Archives de catégorie : Billets

Le point de vue de l’opérateur (cours)

Dans le cadre du Cinéma politique (Université de Montréal), la séance du 3 octobre a été consacrée à une étude du Point de vue de l’opérateur à travers quatre cas: Shirin d’Abbas Kiarostami, Journal de campagne d’Amos Gitai,  Camera eye (extrait de Loin du Vietnam) de Jean-Luc Godard et L’Homme sans nom de Wang Bing. La notion de geste a été placée au centre de cette séance qui s’est appuyée sur l’ouvrage de Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet (dir.), Qu’est-ce qu’un geste politique au cinéma ? (Presses universitaires de Rennes, 2019). 

AUTOUR DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D’HISTOIRE DE MONTRÉAL

C’est avec plaisir que je partage ici les premières lignes de l’article que je viens de publier dans la revue Hors Champ à propos du premier Festival du film d’histoire de Montréal

Le premier Festival international du film d’histoire de Montréal (FIFHM), qui s’est tenu à la Cinémathèque québécoise du 3 au 5 mai 2019, s’est ouvert par une séance ayant pour thème : La pellicule, témoin de l’histoire. Le programme est intrigant, car il laisse présager un intérêt pour le passé – dont le support en question a enregistré quelque chose – et une forme de tact vis-à-vis d’un support d’inscription – ici la pellicule. La surprise est donc grande quand les premières images qui s’inscrivent sur l’écran sont en couleurs et sonorisées alors même qu’elles représentent un lieutenant-général canadien filmé durant l’été 1918. Ce dernier demande alors qu’on lui approche « un peu la carte, qu’on profite de la lumière extérieure » (lire la suite).

Regard critique sur les présentations politiques du Québec (cours)

Dans le cadre du cours Cinéma politique (Université de Montréal), j’ai eu l’opportunité de présenter un Regard critique sur les présentations politiques du Québec. Cela a été l’occasion de réfléchir aux notions de politisation et du politique à travers l’étude de deux films: Hochelaga. Terre des âmes réalisé par François Girard et Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau réalisé par Simon Lavoie et Mathieu Denis. 

Cours 4-compressed

Représentations critiques de la politique (cours)

Dans le cadre du cours Cinéma politique que je donne ce semestre à l’Université de Montréal, après avoir abordé les rapports entre Hollywood et la politique, j’ai traité des “Représentations critiques de la politique” à travers trois cas: Z de Costa Gavras, Le Vent se lève de Ken Loach et Blackkklansman de Spike Lee. Cela a notamment conduit à aborder les notions de films engagés, films postcolonialistes et films satiriques. La présentation peut être consultée ci-dessous.

Survivances: guerres simultanées (entretien)

Le samedi 7 septembre 2019 à la Cinémathèque québécoise, les œuvres ayant été distinguées dans le cadre du premier Prix de la jeune création TECHNÈS ont été diffusées en présence d’Eliazer Kramer, le coconcepteur avec Ariel St-Louis et Arnaud Guillard, de l’installation Survivance. Témoignages de guerre (2019). À la suite de cette soirée, je me suis entretenu ( à titre de coordonateur scientifique de TECHNÈS et de membre du jury) avec l’équipe du film. 

Cet entretien peut être consulté en accès libre sur le site de la revue du Collège de France, Entre-temps, sous le titre Survivances: guerres simultanées.

Cinéma politique (cours 1)

Le 5 septembre 2019, j’ai eu l’occasion de donner la première séance du cours Cinéma politique (UdeM) dont la présentation peut être consultée en ligne. J’avais déjà partagé sur Cinémadoc la note d’intention du cours.

Nous avons commencé en abordant le reportage de Vice sur les événements de Charlottesville.

Vous trouverez ci-dessous la présentation des séances du semestre:

Cours 1 : 5 septembre 2019

Introduction : présentation du plan de cours et première étude de cas           

Reportage :

Charlottesville: Race and Terror. Épisode 181 de la série Vice News Tonight. 2017. [en ligne].

Cours 2 : 12 septembre 2019         

Représentations actuelles de la politique à Hollywood

Films :

Argo. Réalisé par Ben Affleck. 2012.

Lincoln. Réalisé par Steven Spielberg. 2012.

Lecture :

Claude Vaillancourt, Hollywood et la politique, Montréal : Écosociété, 2012, p. 11-17.

Cours 3 : 19 septembre 2019

Représentations critiques de la politique :
Films engagés, postcolonialistes et satiriques

Films :

BlacKkKlansman. Réalisé par Spike Lee. 2018.

The Wind That Shakes the Barley [Le Vent se lève]. Réalisé par Ken Loach. 2006.

Z. Réalisé par Costa-Cavras. 1969.

Lecture :

Delphine Letort et Erich Fisbach, « Introduction », dans Delphine Letort et Erich Fisbach (dir.), La Culture de l’engagement au cinéma, Rennes : PUR, 2015, p. 9-15 [en ligne].

Cours 4 : 26 septembre 2019

Regard critique sur les présentations politiques du Québec :
D’Hochelaga (1535) aux Carrés rouges (2012) 

Films :

Hochelaga terre des âmes. Réalisé par François Girard. 2017.

Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau. Réalisé par Simon Lavoie et Mathieu Denis. 2016

Lecture :

Gérard Grugeau et Philippe Gajan, « Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau de Mathieu Denis et Simon Lavoie », 24 Images, 181, février-avril 2017, p. 18-21.

Cours 5 : 3 octobre 2019

Le point de vue de l’opérateur

Films :

L’Esquive. Réalisé par Abdellatif Kechiche. 2003.

L’Homme sans nom. Réalisé par Wang Bing. 2010.

Journal de campagne. Réalisé par Amos Gitai. 1982.

Loin du Vietnam. Partie réalisée par Jean-Luc Godard. 1967 [en ligne].

Shirin. Réalisé par Abbas Kiarostami. 2008é

Lecture:

Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet, « Conclusion : « Ramener l’image dans la patrie du geste » », dans Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet (dir.), Qu’est-ce qu’un geste politique au cinéma ?, Rennes : PUR, 2019, p. 225-231.

Cours 6 : 10 octobre 2019

Le point de vue de l’opérateur (suite)
Filmer le corps politique

Films :

La Commune (Paris, 1871) – Partie 1. Réalisé par Peter Watkins. 2000.

L’Horloge universelle, la résistance de Peter Watkins. Réalisé par Geoff Bowie. 2001.

Lecture :

Peter Watkins, Media Crisis, Paris : Homnisphères, 2007, p. 36 à 50 et p. 191 à 199.

Cours 7 : 17 octobre 2019

Changer le point vue de l’opérateur
Réappropriation de leur image par les Premières nations au Québec

Films :

Kanehsatake, 270 ans de résistance. Réalisé par Alanis Obomsawin. 1993. [en ligne].

Hollywood et les Indiens. Réalisé par Catherine Bainbridge, Neil Diamond et Jeremiah Hayes. 2010. [en ligne].

Consulter le site : http://www.wapikoni.ca/films

Lecture :

Kerstin Knopf, « Introduction. Aboriginal Canada Revisited », dans Kerstin Knopf (dir.), Aboriginal Canada Revisited. Ottawa : University of Ottawa Press, 2008, p. 2-28.

Cours 8 : 31 octobre 2019

Faire un film de manière politique :
La rage poétique de l’Italie des années 1960 au Québec contemporain

Films :

La Rabbia [La Rage]. Réalisé par Pier Paolo Pasolini. 1963.

Godin. Réalisé par Simon Beaulieu. 2011.

Miron: Un homme revenu d’en dehors du monde. Réalisé par Simon Beaulieu. 2014.

 Lecture :

Georges Didi-Huberman, « Rabbia poetica. Note sur Pier Paolo Pasolini », Po&sie, 143/ 1, 2013, p. 114-124. 

Cours 9 : 7 novembre 2019

Faire un film de manière politique :
Du groupe Medvedkine aux Ciné-tracts contemporains

Films :

À bientôt, j’espère. Réalisé par Chris Marker et Mario Marret. 1967-68.

Lettre à mon ami Pol Cèbe. Réalisé par Michel Desrois, Antoine Bonfanti et José They. 1971.

Christiane et Monique. Lip V. Réalisé par Carole Roussopoulos. 1976.

Lecture :

Marion Froger, « De la fraternité. À propos des groupes Medvedkine ». Cinémas : revue d’études cinématographiques, 17/ 1, 2006, p. 118-143.

Cours 10 : 14 novembre 2019

            Projection suivie de l’exercice 2 (10%) :

L’Exercice de l’État. Réalisé par Pierre Schœller. 2011. 

Lecture :

Charles Bosvieux-Onyekwelu, « L’Exercice de l’État : voyage dans le “back-office” de la politique », dans Laurent Godmer, David Smadja (dir.), Quaderni, 86 : Penser le politique par le film, 2015, p. 55-66.

Cours 11 : 21 novembre 2019

Représentation cinématographique de l’émigration en Italie

Séance avec pour invitée Claudia Polledri (postdoctorante et chargée de cours à l’Université de Montréal) et de la réalisatrice Helen Doyle (sous réserve).

Film :

Fuocoammare [Fuocoammare, par-delà Lampedusa]. Réalisé par Gianfranco Rosi. 2016.

Cours 12 : 28 novembre 2019

Filmer de manière politique :
Donner à voir le passé et penser sa construction

Films :

Shoah. Réalisé par Claude Lanzmann. 1985.

Ziva Postec : La monteuse derrière Shoah. Réalisé par Catherine Hébert. 2018.

Lecture :

Rémy Besson, « Une image d’archives, c’est une image des archives », Hors Champ, avril 2019 [en ligne].

Cours 13 : 5 décembre 2019

Conclusion et ouverture, retour sur une expérience de programmation engagée :
Cinéma Politica de l’Université de Montréal au Virage (été 2018)

Séance avec pour invitées deux coordinatrices de Cinéma Politica de l’Université de Montréal : Farah Mourgues (étudiante à la maitrise en cinéma) et Justine Pignato (doctorante en communication).

Film :

Le Cuirassé Potemkine. Réalisé par Sergueï Eisenstein. 1925.

Lecture :

Jacques Rancière, « Un Soulèvement peut en cacher un autre », dans Georges Didi-Huberman (dir.), Soulèvements, Paris : Gallimard, 2016, p. 63-70.

Cinéma politique (Cours, Université de Montréal)

Cette année, j’ai le plaisir de donner le cours Cinéma politique (CIN-1106) à l’Université de Montréal. Celui-ci sera l’occasion de passer d’une réflexion sur la représentation de la politique à un questionnement sur la politique de la représentation en passant par la question du geste (des filmés, des filmeurs, etc.). Vous trouverez ci-dessous la note d’intention du cours (vous pouvez aussi consulter le programme séance par séance).

Proposer une introduction au Cinéma politique conduit à croiser deux approches, l’une visant à proposer un panorama du sujet abordé et l’autre à le problématiser. Les séances de ce cours sont ainsi organisées de manière à ce que nous abordions certains films clés de l’histoire du Cinéma politique. Ceux-ci ont notamment été réalisés par Wang Bing, Costa-Cavras, Sergueï Eisenstein, Amos Gitai, Jean-Luc Godard, Abbas Kiarostami, Abdellatif Kechiche, Claude Lanzmann, Spike Lee, Ken Loach, Chris Marker, Pier Paolo Pasolini, Carole Roussopoulos, Pierre Schœller, Steven Spielberg, Peter Watkins[1]. Un accent particulier sera également porté sur des réalisateurs et réalisatrices du Québec contemporain tels que Simon Beaulieu, Mathieu Denis, Catherine Hébert, François Girard, Simon Lavoie et Alanis Obomsawin. Ce parcours n’a, cependant, de sens que s’il est articulé avec un questionnement. Déterminer quel est l’enjeu du cours est, en soi, une partie du sujet de ce dernier.

Dans un premier temps (séances 1 à 4), on s’intéressera avant tout à la manière dont le cinéma représente des situations politiques (une réforme constitutionnelle, une crise après l’assassinat d’un opposant politique, un soulèvement populaire dans une situation coloniale, une guerre, etc.). Cela nous conduira à définir trois notions : la politique, le politique et la politisation.

Dans un deuxième temps, on s’éloignera de sujets portant sur la représentation (comment on montre quelque chose de politique dans un film), pour se demander si la politique au cinéma est aussi une affaire de gestes (séances 5 à 7). La politique n’est alors plus considérée comme quelque chose d’extérieur au film, mais comme quelque chose de cinématographique (un regard caméra, un mouvement de caméra, etc.). « Deux possibilités s’offri[ro]nt (sans s’exclure) : s’agit-il du geste filmé ou (et ?) du geste du filmeur ? »[2]. Trois autres notions seront appréhendées : le point de vue de l’opérateur, l’échelle et le geste.

Dans un troisième temps, nous discuterons de questions relatives à la politique de la représentation et à la culture visuelle. On se demandera dans quelle mesure il est possible de faire et de programmer des films de manière politique (séances 8 à 10 et 12-13). Trois dernières notions seront vues ensemble, celles de réappropriation culturelle, de performativité du film et de figuration.

Ainsi, au lieu d’être donné dès le départ, l’enjeu du cours se dévoilera progressivement tout au long du semestre. En partant d’une approche relativement classique portant sur la représentation de la politique – par exemple, comment Hollywood aborde une crise telle que celle des otages américains en Iran en 1979 (séance 2) ? – on en viendra à se poser des questions telles que : comment les gestes d’un acteur et ceux d’opérateurs peuvent-ils être qualifiés de politique ? Dans quelle mesure le mode d’organisation de l’équipe du film est politique ? Comment le remontage d’images d’archives ou la réalisation d’un film portant sur un autre film peuvent-ils être politique ?

Ces dernières interrogations peuvent sembler s’éloigner du cœur du sujet (le politique au cinéma) pour porter sur des questions d’ordre plus formel, mais il n’en est rien, car, comme le dit le philosophe Jacques Rancière dans un texte portant sur Le Cuirassé Potemkin d’Eisenstein que nous étudierons en conclusion, « l’artiste qui organise les images du soulèvement populaire [ou de tout autre événement politique] pour soulever les émotions du public sait bien que, sur les écrans des cinémas, il n’y a pas d’émotions. Il n’y a que des images. […] Les images mobiles n’existent jamais que pour un spectateur en face duquel, sur l’écran, elles se chassent l’une l’autre autant qu’elles s’enchaînent. Nul ingénieur ne sait au juste comment le spectateur en fait la synthèse et ce que celle-ci produit[3]. » Ainsi, les questions de politique de la représentation ont directement à voir avec la place du cinéma dans la société. Il est donc pertinent d’ajouter une question qui s’adresse directement à chacun d’entre nous (et qui constitue le véritable enjeu de ce cours) : Comment un film peut-il changer notre perception de la société, voire changer notre manière d’agir en société ? Tenter de répondre à ce problème a conduit à arrimer ce cours aux enjeux politiques les plus actuels[4] – montée de mouvements suprématistes blancs, difficultés rencontrées par les migrants[5], montée d’imaginaires colonialistes et militaristes, difficulté à faire entendre des voix alternatives, etc. Il s’agira de voir ensemble quelles réponses le Cinéma politique est en mesure de leur apporter. 

[1] La sous-représentation des femmes dans cette liste fera l’objet d’une discussion. On renvoie sur ce point à « Les Dames Doc en Chiffres », sur le site web Les Dames du doc, consulté en janvier 2019 [en ligne].

[2] Véronique Campan, Marie Martin et Sylvie Rollet (dir.), Qu’est-ce qu’un geste politique au cinéma ?, Rennes : PUR, 2019, p. 8.

[3] Jacques Rancière, « Un Soulèvement peut en cacher un autre », dans Georges Didi-Huberman (dir.), Soulèvements, Paris : Gallimard, 2016, p. 70.

[4] C’est ce choix de l’actualité qui explique qu’une (plus) jeune génération de créateurs québécois a été préférée aux, désormais classiques, auteurs du cinéma direct et du mouvement indépendantiste. On verra cependant, à travers des films sur Godin et Miron, comment un jeune réalisateur se saisit de ces sujets au début du vingt-et-unième siècle.

[5] Ce sujet, qui est au cœur de nombreuses productions cinématographiques engagées actuelles, sera abordé lors d’une séance avec Claudia Polledri (cours 11).

 

 

Repenser le rôle de la Paluche dans Shoah

En octobre 2017 à l’Université de Montréal, j’ai eu l’occasion de présenter une communication à deux voix et deux approches avec Alexia de Mari (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) dont le titre était: Repenser le rôle de la Paluche dans Shoah. Cette présentation qui a eu lieu dans le cadre du colloque Cinéma et portabilité (dont les autres communications sont sur le site de TECHNÈS) est maintenant accessible en ligne:

Le texte issu de cette communication devrait être publié dans les mois qui viennent dans les actes du colloque en question (Presses Universitaires de Rennes).