Archives de catégorie : Billets

Le génocide des Juifs au cinéma

Je partage ici avec plaisir les premières lignes d’un article publié dans l’Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe qui porte sur le « Le génocide des Juifs au cinéma« . Le texte se compose de trois parties thématiques: 1/ Des films comme marqueurs d’une histoire culturelle de la mémoire du génocide; 2/ La querelle des images, entre interdit et choix de médiation; 3/ Le rôle des dispositifs dans la fabrique des films.

Cette publication est en accès libre. Je vous encourage donc à la consulter sur le site de l’Encyclopédie. Ce texte est pensé pour être un support à l’enseignement de la spécialité histoire en terminale au lycée. 

Le génocide des Juifs au cinéma

Aborder la question de la représentation du génocide des Juifs au cinéma revient souvent à se demander quels films ont marqué l’histoire de la mémoire. Cela conduit à revenir sur quelques productions clés (Holocauste de Marvin Chomsky, 1978 ; Shoah de Claude Lanzmann, 1985 ; et La liste de Schindler de Steven Spielberg, 1993). Une autre manière d’aborder le sujet revient à s’interroger sur la manière dont le génocide met en crise la représentation cinématographique. Cela passe par le fait de se poser la question des interdits et/ou des limites de la représentation. Ce type de réflexion est à articuler avec une conscience aigüe du fait que des images du génocide existent, et ce malgré la volonté des nazis de supprimer toutes traces. Enfin, il est important d’insister sur le fait qu’il est aussi pertinent de s’interroger sur la fabrique du film lui-même. (lire la suite)

Pour citer cet article: Rémy Besson , « Génocide des Juifs au cinéma (Le) », Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe [en ligne], ISSN 2677-6588, mis en ligne le 23/06/21, consulté le 23/06/2021. Permalien : https://ehne.fr/fr/node/21600

Témoigner en images (10-21 mai 2021) : programme

C’est avec plaisir que je partage ci-dessous le programme de l’École d’été du CÉRIUM, Témoigner en images : intermédialité, institution et politiques visuelles que je codirige avec Claudia Polledri. Elle se tiendra à Montréal en visioconférence, entre le lundi 10 mai et le vendredi 21 mai 2021. Avec Claudia, nous sommes heureux d’accueillir dix-sept intervenant-es (chercheurs, réalisateurs, commissaires d’exposition, etc.) et une vingtaine de participant-es. 

Cette école d’été du CÉRIUM s’inscrit dans la continuité des recherches menées au Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques (CRIalt) depuis 20 ans. Elle a, en effet, pour objet différents modes de médiation du témoignage et, plus spécifiquement, leur dimension visuelle (cinéma, entretien filmé, installation, photographie, webdocumentaire). (lire la suite)

Lundi 10 mai de 9h30 à 12h30

  • 9h30 à 11h: Introduction générale par Claudia Polledri et Rémy Besson (coresponsables de l’École)
  • 11h30 à 12h30: André Habib (directeur adjoint du CRIalt, UdeM), James Cisneros (directeur de la revue Intermédialités, Udem) et Caroline Bem (Saint Paul University): l’intermédialité à Montréal

Mardi 11 mai de 9h30 à 12h30

  • 9h30 à 11h: Point méthodologique sur le témoignage par Claudia Polledri (coresponsable de l’École)
  • 11h30 à 12h30: Conférence de Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne): L’objet témoin

Mercredi 12 mai de 9h30 à 12h30

  •  9h30 à 11h: Point méthodologique sur l’intermédialité par Rémy Besson (coresponsable de l’École) en dialogue avec Karine Abadie (Memorial University)
  • 11h30 à 12h30: Philippe Despoix (Udem) et Ariane Santerre (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle): Dialogue autour de Germaine Tillion et du Verfügbar aux Enfers

Jeudi 13 mai de 9h30 à 12h30

  • 9h30 à 11h: Atelier avec les participant-es animé par Claudia Polledri et Rémy Besson (coresponsables de l’École)
  • 11h30 à 12h30: Présentation des activités du CRIalt par Jenny Brasebin (coordinatrice du CRIalt, UdeM)

Vendredi 14 mai de 9h30 à 12h30

  • 9h30 à 11h: Conférence de Marie Lavorel (commissaire d’exposition, UQÀM): témoignage et humanité numérique
  • 11h30 à 12h30: Atelier avec les participants animé par Claudia Polledri et Rémy Besson (coresponsables de l’École)

Lundi 17 mai de 9h30 à 12h30

  • 9h30 à 11h: Conférence de Jean-Marc Larrue (UdeM) en dialogue avec Suzanne Beth (McGill/UdeM): l’intermédialité à l’ère postmédiatique
  • 11h30 à 12h30: Dialogue avec Baptiste Aubert (réalisateur, UNIL): témoignage et anthropologie visuelle

Mardi 18 mai de 9h30 à 12h30

  • 9h30 à 11h: Dialogue avec Doriane Biot (UdeM): témoignage et muséologie
  • 11h30 à 12h30: Dialogue avec Chloé Galibert Laîné (réalisatrice, ENS)

Mercredi 19 mai de 9h30 à 12h30

  • 9h30 à 11h: Conférence de Bénédicte Ramade (UdeM) : témoignage et enjeux environnementaux
  • 11h30 à 12h30: Atelier avec les participants (préparation des évaluations)

Jeudi 20 mai de 9h30 à 12h30

  • 9h30 à 11h: Conférence de Johanne Villeneuve (UQÀM): La matérialité du témoignage
  • 11h30 à 12h30: Atelier avec les participants (préparation des évaluations)

Vendredi 21 mai de 9h30 à 12h30

  • 9h30 à 11h: Conférence d’Éric Méchoulan (UdeM): témoignage et traces dans Kaamelott 
  • 11h30 à 12h30: Conclusion générale par Claudia Polledri et Rémy Besson (coresponsables de l’École)

Le cinéma de Marguerite Duras dans les années quatre-vingt : un cinéma de « survivance » – 27 avril 2021

Dans le cadre de mes travaux au CRIalt, j’organise une table ronde en ligne le 27 avril 2021 de 12h à 13h (heure de Montréal) lors de laquelle interviendra Luciene Guimaraes de Oliveira (Université Laval) sur Le cinéma de Marguerite Duras dans les années quatre-vingt : un cinéma de « survivance ». La modération de cette intervention sera assurée par Margot Mellet (Université de Montréal). La séance est ouverte à tous et l’accès gratuit.

 

Lien Zoom : https://umontreal.zoom.us/j/98747837212?pwd=dm01R0hrdW8yRldYcVp1SG9YSytIUT09

ID de réunion : 987 4783 7212
Code secret : 499398

 
Résumé de l’intervention
Dans une perspective intermédiale et dans la compréhension du média comme un milieu, soit en tenant compte l’agencement des techniques, des usages et des usagers et des transferts, nous proposons d’examiner le cinéma de Marguerite Duras dans le contexte des années 1980. Étant un  cinéma pratiqué  en marge du cinéma grand public, le cinéma durassien se développe parmi ces incertitudes de l’évolution technologique, particulièrement ébranlé par les transformations de l’argentique au numérique, tel que l’émergence de la vidéo, considéré par les chercheurs comme une des « morts du cinéma ».
 
Présentation des intervenantes
Luciene Guimaraes de Oliveira a soutenu à l’hiver 2021 sa thèse de doctorat, intitulée « Le cinéma de Marguerite Duras (1970-1982) sous la perspective intermédiale : déambulation, transmédialité et opacité », à l’Université Laval, sous la direction de Julie Beaulieu. En plus du CRIalt, elle est membre du CRILCQ – Centre de recherches sur la Littérature et la culture québecoises ; et du CRIV – Communauté de recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité de l’Université Laval et Université de Rouen. Ses recherches portent sur les rapports entre cinéma et littérature dans une perspective intermédiale. Elle s’intéresse également à la traduction littéraire, se consacrant actuellement aux éditions brésiliennes de l’œuvre de Marguerite Duras.
 
Diplômée d’une maîtrise en Littératures latines et grecques, d’une maîtrise en Littératures modernes et d’une maîtrise en Humanités numériques, Margot Mellet est actuellement doctorante en Littératures de langue française à l’Université de Montréal en Recherche et Création. Elle dédie ses recherches à l’étude du palimpseste, en tant que processus d’écriture sur écriture, soit de remédiation d’un support, pour comprendre comment le média devient une instance d’énonciation littéraire. Elle est également membre étudiante du CRIalt (Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques) et coordonnatrice éditoriale de la revue Sens public. Coordonnatrice scientifique de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques, elle coordonne plusieurs projets en humanités numériques.
 

Les midis de l’intermédialité est un nouveau rendez-vous proposé par le CRIalt et destiné aux jeunes chercheuses et chercheurs (de la maîtrise au postdoctorat) désireux de faire connaître leurs travaux en lien avec l’intermédialité auprès de leurs pairs. Chaque séance se compose d’une présentation d’une vingtaine de minutes, suivie d’une discussion encadrée par une modératrice ou un modérateur invité. 


Informations : crialt.informations@gmail.com
Coordination du CRIalt:
Jenny Brasebin

Témoigner en images: École d’été (10-21 mai 2021)

C’est avec plaisir que je partage ici le descriptif et le programme de l’École d’été: Témoigner en images: intermédialité, institutions et politiques visuelles que j’organise avec Claudia Polledri dans le cadre des Écoles d’été du CÉRIUM (UdeM). Celle-ci se déroulera les matinées du 10 au 21 mai 2021 en visioconférence. Cette École est créditée comme un cours intensif (3 crédits) et le nombre de place est limitée. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous écrire: temoignerenimages.cerium@gmail.com 

Présentation :

Cette école d’été du CÉRIUM s’inscrit dans la continuité des recherches menées au Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques (CRIalt) depuis 20 ans. Elle a, en effet, pour objet différents modes de médiation du témoignage et, plus spécifiquement, leur dimension visuelle (cinéma, entretien filmé, installation, photographie, webdocumentaire). Les objets considérés appartiennent principalement à l’époque de la reproductibilité techniques, soit des premiers daguerréotypes au mitan du XIXe siècle aux plus récents dispositifs de réalité virtuelle. Des approches distinctes, parfois complémentaires, d’autres fois concurrentes, de l’expression « témoigner en images » coexistent actuellement sans toujours dialoguer entre elles. Pour certains, seuls les récits de vie des acteurs importants de l’histoire sont considérés comme tels, alors que pour d’autres, toute image fixe ou animée est perçue comme étant potentiellement un témoignage. Il arrive aussi que ces témoignages en images soient mis au service d’un récit mémoriel dominant, alors que dans d’autres cas, ils valent principalement pour leur caractère subversif lié à l’établissement d’une contre-histoire.

L’enjeu de ces deux semaines d’échanges entre étudiant-es et chercheur-es issu-es de différentes disciplines des sciences humaines vise à repenser ces découpages et/ou incompréhensions souvent d’ordre méthodologique. L’expression de « témoignage en images » mise en partage sert donc de point d’ancrage à un dialogue interdisciplinaire.

Au-delà de ce principe fondateur, il s’agira d’interpréter les relations entre images et témoignages dans une perspective intermédiale, c’est-à-dire en interrogeant les liens entre les différentes formes prises par ces témoignages en images, le rôle des technologies mobilisées pour leur conception et celui des institutions au sein desquelles ils s’inscrivent (archives, musée, salle de cinéma, tribunal, université, etc.).

Les principaux axes de questionnements seront les suivants :

  • Études portant sur des productions culturelles dans lesquelles plusieurs types de témoignages coexistent (exposition, film, webdocumentaire, pièce de théâtre, etc.);
  • Études portant sur le transfert d’un témoignage d’une forme médiatique à une autre (adaptation d’un ouvrage en film, d’une pièce de théâtre en site interactif, etc.) et/ou soulignant la réappropriation des images/paroles par d’autres acteurs sociaux ;
  • Études portant sur l’expérience des corps des témoins et des objets dans un cadre théâtral ou muséal (expérience visuelle et sonore dite immersive, par exemple) ;
  • Études portant sur l’émergence de nouveaux types de dispositifs médiatiques pour proposer un témoignage en images, que ces dispositifs soient liés au Web ou non.

Pour mener cette réflexion à son terme, différents conférenciers invités travailleront par cas en prenant en compte plusieurs contextes historiques, géographiques (Québec, France, États-Unis, Iran, Rwanda, Suisse) et culturels (autochtones/allochtones au Canada), ce qui nous conduira à faire ressortir la dimension politique de ce sujet.

Cotitulaires: Claudia Polledri et Rémy Besson

Calendrier :

Lundi 10 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Introduction générale par Claudia Polledri et Rémy Besson (coresponsables de l’École)

11h30 à 12h30: André Habib (directeur adjoint du CRIalt, UdeM), James Cisneros (directeur de la revue Intermédialités, Udem) et Caroline Bem (Saint Paul University): l’intermédialité à Montréal

Mardi 11 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Point méthodologique sur le témoignage par Claudia Polledri (coresponsable de l’École)

11h30 à 12h30: Conférence de Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne): L’objet témoin

Mercredi 12 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Point méthodologique sur l’intermédialité par Rémy Besson (coresponsable de l’École) en dialogue avec Karine Abadie (Memorial University)

11h30 à 12h30: Philippe Despoix (Udem) et Ariane Santerre (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle): Dialogue autour de Germaine Tillion et du Verfügbar aux Enfers

Jeudi 13 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Atelier avec les participant-es animé par Claudia Polledri et Rémy Besson (coresponsables de l’École)

11h30 à 12h30: Présentation des activités du CRIalt par Jenny Brasebin (coordinatrice du CRIalt, UdeM)

Vendredi 14 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Conférence de Marie Lavorel (commissaire d’exposition, UQÀM): témoignage et humanité numérique

11h30 à 12h30: Atelier avec les participants animé par Claudia Polledri et Rémy Besson (coresponsables de l’École)

Lundi 17 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Conférence de Jean-Marc Larrue (UdeM) en dialogue avec Suzanne Beth (McGill/UdeM): l’intermédialité à l’ère postmédiatique

11h30 à 12h30: Dialogue avec Baptiste Aubert (réalisateur, UNIL): témoignage et anthropologie visuelle

Mardi 18 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Dialogue avec Doriane Biot (UdeM): témoignage et muséologie

11h30 à 12h30: Dialogue avec Chloé Galibert Laîné (réalisatrice, ENS) 

Mercredi 19 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Conférence de Bénédicte Ramade (UdeM) : témoignage et enjeux environnementaux

11h30 à 12h30: Atelier avec les participants (préparation des évaluations)

Jeudi 20 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Conférence de Johanne Villeneuve (UQÀM): La matérialité du témoignage 

11h30 à 12h30: Atelier avec les participants (préparation des évaluations)

Vendredi 21 mai de 9h30 à 12h30

9h30 à 11h: Conférence d’Éric Méchoulan (UdeM): témoignage et traces dans Kaamelott  

11h30 à 12h30: Conclusion générale par Claudia Polledri et Rémy Besson (coresponsables de l’École)



Confronter l’Histoire – RIDM 2020

C’est avec plaisir que je partage sur Cinémadoc les premières lignes de l’article que je viens de publier sur la revue en ligne Hors Champ. Celui-ci porte sur les dernières Rencontres du Cinéma Documentaire de Montréal (RIDM) et plus particulièrement leur programmation intitulée Confronter l’histoire.

Confronter l’histoire – RIDM 2020

En 2020, la vingt-troisième édition des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), qui s’est tenue entièrement en ligne, a consacré une section de sa programmation au thème : Confronter l’Histoire/Disrupting History [1]. L’histoire avec une majuscule est ici considérée comme la vision du passé qui s’est imposée dans l’espace social ou, plus justement, qui a été imposée par, tout à la fois, le pouvoir politique et l’historiographie dominante. C’est, en quelque sorte, l’Histoire, comme quasi-synonyme de la mémoire collective du ou des groupes dominants. Le choix du verbe « confronter » renvoie au champ lexical de l’affrontement et du face-à-face quasi martial, sans pour autant se charger de la dimension révolutionnaire du terme subversion. Il est donc entendu et attendu des films sélectionnés dans cette section du festival qu’ils créent du dissensus, pour utiliser un mot cher à Jacques Rancière [2]. En anglais, le terme Disrupting renvoie plus à l’idée de perturber, de troubler, de brouiller, de déranger ou encore de dérégler notre lien à l’Histoire. Il y a là deux rapports loin d’être synonymes, mais qu’il n’est pas forcément pertinent d’opposer. Au contraire, il peut être intéressant de poursuivre cette piste, entre affrontement et création d’un trouble, afin de se demander quels sont les différents rapports au passé qui sont proposés dans ces documentaires. (lire la suite)

Dépôts institutionnels de textes et diffusion des connaissances

À la demande de la Fédération des milieux documentaires, j’ai le plaisir de donner une forme webinaire sur les Dépôts institutionnels de textes et diffusion des connaissances. Celle-ci aura lieu le 2 février 2021 de midi à 13h (heure de Montréal). Vous trouverez ci-dessous une courte description des enjeux de cette activité d’enseignement. Il est entendu qu’elle repose sur l’expérience accumulée au sein de TECHNÈS.

Description :

Cette formation présente un ensemble d’usages possibles des dépôts institutionnels de textes fonctionnant dans un environnement libre et ouvert permettant une meilleure accessibilité aux connaissances. En plus de revenir sur les principes à la base de la création de tels dépôts, des exemples concrets seront présentés en mettant en valeur l’intérêt de ce type de projets et les résistances au changement susceptibles d’être rencontrées. De plus, la question du dépôt sera articulée à celle de la création d’une bibliographie et à celle d’une valorisation des connaissances qui va, potentiellement, au-delà du seul partage en ligne.

Public cible :

Professionnel.le.s de la documentation principalement les personnes exerçant dans les institutions (universités, cégeps, musées, etc.) et/ou ceux.celles intéressé.e.s par les enjeux du libre accès.

Biographie :

Chargé de cours et professionnel de recherche de l’Université de Montréal dans le cadre du partenariat international de recherche TECHNÈS dont il assure la coordination scientifique, Rémy Besson a soutenu un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris). Il anime depuis de nombreuses années un carnet de recherche intitulé Cinémadoc.


Pour vous inscrire, remplissez le formulaire en ligne.

Traduire les témoignages de l’Holocauste

Le mardi 10 novembre, j’ai le plaisir de participer à un colloque en ligne portant sur « Traduire les témoignages de l’Holocauste : Une conversation entre les études sur l’Holocauste et la traductologie ». Ce dernier a été organisé par Sherry Simon de l’Université Concordia et Catherine Person de la Fondation Azrieli. 

Le panel auquel je vais prendre part est intitulé Shoah de Claude Lanzmann et la mise-en-scène de la traduction. Ce sera l’occasion de dialoguer avec une des interprètes de Shoah, Francine Kaufmann (Université Bar-Ilan), ainsi que Dorota Glowacka ( King’s College) qui a travaillé sur la présence du polonais dans les rushes du film. De mon côté, j’ai travaillé à un court métrage de réemploi à partir des rushes intitulé Dites-lui que je vais présenter sur ce carnet dans les jours qui viennent.

Voici le texte de présentation du colloque:

« Notre connaissance de l’Holocauste a été façonnée par des récits auxquels les mondes anglophone et souvent francophone ont pu accéder grâce à la traduction. Le transfert linguistique et culturel, bien qu’il soit rarement reconnu, est essentiel car il détermine comment notre histoire commune est appréhendée et commémorée. La traduction ne se réduit pas à substituer mécaniquement une langue à une autre, elle implique la définition d’un nouveau cadre à mesure que les textes passent de leur contexte d’origine à de nouvelles « écologies » de réception. Le choix du style, du ton et des termes historiques sont autant d’éléments qui déterminent la force et le lisibilité d’un témoignage.

La traduction au sens large est invoquée pour réfléchir aux pratiques de transmission entre les périodes historiques, les cultures et les genres ; elle est également essentielle pour répondre aux impératifs de l’enseignement de l’histoire de l’Holocauste aujourd’hui. »

Vous pouvez vous inscrire sur le site du colloque.

 

La fonction des photographies du ghetto de Lodz dans le montage de Baluty (vidéo)

Vous trouverez ci-dessous la vidéo de la présentation portant sur « La fonction des photographies du ghetto de Lodz dans le montage de Baluty (Claude Lanzmann, 2018) » que j’ai donnée le 9 octobre 2020 dans le cadre de la journée d’études Arrêts sur images/Breaking the Visual Flows organisée en ligne par Vincent Lavoie, Joanne Lalonde et Greice Schneider à l’UQàM (laboratoire Figura).

 

La fonction des photographies du ghetto de Lodz dans le montage de Baluty (Claude Lanzmann, 2018)

C’est avec plaisir que je poursuis mes investigation sur les archives du film Shoah (Claude Lanzmann, 1985) dans le cadre de la journée de d’études Arrêts sur images/Breaking the Visual Flows organisée en ligne le 6 octobre 2020 par Vincent Lavoie, Joanne Lalonde et Greice Schneider à l’UQàM (laboratoire Figura). Le sujet de la journée est le suivant: 

« Œuvres hypermédiatiques, photoreportages alternatifs, bandes dessinées documentaires, insertion d’images fixes dans les journaux télévisés, production de mèmes photographiques, publication de livres d’artistes, nombreux sont les réemplois à des fins documentaires, testimoniales ou simplement ludiques d’images photographiques issues du Web. Que traduisent ces tentatives de ralentissement et stabilisation des flux visuels? L’ordonnancement, la mise en récit ou l’iconisation inhérente à ces pratiques a-t-elle pour fonction de redonner une singularité aux images? Est-ce que ces «arrêts sur images» ne créent pas un antagonisme entre la dynamique des flux et la thésaurisation archivistique? Cette journée d’étude tentera quelques réponses à ces relectures de l’image fixe. »

Le titre et le résumé de ma communication sont reproduits ci-dessous:

La fonction des photographies du ghetto de Lodz dans le montage de Baluty (Claude Lanzmann, 2018).

Aussi bien dans les discours critiques que chez les chercheurs, trop souvent, quand il est question d’histoire contemporaine, la réalisation de témoignages filmés et l’usage d’archives photographiques ont été opposés. Cela est particulièrement vrai quand il est question du génocide des Juifs. Les films de Claude Lanzmann ont souvent été présentés comme reposant sur un choix radical, celui de ne faire figurer aucune archives à l’écran.  Cette absence a tantôt été considérée comme étant en lien avec les faits historiques, dont il n’y aurait pas d’images[1], tantôt comme étant lié à un choix de représentation, voire à un interdit de la représentation via une mimésis directe[2].

Il est d’autant plus intéressant de noter qu’à quelques rares reprises, des photographies apparaissent dans le cadre (c’est notamment le cas dans Shoah) ou sont montées plein cadre. Cela est particulièrement important au début (time code : 7 min 45 à 16 min) de Baluty, un des quatre épisodes de Les Quatre soeurs (63 min., 2018), qui repose sur le témoignage de Paula Biren à propos de sa vie au sein du ghetto de Lodz. Huit photographies prises dans le ghetto entre 1942 et 1944 sont montées plein cadre en quatre extraits distincts et de manières différentes (deux extraits sans aucun son, un extrait bruité, un extrait avec, en off, la voix du témoin). Ces photographies représentent Mordechai Rumkowski, le chef du Judenräte de Lodz, ainsi que l’entrée (un signe indique que l’entrée dans le ghetto est interdite aux non-juifs) et un pont entre deux parties du ghetto. Elles ont été choisies au montage pour permettre le montage du son (rythmer l’entretien, assurer la transition entre différentes séquences), mais aussi dans le but d’illustrer, de contextualiser, de compléter ou encore d’enrichir le témoignage.

Tout en offrant une typologie de l’usage des photographies d’archives dans l’ensemble des films de Lanzmann sur le génocide, cette communication reposera donc sur une étude de cas portant sur une partie de son dernier film. Le choix des huit photographies, la monstration de leur matérialité, leur articulation avec le contenu du témoignage, leur place dans le montage seront mis en évidence. L’étude du montage des photographies s’appuiera notamment une comparaison entre le film et les rushes de l’entretien avec Paula Biren[3]. Il ressort de cette analyse que ce dernier film vient complexifier le point de vue, parfois caricaturé, parfois caricatural, adopté par le réalisateur au sujet des archives visuelles du génocide.

[1] Cela a largement été remis en cause depuis quelques années. Cf. Cf. Le dossier « AHR Forum: Representing the Holocaust » dans The American Historical Review, vol. 115/ 1, février 2010 ou aux travaux de David Shneer.

[2] On ne souhaite pas ici revenir sur ce débat. On renvoie à Georges Didi-Huberman, Images malgré tout, Paris, Éditions de Minuit, 2003.

[3] Cf : https://collections.ushmm.org/search/catalog/irn1003910

Buñuel après l’âge d’or ? (2018)

C’est avec plaisir que je partage sur Cinémadoc le court texte que j’ai consacré au film Buñuel après l’âge d’or ? (2018) dans la revue en ligne du Collège de France Entre-temps. Celui-ci s’inscrit dans corpus de huit textes publiés par les membres du comité de rédaction que je vous invite à consulter directement sur le site de la revue

Buñuel après l’âge d’or ? (2018) est un documentaire animé de Salvador Simó qui est adapté d’un roman graphique de Fermín Solís, Buñuel dans le labyrinthe des tortues. Il porte sur une courte période de la biographie du réalisateur espagnol, soit principalement les années 1930 à 1932. Cela correspond à une trajectoire qui va de la polémique qui a suivi la sortie en salle de l’Âge d’or à Paris au tournage du court métrage documentaire Terre sans pain (Las Hurdes, tierra sin pan, 1933) dans les Hurdes à l’extrême ouest de l’Espagne.

Ce jeu de renvois entre le cinéma documentaire (et surréaliste!) des années 1930, le roman graphique et le film d’animation pourrait laisser croire que l’on se trouve avant tout face à une forme qui met en jeu une conception originale de l’histoire de l’art. Cela est tout à fait vrai. La reconstitution, en animation, de séquences entières de Terre sans pain, la manière dont le mythe du documentaire comme prise sur le vif du réel est déconstruit et l’intégration d’images issues du film tourné en 1932 sont particulièrement réussies. Toutefois le film ne se limite pas à cela et propose, par touches, un ensemble d’échos entre les conditions de production du film de Buñuel et l’état de la société espagnole en pleine crise économique. Enfin, certaines séquences d’animation s’éloignent de la reconstitution pour donner à voir les rêves et les souvenirs de Buñuel. En intégrant ces séquences oniriques, ce documentaire animé invite le spectateur à réfléchir et à ressentir quelque chose de l’ordre d’une histoire de l’imaginaire.