Archives de catégorie : Agenda

annonces, programmes de colloques et autres manifestations, soutenances, dates de cours, etc.

Conférence d’Iwona Kurz « Propaganda pictures and Afterimages », 26/01

Ce jeudi, 26 janvier, de 16h à 18h, une conférence spéciale a lieu à l’IHTP (59 rue Pouchet, 75017). La chercheuse polonaise, Iwona Kurz, fera une intervention sur le thème suivant :

« Propaganda Pictures and Afterimages. Visual Memory of Auschwitz in Poland »
Year 1989 makes a borderline for many changes and phenomena of Polish culture. It marks also shift in common memory resulting both from new perspectives in politics of the state and from universal factors, most of all – time. Memory of Auschwitz is nowadays not memory, or even not post-memory as Marion Hirsch coined it – it is rather pulp memory consisting of recurring media images and associations. The topic of Auschwitz, as both site of Shoah and place of suffering of thousands prisoners, is still present in public debate in Poland. In my talk I would like to confront official image of the former camp (posters, media coverage), responses of individuals to it (e.g. You Tube clips), and chosen works of Polish visual artists (Żmijewski, Bałka, Libera, Althamer). My aim is to point specific clusters of memory, its iconic props and figures (gate, stripped uniform, barbered wire, gas chamber) and their meaning in nowadays imaginary.

Iwona Kurz, PhD – head of Department of Film and Visual Culture in the Institute of Polish Culture at University of Warsaw. Main field of interests: gender studies, history of Polish culture of XX century in visual studies perspective, anthropology of body and everyday life, anthropology of visual culture. Author of Twarze w tłumie [Faces in the Crowd. Views of the heroes of collective imagination in Polish culture 1955-1969; Bolesław Michałek Award for the best film studies book in 2005; Nike (Literary Award): short-listed for the best book in 2005], co-author of Obyczaje polskie. Wiek XX w krótkich hasłach [Polish Everyday Culture. 20th Century in Short Entries, 2008], editor of Film i historia. Antologia [Film and History. Anthology, 2008], Antropologia ciała. Wybór tekstów i zagadnienia [Anthropology of Body, 2008].

Voir aussi : http://culturevisuelle.org/cinemadoc/2011/05/15/history-memory-identity/

Master class Amos Gitai – 13/01


La 3ème master class du séminaire “Figurations cinématographiques de l’histoire” se déroulera ce vendredi 13 janvier 2012, au Jeu de Paume, de 16h à 18h30.

Pour cette séance, nous accueillerons le réalisateur israélien Amos Gitai.

Depuis 1972, Amos Gitaï développe à partir de formes filmiques, théâtrales et artistiques des pistes de réflexion variées (histoire personnelle et familiale, politique, religion, adaptation littéraire…). Les métaphores architecturales et archéologiques jalonnent son travail, dans lequel il met en scène de nombreux « jeux d’échelles ».

Cette master class sera notamment l’occasion d’appréhender la manière dont peuvent s’articuler expérience de guerre et cinéma, à partir des séquences de film qu’il a tournées en 1973 et intitulées Images de guerre et d’extraits du long-métrage Kippour (2000).

Il s’agira également de questionner les notions de trace et d’archive, qui sont au centre de son travail.

Voir les informations pratiques sur le site du Jeu de Paume.
La séance sera coordonnée par Fanny Lautissier et Christian Delage.

Photo : Dan Bronfeld.

Séminaire d’histoire orale – signalement

Le séminaire de l’EPHE, Histoire orale, archives orales, patrimoine oral organisé par Florence Descamps a lieu chaque mercredi matin depuis le 2 novembre 2011. Comme chaque année, dans le cadre de celui-ci, plusieurs séances seront consacrées spécifiquement aux témoignages oraux filmés.

Mercredi 4 janvier 2012 : Entendre et voir la parole (F. Descamps).

Mercredi 11 janvier 2012 : De la parole filmée au film monté : le cas de Shoah de Claude Lanzmann (Rémy Besson, EHESS).

Mercredi 25 janvier : Les entretiens filmés du Comité d’histoire de la TV (Claire Mascolo, INA). » lire la suite.

Le sujet de l’intervention du 11 janvier sera le suivant:

De la parole filmée au film monté : le cas de Shoah de Claude Lanzmann :

Shoah (1985) est un film dont le sujet est à la fois le génocide des Juifs (1941-1945) et la mémoire de celui-ci, entre le milieu des années 1970 et le début des années 1980. Il ne contient pas d’images en mouvement contemporaines de la première période, intégrant uniquement des images tournées durant la seconde (1975-1981). De plus, aucun commentaire en voix-off, qui viendrait expliciter ces images, ni musique, ne sont ajoutés. Seules les paroles d’acteurs de l’histoire : témoins polonais, Juifs persécutés et Allemands persécuteurs, recueillies lors d’entretiens, sont données à entendre. Si ce film peut ainsi produire l’impression d’une absence de mise en intrigue, en fait, celle-ci est très présente et le montage a constitué une phase essentielle de la réalisation de Shoah. Les archives disponibles au Musée Mémorial de l’Holocauste à Washington (USHMM) permettent d’appréhender le travail de montage mené par Claude Lanzmann et Ziva Postec entre 1979 et 1985. Lors de cette séance, à travers quelques études de cas, les différentes étapes du processus de réalisation seront étudiées et discutées.

Masterclass « John Ford, Samuel Fuller, George Stevens : de Hollywood à Nuremberg » – 25/11


La 2ème séance des masterclass « Figurations cinématographiques de l’histoire » se déroulera au Jeu de Paume, vendredi 25 novembre 2011, 16h-18h.« L’archive cinématographique et le travail de montage. À propos du montage en cours du film JOHN FORD, SAMUEL FULLER, GEORGE STEVENS : DE HOLLYWOOD À NUREMBERG »
avec Christian Delage, historien et réalisateur, et en présence d’Isabelle Poudevigne, monteuse.

En quoi la connaissance de l’histoire peut-elle s’enrichir du passage d’une forme d’écriture à l’autre ? Comment, à partir d’un matériau déjà montré dans une exposition, construit-on une autre forme de narration, en réalisant un documentaire ? Qu’est-ce que le travail à la table de montage permet de découvrir, de recomposer, de mettre en valeur ? Le film John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, de Hollywood à Nuremberg, actuellement en cours de montage, porte sur l’expérience de guerre de trois cinéastes américains et la manière dont ils ont rendu compte par l’image des combats et des violences dont ils ont été les témoins dans le Pacifique, en Afrique du nord et en Europe de l’ouest, entre 1941 et 1945. Deux d’entre eux, Ford et Stevens, étaient des professionnels confirmés et leurs images, passées de la fiction au  documentaire, ont été validées comme preuves à Nuremberg. Le troisième, Samuel Fuller, est devenu cinéaste pendant la guerre, et c’est son œuvre de fiction qui a été imprégnée de cette expérience fondatrice.

Depuis une dizaine d’années, les recherches de Christian Delage portent sur le statut de médiation et de preuve des images animées, particulièrement celles prises pendant la Deuxième Guerre mondiale et celles présentées lors des grands procès internationaux. Elles ont abouti à la publication d’un livre, La Vérité par l’image. De Nuremberg à Milosevic (Denoël, 2006), à la réalisation d’un film, Nuremberg. Les nazis face à leurs crimes (Arte, 2006), à l’écriture du parcours historique permanent d’un Mémorial (Compiègne, 2008) et à la conception d’une exposition, Filmer les camps (Mémorial de la Shoah, 2010).

Corps politique – 8 novembre 2011 (signalement)

Dans le contexte de la sortie au cinéma aussi bien de L’Exercice de l’état de Pierre Schoeller, que des Marches du pouvoir de et avec Georges Clooney (voir billet précédent), une séance du séminaire Passages de l’Université Paris Ouest – Nanterre portera sur la notion de Corps Politique. La dernière intervention sera consacrée par la philosophe Simone Paterman à une étude du corps dansant et des gestes du danseur menée à partir de l’étude d’une séquence du film de Wim Wenders, intitulé Pina.

Programme complet :

17h – Introduction
Anne-Violaine Houcke (doctorante en Etudes cinématographiques) et Marine Branland (doctorante en Histoire de l’art contemporain)
17h20 – Sabrina Valin (doctorante en Histoire de l’art moderne, Paris Ouest Nanterre)
17h45 – Gerrit Berenike Heiter (doctorante en Arts du spectacle, Paris Ouest Nanterre/ Université de Vienne-Autriche)
18h10 – Simone Paterman (doctorante en Philosophie, Paris VIII-St. Denis)
18h35 – Pause
18h45 – Débat animé par Christian Biet (Professeur en Arts du spectacle, Paris Ouest)

Masterclass autour du film Diary – 16 novembre 2011

Yael et David Perlov lors du montage de Diary« Les Masterclass qui se dérouleront au Jeu de Paume entre novembre 2011 et février 2012 procèdent de deux principes : inviter des professionnels du cinéma et trouver une forme adaptée à l’exposé, la projection d’images et la discussion. Au cours de ce cycle, cinq professionnels évoqueront la manière dont leurs expériences, artistiques et personnelles, ont contribué à la construction d’une figuration cinématographique de l’histoire, à travers des dispositifs différents. » (C. Delage)

Le mercredi 16 novembre entre 16h et 18h, la première séance aura pour invitée Yael Perlov, monteuse, et sera consacrée au film Diary 1973-1983 (312 min.) de David Perlov. Yael Perlov travaille à la conservation et à la valorisation des films et photographies de son père. Plusieurs extraits du film seront diffusés et commentés. Une attention particulière sera portée à la manière dont les séquences ont été tournées, le commentaire écrit et le film monté.

En attendant cette séance vous pouvez consulter, l’article d’Ilana Feldman et Cleber Eduardo intitulé Affective Sceneries – Diaries of David Perlov ( consultable en ligne) et plus largement le site dédié au réalisateur.

Cette séance est coordonnée par Christian Delage, Simone Paterman, Rémy Besson et Fanny Lautissier. Elle se déroulera à l’auditorium du Jeu de Paume (1 place de la Concorde, Paris), le mercredi 16 novembre à 16 heures.

Approches historiennes des images animées – 2011/2012

Entre le jeudi 6 octobre 2011 et le 19 janvier 2012, vous pourrez participer au séminaire Approches historiennes des images animées (EHESS) qui se composera d’une partie propédeutique et d’une série de Masterclass, qui se dérouleront au Jeu de Paume. Les informations relatives à ce séminaire trouveront leur place sur Cinémadoc en lieu et place de celles liées à l’atelier sur les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire (2008-2011).

« Longtemps perçu comme un simple miroir de l’actualité ou du passé, le cinéma participe pleinement, aujourd’hui, aux débats sur les différentes manières et les enjeux problématiques de l’écriture historique. Il peut, souvent, aider les historiens à saisir des mutations temporelles complexes et propose, en permanence, des récits qui contribuent à une meilleure compréhension des faits et des événements survenus. Un film ne s’inscrit jamais dans un univers déconnecté de toute référence. Il possède même de nombreuses marques d’historicité, signes, entre autres, du caractère collectif de sa production, de sa mise en œuvre et de ses usages. » (lire la suite).

Jeudi de 9 h à 12 h (INHA, salle Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, 2 rue Vivienne 75002 Paris), du 13 octobre 2011 au 19 janvier 2012.

Séminaire co-organisé par Christian Delage (Professeur à Paris8-IHTP) et Rémy Besson (doctorant contractuel EHESS).

Archives et mémoires visuelles : Andrei Ujica – 10 juin 2011

Masterclass Séance n°4La quatrième Masterclass de ce second cycle aura lieu le vendredi 10 juin 2011, de 15h30 à 17h30, dans l’Auditorium du Jeu de Paume.

Cinéaste d’origine roumaine, Andrei Ujica a réalisé entre 1992 et 2010 une trilogie abordant la fin du communisme sous l’angle des relations entre médias et pouvoir politique : Vidéogrammes d’une révolution (co-réalisé en 1992 avec Harun Farocki), Out of the Present (1995) et L’Autobiographie de Nicolae Ceausescu (2010).
Trois compositions à partir d’archives filmées préexistantes, de la vidéo sauvage à la production officielle. Trois considérations sur l’histoire, de l’emballement temporel de l’événement (la « révolution » roumaine de 1989), aux vingt-cinq ans de dictature du Conducător, en passant par les dernières années de l’URSS. Trois appropriations cinématographiques d’une mémoire récente, sur lesquelles nous aurons l’occasion de nous interroger lors de la quatrième séance de « Figurations cinématographiques de l’Histoire », au cours de laquelle seront présentés des extraits de ces trois films.

La séance se déroulera en présence du réalisateur et sera modérée par Stéphanie Louis et Alina Popescu. Vous pouvez également consulter un précédent billet de Cinémadoc présentant la séance à venir.

History, Memory, Identity – 1er et 2 juin 2011

À partir de recherches menées sur des musées-mémoriaux français et polonais, cette journée d’étude portera sur les enjeux auxquels les historiens (et plus généralement les praticiens des sciences sociales) se trouvent confrontés quand ils participent à la conception d`espaces muséographiques. Il s’agira de discuter du rôle de l’historien dans les rapports qu’il noue ainsi avec des partenaires institutionnels et professionnels, tant sous un angle technique (architectes, graphistes, scénographes) que politique (administrations, autorités locales, fondations, etc.).  La place centrale que ces lieux occupent dans l’espace public de leurs pays respectifs invite, en effet, à interroger à nouveaux frais la question du rôle social de l’historien et les modalités de ses interventions hors de l’espace académique. En somme, comment un historien peut-il s’impliquer dans un projet de musée-mémorial ? Quelles sont les contraintes auxquelles il se heurte (politiques, historiques et techniques) et comment peut-il y apporter une réponse pratique ?

Cette rencontre se composera de deux parties : plus réflexive, la première journée permettra d’aborder les questions relatives aux usages et mésusages des dispositifs audiovisuels, dont le rôle, aujourd’hui prépondérant dans les musées-mémoriaux, n’est pas toujours problématisé. Dans ce cadre, des communications de chercheurs et de doctorants s’articuleront avec des interventions de professionnels qui reviendront sur leurs expériences concrètes lors de la conception d’expositions. Ces présentations complémentaires permettront de saisir au mieux les enjeux auxquels se trouvent confrontés les historiens, quand ils participent à la mise en place de ces nouveaux musées : comment transformer un discours savant en une continuité narrative scénographiée ? comment mettre en scène des archives – scripturaires et visuelles – qui restent ailleurs la plupart du temps cachées dans les notes infrapaginales ?

La seconde partie de cette journée d’étude consistera en une table ronde réunissant universitaires et responsables de musées, et permettra d’appréhender les aspects institutionnels et politiques liés à la mise en place de ces musées-mémoriaux. Si la première journée vise à étudier les rapports entre historiens et professionnels, la seconde visera à une meilleure compréhension du rôle des politiques et, au-delà, du politique dans ces projets, ce qui conduira à poser pragmatiquement la question de l’articulation entre histoire et mémoire.

La journée d’étude se déroulera à Varsovie le 1er et 2 juin 2011.

Day 1. Narratives, Spaces and Images of Memory.

9.oo

Opening. Welcome speech by Prof. Leszek Kolankiewicz, Director of the Institute of Polish Culture

  • Christian Delage (Paris 8/EHESS-IHTP): Writing the Narrative of a Memorial: the Case of Compiègne.
  • Ewa Klekot (UW): Visiting the Warsaw Royal Castle – WWII Destruction and a Question of Authenticity.

10. 3o

 

  • Geneviève Zubrzycki (University of Michigan/Ehess): Memory and Collective Identity in Museum Spaces outside Museums.
  • Marcin Napiorkowski (UW): Creation and Reconstruction of History from the Perspective of Anthropology of Things. The Case of the Warsaw Rising Museum

12.oo

  • Mirosław Nizio (Nizio Design International): Spaces of Memory. Representing History (presentation of architecture/design works).

13.oo–14.3o Lunch Break

14.3o

  • Maud Guichard (EHESS): Between the National and the International: the Non-Space of the Judaica Gallery at the National Museum in Krakow.
  • Barbara Kirshenblatt-Gimblett (Museum of the History of Polish Jews/ NYU): Restoring History to Memory: Museum of the History of Polish Jews

16.oo

  • Rémy Besson (EHESS): Claude Lanzmann’s Shoah, a Memorial?
  • Agnieszka Pajaczkowska (UW): Memory in Photographs. Identity Photos from the Museum Auschwitz-Birkenau.
  • Iwona Kurz (UW): Life after Life. Usage of Auschwitz Chronicles in the Museum Auschwitz-Birkenau

Day 2. Museums of History: Representation, Memory, Politics.

Round Table Discussion (in French/Polish with translation)

Venue: History Meeting House, UW, Karowa Street 20

 

15.oo­–18.oo

 

Isabelle Backouche (Ehess)

Christian Delage (Paris 8/Ehess-IHTP)

Paweł Machcewicz (Museum of WWII)

Dariusz Gawin (Museum of Warsaw Rising)

Jacek Leociak (Museum of the History of Polish Jews)

Katarzyna Madoń-Mitzner (History Meeting House).

Moderator: Paweł RODAK (UW)

Comité d’organisation : Rémy Besson (Ehess), Christian Delage (Université Paris-VIII//Ihtp), Dorota Jurkiewicz-Eckert (Université de Varsovie), Iwona Kurz (Université de Varsovie), Morgane Labbé (Ehess), Paweł Rodak (Université de Varsovie).

La Shoah au prisme des médias (signalement)

La Shoah au prisme des médias est un colloque interdisciplinaire organisé par le CIERA, le Duitsland Instituut Amsterdam, Center for German Studies at the Hebrew University of Jerusalem et le Goethe Institut, qui se tiendra à Paris entre le 29 juin et le 2 juillet 2011.

« Aucun autre événement historique ou presque n’a été autant médiatisé et sous des formes aussi multiples que la Shoah. Le commerce médiatique du souvenir est particulièrement florissant et il produit en continu de nouveaux supports qui trouvent un écho important auprès du grand public. La « maîtrise du passé » suscite un intérêt tel que, par-delà la télévision et le cinéma, on observe comment le phénomène se manifeste également à travers d’autres médias, en Europe et aux Etats-Unis. (…) Accueillant des chercheurs provenant d’espaces culturels et disciplinaires variés, le colloque est construit autour de quatre sessions : cinéma et télévision, littérature, arts plastiques et musique, historiographie et commémoration. » Lire la suite

La conférence inaugurale intitulée Le Lieu malgré soi se tiendra le 29 juin et sera délivrée par Georges Didi-Huberman (auteur entre autres du Lieu malgré tout et d’Image malgré tout).