Archives de catégorie : Agenda

annonces, programmes de colloques et autres manifestations, soutenances, dates de cours, etc.

Visions du communisme. Les cultures visuelles dans l’histoire (signalement)

Le vendredi 20 mai 2011 de 14h30 à 16h30, se tiendra la première séance du séminaire Vision du communisme. Les cultures visuelles dans l’histoire co-organisé par Nadège Ragaru et Antonela Capelle-Pogăcean (CERI-Sciences-Po), qui a pour “vocation à interroger les usages historiens et anthropologiques des sources visuelles (photographie, cinéma, théâtre, caricatures, cartographie, …) à travers des réflexions croisées sur les communismes est-européens. Chaque séance verra une intervention sur cet espace-temps discutée par un chercheur explorant les cultures visuelles depuis d’autres terrains.”

Cette séance sera consacrée à un état des sources de La Photographique dans l’Albanie communiste. La présentation de Gilles de Rapper ( chercheur à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, CNRS) et Anouck Durand (photographe et plasiticienne) sera discutée par Nora Mathys (Université de Bâle), dont la thèse de doctorat consacrée à « Amitié photographique: Visualisation de l’intimité et de communauté dans les albums de photos privées en Suisse (1900-1950) » sera soutenue en juillet 2011.

CERI Sciences Po. Salle du Conseil, 4ème étage, 56, rue Jacob, 75006 PARIS. Contacts : ragaru@ceri-sciences-po.org et capellepogacean@ceri-sciences-po.org

Photographie de Mihal Vithkuqi ©. Légende: Tirana, 1975.

oeuvres en morceaux – 24 mai 2011

Œuvres en morceaux – dé(con)structions / (re)constructions

Le mardi 24 mai de 18 à 20h. en salle Fabri de Peiresc à l’INHA (2 rue Vivienne, Paris), se tiendra une séance du séminaire doctoral « Techniques et emprunts » de l’équipe Histoire des Arts et des Représentations (Paris Ouest Nanterre La Défense) organisé par Anne-Violaine Houcke et Gabriel Gee. Vous trouverez ci-dessous une présentation et le programme de cette séance, durant laquelle vous pourrez entre autres assister à une intervention de Stefanie Baumann sur l’Atlas Group de Walid Raad et de Joke de Wolf intitulée, Comment les photographies des rues parisiennes (1865-1868) de Charles Marville ont été bouleversées par l’histoire.

Andreas Huyssen – 21 avril 2011 (signalement)

Le 21 avril à 18h30, dans le cadre d’un programme de conférences organisé par le centre de l’Université Columbia à Paris, Andreas Huyssen (Columbia University) dont j’avais ici présenté un article, proposera une communication intitulée : Transnational Uses of Holocaust and Colonialism Discourses. Cette intervention se fera en anglais au Columbia Global Centers, dans la grande salle du Reid hall (4 rue de Chevreuse, Paris 6°). Pour réserver votre place il suffit de cliquer ici.

Séance du 20 avril : conclusion autour de la réception de Shoah

La dernière séance de l’atelier se tiendra ce mercredi 20 avril, de 18h à 20h, au bureau du CEHTA, à l’INHA.

Je vous présenterai la manière dont j’appréhende – dans le cadre de mon travail de thèse – les productions de récits dans la presse française et américaine portant sur le film Shoah, entre avril 1985 et juillet 19871. Le principe à la base de ce travail est de ne pas considérer ces écrits comme des sources permettant d’appréhender le processus de création du film, mais de les étudier comme des récits à analyser en tant que tels. La première borne chronologique correspond à la première diffusion du film en salle et la seconde à sa première diffusion à la télévision en France. Entre ces deux dates, le film a également été diffusé aux États-Unis.

Il s’agira de comprendre et de discuter ensemble l’influence de ce premier temps de la réception sur la construction du récit du film. Ainsi la question de l’articulation entre fiction et documentaire se déplacera de la forme cinématographique aux productions de récit postérieures à la diffusion du film. On se demandera ainsi quels termes ont été choisis par les journalistes pour désigner le film : documentaire ? non-fiction ? fiction de réel ? œuvre d’art ? chef-d’œuvre ?  Ces termes constituent autant de désignations concurrentes du film Shoah. Au-delà de cette question, on s’interrogera sur ce dont parlent les journalistes qui ont à rendre compte du film.  Au sujet de quels protagonistes  du film écrivent-ils ? Quelle place accordent-ils au réalisateur dans leurs récits ? Quels thèmes ont particulièrement retenu leur attention ? Quels micro-récits circulent entre les différents articles ? Quels différences existent entre la France et les États-Unis? Des lignes éditoriales singulières peuvent-elles être identifiées et avec quelles significations ?

On abordera ces questions à partir d’articles publiés aussi bien dans Libération et Le Monde, que dans le Washington Post et le New York Times. Ces publications sur le film, dont il m’a été possible de reconstituer l’intégralité durant cette période, seront mises en regard avec d’autres journaux français (des Cahiers du Cinéma à Télé 7 jours) et américains. J’apporterai des copies de ces articles et vous présenterai la manière dont je les ai collectés, puis les choix opérés dans le cadre du dépouillage de ces sources.

  1. mises en regard avec les cas allemands, polonais et italiens si nous avons le temps []

Séance du 6 avril : face à l’archive – Laurent Véray

Le mercredi 6 avril de 18h à 20h, l’avant-dernière séance de l’atelier verra l’historien et réalisateur Laurent Véray (Paris Ouest) présenter un travail de réflexion et de création mené autour d’un film amateur datant de la Grande Guerre, déposé à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) sous le nom d’ « Attaque à la baïonnette au Bois le Prêtre (1915) ». L’historien explique, “ce film fait actuellement l’objet de la réalisation d’un webdoc, qui est le résultat d’un séminaire de M2 du département des Arts du spectacle, intitulé « Face à l’archive : entre histoire, documentaire et fiction », invitant les étudiants à un travail de création et d’interprétation autour d’une archive datant de la Grande Guerre. Il s’agit pour eux de produire un objet filmique court à partir de ces images en prenant en compte leur dimension historique et esthétique et en les confrontant à d’autres documents (iconographiques, sonores, textuels…). Le séminaire sollicite le regard d’historiens, d’archivistes, de philosophes, d’artistes dont les interventions permettront d’éclairer la signification de l’archive, de réfléchir à sa force suggestive et ainsi de guider les choix de montages associant diverses écritures du passé.”

En attendant la séance, vous pouvez consulter la note publiée sur Cinémadoc portant sur L’imprévu cinématographique, ainsi que, par exemple, l’article de Laurent Véray, dans Une histoire mondiale des cinémas de propagande, “Le cinéma de propagande durant la Grande Guerre : endoctrinement ou consentement de l’Opinion?” (Edts Nouveau Monde, 2008) ou encore, le numéro 89-90 de Matériaux pour l’histoire de notre temps, intitulé “Ecritures filmiques du passé : archives, témoignages, montages” (BDIC, 2008).

Entre fiction et documentaire. Autour de Lou Ye – 8 avril 2011

Figurations cinématographiques et régimes d’historicité
le 08 avril 2011 15h30 – 17h30
Auditorium, Jeu de Paume, 1 place de la Concorde, 75008 Paris

Pour l’historien, un film ne s’inscrit presque jamais dans un univers déconnecté de toute référence. Il possède même de nombreuses marques d’historicité, signes, entre autres, du caractère collectif de sa production, de sa mise en œuvre et de ses usages. Les efforts effectués, ici ou là pour favoriser une approche méthodique de lecture des films, ont contribué à leur appropriation par les chercheurs. Leur usage se répand désormais dans des travaux dont ils ne sont pas la source principale, tout en privilégiant, dans leur lecture, les exigences d’une analyse scientifique.
Les Masterclass procèdent de deux principes : inviter des artistes et des professionnels ; trouver une forme adaptée à l’exposé, la projection d’images et la discussion qui, tout en se situant à un niveau d’exigence universitaire, offre un espace de rencontre informel. Il s’agira de montrer, à partir de ce dispositif, la manière dont le cinéma peut donner une place au spectateur, sans pour autant opposer démarches documentaires et créations fictionnelles, et comment, en retour, nous pouvons exercer une activité réflexive sur les régimes d’historicité des films.

Lou Ye - Nuit d'ivresse printanière

> Séance 3 : “Poétique des images, censure cinématographique et liberté de création dans la Chine contemporaine”
Rencontre avec Lou Ye, présentaion par Anne Kerlan, chercheuse à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (CNRS)

Lou Ye (né en 1965 à Shanghai) est un réalisateur à part dans la production cinématographique contemporaine, tant par les thèmes abordés dans ses films que par ses choix esthétiques. C’est ainsi que Suzhou River (2000) ou Purple Butterfly (2003) investissent le genre du film noir tout en explorant de façon très personnelle la relation entre la réalité et les images qui la restituent, images numériques pour Suzhou River, images d’archives pour Purple Butterfly, qui se passe durant la guerre sino-japonaise. Cette exploration des possibilités esthétiques du cinéma se poursuit avec Nuit d’ivresse printanière (2009), film construit autour d’un poème chinois ancien qui lui donne son titre. La relation de l’image à la poésie et son mode particulier d’évocation des émotions constitue une proposition formelle tout à fait passionnante.
Lou Ye est un des jeunes cinéastes chinois qui a rencontré le plus de problème avec la censure cinématographique de son pays. Celle-ci s’est manifestée dès son premier film mais a pris une tournure particulièrement sévère avec Une jeunesse chinoise (2006), seul film chinois à oser évoquer les événements de Tiananmen et la façon dont ceux-ci ont marqué à jamais le destin d’une génération de jeunes. Le film a valu au réalisateur une interdiction de tourner de cinq années et son film suivant, Nuit d’ivresse printanière a été tourné clandestinement. Toujours sous le coup de cette interdiction, Lou Ye tourne actuellement en France un long métrage avec Tahar Rahim, une adaptation de Bitch, célèbre roman chinois de Jie Liu-Falin, interdit en Chine mais largement diffusé sur Internet.

Séance du 16 mars 2011 – Histoire et littérature

Le mercredi 16 mars  (18h-20h bibliothèque du CEHTA à l’INHA), comme chaque année dans le cadre de l’atelier sur les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire, une séance un peu hors-cadre sera consacrée à des objets qui ne sont pas visuels. L’idée est que si les objets diffèrent, les questionnements sont souvent les mêmes. En 2008, Sabina Loriga avait présenté un papier sur les usages de l’anachronisme et, l’année dernière, Felipe Brandi son travail sur l’historien Georges Duby.

Cette année, il s’agit de questionner les liens entre histoire et littérature, de la manière dont on s’interroge habituellement sur les liens entre histoire et cinéma. Sophie Milquet, doctorante de l’Université Libre de Belgique, présentera son travail visant à “comprendre de quelle manière la fiction romanesque peut être considérée comme un “lieu de mémoire”, en prenant pour support de réflexion Ana Non d’Agustin Gomez-Arcos (1977). Le roman se centrant sur les vaincus de la guerre civile espagnole, la notion de Pierre Nora sera à comprendre en un sens particulier, puisqu’elle est ici l’expression d’une mémoire non-institutionnalisée, longtemps confinée au silence. Il s’agira d’explorer les modalités concrètes selon lesquelles le roman devient un lieu de mémoire, en nous attachant aux représentations, mais aussi à l’esthétique déployée.”

Un rebond entre Nora et Ricoeur sera fait par Florence Botello (doctorante à Paris IV). Née d’une réflexion commune, cette communication historiographique tendra à interroger les usages et mésusages de la pensée du philosophe Paul Ricoeur sur l’histoire. Comme elle l’explique, “les travaux de Paul Ricoeur sont au cœur des réflexions sur la narrativité et sur la mémoire, tant du côté des historiens que des littéraires. Il semblerait même, au regard des études de ces dernières années (colloques, articles, introductions de thèse…) que la référence au philosophe soit devenue un passage obligé des sciences humaines. Sans aucunement remettre en question la pertinence d’une telle autorité et l’apport incontestable des travaux de l’épistémologue, cette courte intervention aura pour objectif d’interroger cette référence, en posant la question des modes intellectuelles, de la manière dont elles se manifestent dans les études scientifiques, et des stratégies auxquelles leur adhésion ou leur contestation peuvent répondre.”

Afin de préparer la séance, je vous invite à vous replonger dans Lieux de mémoire (Nora), dans La Mémoire, l’histoire, l’oubli (Ricoeur), Histoire Littérature Témoignage (Jouhaud, Ribard et Schapira) ou dans la biographie, tout juste publiée, intitulée Pierre Nora, Homo Historicus (Perrin, 2011), de François Dosse.

Conférence de Vanessa Schwartz – 18 mars 2011 (signalement)

Je me permets de signaler la conférence de Vanessa Schwartz (Professeur à University of Southern California) sur le thème : Mobilité, technologie et esthétique cinétique à l’époque des avions à réaction. Organisée par le Centre d’études et de recherche sur l’histoire et l’esthétique du cinéma (CERHEC, Paris 1), elle se déroulera le vendredi 18 mars 2011 à 16h. à l’INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris), en salle Jullian.

Cette actualité me permet de vous signaler également la publication du numéro 26 de la revue Etudes Photographiques dont Vanessa Schwartz a co-écrit l’éditorial avec Christian Delage et Thierry Gervais, ainsi qu’un article portant sur les origines du paparazzi et le festival de Cannes.

Afin d’assister à cette séance il est souhaitable de s’inscrire avant le 12 mars 2011 auprès de Sylvie Lindeperg (sylvie.lindeperg@gmail.com) ou de Dimitri Vezyroglou (dimitri.vezyroglou@gmail.com).

Séance du 2 mars 2011 – Port of memory

Le mercredi 2 mars (18h-20h, bureau du CEHTA) plusieurs membres du Groupe de recherche sur le cinéma du Moyen-Orient (Ciné-MO qui vient de se doter d’un carnet de recherche sur Culture Visuelle) : Sabine Salhab (Univ.Paris 1), Laure Fourest (EHESS) et Fanny Lautissier (Lhivic, EHESS), présenteront un premier état de leurs recherches collectives. La séance s’articulera autour d’une étude de cas  –  le film Port of memory, du réalisateur palestinien Kamal Aljafari (63′, 2009) – et des différents axes – études historiennes, histoire du cinéma, études cinématographiques – possibles à partir d’une même forme visuelle.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=GcqjtRuPvus[/youtube]

Ce film a pour cadre le quartier d’Ajami à Jaffa et aborde la question des expropriations et de l’effacement, dans le temps et l’espace, des traces de la présence palestinienne dans cette partie de Tel-Aviv. Ses séquences lentes et répétitives sont également le lieu de diverses formes de ré-emploi d’images provenant d’autres sources visuelles (cinéma, télévision). Il s’agira alors de questionner les différentes manières dont ces images sont insérées dans le film.


Capture d’image issue de Port of memory, de Kamal Aljafari et al., 2009 : Diffusion d’une “Vie de Jésus” à la télévision.

Plusieurs extraits du film seront diffusés et les trois chercheuses reviendront sur les modalités de figuration de ce processus d’effacement. Elles croiseront leurs méthodes d’analyse dans une perspective transdisciplinaire en  étudiant une des séquences du film, contenant des citations de la comédie musicale israélienne Kazablan (122′,1974)  et du film d’action The Delta Force (129′,1986), tous deux réalisés par Menahem Golan.

Entre fiction et documentaire. Autour de Ce cher mois d’août de Miguel Gomes – 4 mars 2011

Figurations cinématographiques et régimes d’historicité
le 04 mars 2011 16h00 – 18h00
Auditorium, Jeu de Paume, 1 place de la Concorde, 75008 Paris

Pour l’historien, un film ne s’inscrit presque jamais dans un univers déconnecté de toute référence. Il possède même de nombreuses marques d’historicité, signes, entre autres, du caractère collectif de sa production, de sa mise en œuvre et de ses usages. Les efforts effectués, ici ou là pour favoriser une approche méthodique de lecture des films, ont contribué à leur appropriation par les chercheurs. Leur usage se répand désormais dans des travaux dont ils ne sont pas la source principale, tout en privilégiant, dans leur lecture, les exigences d’une analyse scientifique.

Les Masterclass procèdent de deux principes : inviter des artistes et des professionnels ; trouver une forme adaptée à l’exposé, la projection d’images et la discussion qui, tout en se situant à un niveau d’exigence universitaire, offre un espace de rencontre informel. Il s’agira de montrer, à partir de ce dispositif, la manière dont le cinéma peut donner une place au spectateur, sans pour autant opposer démarches documentaires et créations fictionnelles, et comment, en retour, nous pouvons exercer une activité réflexive sur les régimes d’historicité des films.

Masterclass Séance n°2

Capture d’écran issu du DVD de Ce Cher mois d’août, M. Gomes et al.

> Séance 2 : “Entre fiction et documentaire. Autour de Ce cher mois d’août de Miguel Gomes”
Avec Vasco Pimentel, ingénieur du son
Modératrices : Constance Ortuzar et Simone Paterman

Le deuxième long-métrage du réalisateur portugais Miguel Gomes, Ce cher mois d’août (2008), est un film hybride, articulé autour d’une fiction mélodramatique, qui mélange les genres du documentaire et de la fiction en jouant avec leurs codes respectifs et les dispositifs cinématographiques qui les caractérisent. À la fois réflexion sur la narrativité et exploration de l’ambiguïté des genres en cinéma, Ce cher mois d’août est une proposition cinématographique inhabituelle écrite et tournée en deux étés distincts, suite à des contraintes matérielles et financières. Vasco Pimentel, ingénieur du son, reviendra sur les conditions d’écriture et de tournage du film, qui mettent en perspective la manière dont l’équipe de réalisation a travaillé à l’effacement des frontières entre fiction et documentaire.

En attendant la séance, vous pouvez lire ou relire  sur Critikat l’article portant sur le film.

>”Figurations cinématographiques et régimes d’historicité : séminaire organisé, sous la direction de Christian Delage, historien et professeur à l’université Paris 8, par les étudiants-chercheurs Rémy Besson, Stéphanie Louis, Constance Ortuzar, Aurélien Rigaud et Pier-Alexis Vial.

Ce cycle de 5 séances est réalisé en partenariat avec EHESS, Paris 8, IHTP-CNRS, Culture visuelle, Cinémadoc.