniversaire du génocide), les auteurs identifient les principaux acteurs et débats de cette fabrique. Marie Lavorel s’intéresse également au rôle des outils numériques dans la mémorialisation du génocide des Tutsi, mais cette fois en adoptant une approche plus qualitative. Elle démontre l’intérêt, pour les chercheurs, de créer une base de données à partir de vingt-huit entretiens audiovisuels avec des survivants et d’outils d’annotations des contenus oraux et visuels des témoignages en question. Cet article pose ainsi la question du devenir numérique des archives. En effet, les témoignages ont d’abord été filmés, puis, dans un second temps, mis en ligne. Cette accessibilité change leur place dans l’écologie médiatique. Ils ne sont plus seulement (ou principalement) des sources pour les chercheurs, mais aussi des contenus mis en partage avec les différentes communautés rwandaises. L’étude des mémoires en ligne proposée par Claire Scopsi s’intéresse aussi à des processus de rééditorialisation. Elle montre comment des documents d’abord conservés dans les entrepôts des institutions patrimoniales et des centres d’archives sont mis en ligne, puis utilisés par des tiers. Ces contenus deviennent alors des sources au service d’usages créatifs, mémoriels et politiques. L’article de Sophie Gebeil se penche quant à lui sur des archives qui sont dès le départ numériques. L’autrice donne plusieurs pistes pour comprendre la valeur mémorielle de ces dernières en plaidant « pour une histoire sociale et qualitative du Web ». Cet article a ainsi pour objet des modes de médiation de la mémoire que sont les sites personnels, les blogues, les vlogs et autres webdocumentaires, de même que pour l’approche de Frédéric Clavert il met en évidence la nécessité d’une méthodologie d’expertise pour poser des repères dans un domaine dont le lecteur n’est, le plus souvent, qu’un simple usager. Giancarlo Grossi et Elisabetta Modena s’interrogent, pour leur part, sur les jeux vidéo et les expériences de réalité virtuelle et augmentée en tant que « monuments immersifs » servant à la remémoration d’un événement passé en sollicitant une interaction individuelle virtuelle rejouant le déroulement même de celui-ci. Il est également question de ces modes de médiation de la mémoire dans l’article de Delphine Bechtel qui s’intéresse, quant à elle, aux environnements numériques développés par les musées-mémoriaux du génocide des Juifs. L’auteure montre en quoi le numérique a fait entrer la mémoire de la Shoah dans une nouvelle période en promouvant l’expérience virtuelle immersive et l’interaction avec le public. L’enquête se déplace donc à nouveau puisqu’il est alors moins question d’outils numériques ou d’archives, que de modes de médiation et, finalement, d’objets numériques. Ce dernier sujet est placé au cœur du texte de Verónica Ferreira qui porte sur la mémoire sociale numérique des anciens combattants des guerres coloniales portugaises. Il est, dans ce cas, question de l’autopublication en ligne de leurs récits et de leurs documents. L’étude qualitative de ces sites personnels renvoie d’une certaine manière au même type de questionnement que les études quantitatives citées ci-devant puisqu’il s’agit de considérer le numérique comme constituant un nouvel espace public qui est le lieu de productions de différentes mémoires et de concurrences et conflits entre différentes mémoires.

Il nous reste donc à souligner tout à la fois la convergence des problématiques et la grande diversité des relations tissées entre numérique et mémoire dans ces contributions pour un dossier qui, nous l’espérons, constitue un bel état des lieux des recherches actuelles dans ce domaine.

Publications citées

Beaudouin, Valérie, Chevallier, Philippe & Maurel, Lionel, 2018,  Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Bensa, Alban & Fabre, Daniel (dir.), 2001, Une Histoire à soi : figurations du passé et localités, Paris, Éditions de la MSH.

Bolter Jay D. & Grusin, Richard, 1999, Remediation, Understanding New Media, Boston, MIT Press.

Bond, Lucy, Craps Stef & Vermeulen, Pieter (dir.), 2016, Memory Unbound: Tracing the Dynamics of Memory Studies, New-York, Berghahn Books.

Bonnot, Gaëtan & Lamassé, Stéphane (dir.), 2019, Dans les dédales du web. Historiens en territoires numériques, Paris, Éditions de la Sorbonne.

Févry, Sébastien, 2017, « Le geste intermédial dans une cartographie des études mémorielles », Intermédialités, no 30-31 [en ligne].

Hoskins, Andrews (dir.), 2018, Digital memory studies : Media pasts in transition, New York: Routledge.

Merzeau, Louise, 2017, « Mémoire partagée » in Marie Cornu, Fabienne Orsi, & Judith Rochfeld (dir.), Dictionnaire des biens communs, Paris, PUF, p. 794-799.

Parikka, Jussi, 2017, Qu’est-ce que l’archéologie des média?, Grenoble, UGA éditions-Université Grenoble Alpes.

Rieffel, Rémy, 2014, Révolution numérique, révolution culturelle ?, Paris, Gallimard.

Silvestra, Mariniello, 2011, « L’intermédialité : un concept polymorphe », in Célia Vieira, & Isabel Rio Novo (dir.), Intermedia. Inter Media: littérature, cinéma et intermédialité, Paris, L’Harmattan.

Stiegler, Bernard, 1994, 1996, 2000, La technique et le temps, (3 tomes), Paris, Galilée.

Van Dijck, José, 2007, Mediated Memories in the Digital Age, Stanford, Stanford University Press.

Vitali-Rosati, Marcello, 2014, « Pour une définition du numérique », in Marcello Vitali-Rosati et Michael E. Sinatra (dir.), Pratiques de l’édition numérique, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

[1] Notice « Numérique » de Wikipédia, lien url : https://fr.wikipedia.org/wiki/Num%C3%A9rique Dans l’éditorial du premier numéro de la revue Humanités numériques, le comité éditorial précise que « Le numérique, quant à lui, est une vaste gamme d’instruments et d’usages sociaux en interaction avec une informatique toujours plus diverse depuis qu’elle est devenue une force motrice de notre histoire. », « Éditorial. Donner à lire les humanités numériques francophones (1) », Humanités numériques [En ligne], 1, 2020, lien url https://doi.org/10.4000/revuehn.508

[2] « [it] is critical to recognize that a new ontology for memory studies is needed that is cognizant of media, and not as some partial or occasional or temporary shaper of memory, but as fundamentally altering what it is and what is possible to remember and to forget ».

[3] Dans l’ouvrage qu’ils ont dirigé, Memory Unbound: Tracing the Dynamics of Memory Studies (Berghahn Books, 2016), Lucy Bond, Stef Craps et Pieter Vermeulen critiquent ainsi le point de vue d’Hoskins.